Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 18:34

Pour mémoire : Le Sondage Ifop (*) pour « Le journal du Dimanche »  de ce jour. Même la RTB(f) en a parlé aux informations. 
La question : « Vous savez qu'il existe actuellement en Belgique de fortes tensions entre Flamands et Wallons. Vous personnellement, en cas d'éclatement de la Belgique, seriez-vous favorable ou pas favorable au rattachement de la Wallonie, c'est-à-dire des provinces francophones, à la France ? »

  • 44% Plutôt favorable
  • 23% Pas du tout favorable
  • 18% Plutôt pas favorable
  • 10% Tout à fait favorable
  • 5% Ne se prononce pas
D’après Jacques Espérandieu, Rédacteur en Chef, les résultats les plus favorables sont obtenus dans les Régions du Nord, ce qui n’est évidemment pas étonnant. Le taux atteint les 66 % dans les régions et départements du nord (Région Nord-Pas-de-Calais, Ardennes, Meuse).  Ce sont nos voisins, ils nous connaissent le mieux.
Rassurant aussi, dans une opinion française cueillie à froid, comme partout, les politiques suivent leur opinion publique (Ce ne sont pas les Flamands qui me démentiront), c’est de bon augure! La prudence obligée (et le silence diplomatique) des Dirigeants français
Voici un résultat qui va faire mal à ceux qui vont répétant la litanie « Les Français ne voudront pas de nous »… mais qui ne me surprend pas. Deux exemples :
 
Comme l’écrivait récemment un Alsacien (du 68) sur le forum du journal « Le Soir », « vu la détermination de la Flandre à prendre progressivement son indépendance à moyen ou long terme, pourquoi se rattacher à des compromis toujours plus durs à obtenir. Pourquoi la Wallonie, pourtant de culture quasi identique avec la France et légèrement germanisée comme sa région ne demande-t- elle pas une union avec la France. En Alsace nous avons un code civil local indépendant du code civil français, une loi alsacienne, la régionalisation et les lois successives sur l'autonomie des collectivités locale ont poussée à donner un vrai pouvoir exécutif aux différentes régions. Il existe également d'autres statuts comme celui appliqué aux TOM. Par exemple à Wallis-et-Futuna, la France reconnaît même l'existence des trois monarchies traditionnelles, Uvéa, Alo et Sigave, basés sur le droit coutumier et disposant d'une autonomie quasi totale. La Polynésie française est également considérée comme un pays d'Outre-mer et les communes sont le grand organe de prise de la décision. Il existe déjà de nombreuses formes d'organisations qui permettent une large autonomie. En créant une Union avec la Wallonie nous pourrions mettre en commun nos moyens (pas uniquement financiers) et bénéficier de synergies dans la reconversion industrielle du nord de la France et de la Wallonie qui souffrent économiquement les mêmes problèmes. Cette Union (ou réunion pour certains) pourra être temporaire ou durable, elle pourra évoluer vers l'indépendance, le fédéralisme ou l'intégration totale. Dans tous les cas si elle a lieu elle sera négociée et l'usage de référendum permettra de consulter toutes les populations concernées. La France pourra financièrement prendre le relais de l'Etat fédéral belge. Quand je vois les réactions presque racistes de certains flamands envers les wallons j'ai personnellement l'impression que c'est tout le monde francophone qu'on insulte et je ne suis pas le seul. En France l'attitude des flamands exaspère et nos concitoyens commencent à en avoir marre. Pourquoi une telle violence francophobe? Oublient-ils que la France est aussi francophone?? Quand on insulte quelqu'un sur des bases linguistiques, c'est tous ceux qui parlent cette langue qu'on insulte. Quand je vois les flamands interdire de parler français dans des réunions, j'ai l'impression de voir la situation de ma chère Alsace lorsque les allemands durant la guerre nous interdisaient de parler français. Il y a en France un sentiment anti-flamand qui commence naître. Il y a aussi un sentiment de solidarité totale envers les wallons que nous n'avons jamais vraiment considéré comme des étrangers même si officiellement nous ne faisons pas partie du même pays... En tout cas je ne pense vraiment pas que les français seraient opposés à une telle union... bien au contraire! Une union Franco-Wallonne pourrait être une étape transitoire en attendant le rattachement définitif, qui nécessitera obligatoire un plébiscite (art. 53 de la Constitution française). »
 
Et tant qu’à faire, je citerai Jean Dutour : (…) tout, à commencer par la langue, les jetait vers la France. (…) La Wallonie entière était chaque jour à l’écoute de la radio et de la télévision françaises et entendait avec ivresse les chants d’amour qui s’élevaient d’outre-Quiévrain. Cela la changeait agréablement des moqueries d’autrefois et des histoires belges dont s’esclaffaient les Parisiens. Une sirène lui disait ce qui est le plus doux au cœur des hommes : qu’une patrie l’attendait. La radio et la télévision sont l’artillerie d’aujourd’hui avec laquelle on arrose le terrain avant que l’infanterie ne l’occupe.» (Jean Dutour, Mascareigne, Editions Julliard, 1978, pp. 158-159)
 
(*) Etude réalisée du 8 au 9 novembre auprès d'un échantillon de 958 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
En complément, cette information du journal "De Morgen" : 45 % des Hollandais sont pour une fusion Hollande-Flandre
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 18:29
« Il faut désormais être sourd et aveugle pour s’exprimer ainsi… »
 
Petite phrase tirée de l’éditorial de Dorothée Klein du Vif à propos de cette Liégeoise qui a lancé une pétition poujadiste (« parce que la Belgique, c’est nous et pas seulement quelques centaines de politiques »…) pour l’unité de la Belgique, pétition largement soutenue (… en anglais !) par toute la presse francophone.
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 18:25
Je découvre cet avis de François Perin, publié la veille du coup de force flamand sur BHV, dans « La libre ». Excellent comme d’habitude !
 
Interview à mettre en rapport avec le sondage effectué par les quotidiens flamands « Het Laatste Nieuws »/ « De Nieuwe Gazet » (un journal dit « populaire », analogue à la « Dernière Heure », qui vise un lectorat surtout préoccupé par les faits divers genre arrachage de sacs, morsures de rotweiler, les sports, et... l'élection de Miss Belgique mais très lu…) - et publié le 6 novembre - donne une bonne idée de l'ambiance : 63% des Flamands pensent que la Belgique va se scinder. Faut-il, pour la sauver, faire des compromis ? Non répondent 86,8% d'entre eux et 83,9% déclarent que la réforme de l’Etat doit être la priorité absolue du nouveau gouvernement (le chômage ne recueille que 6,2%, la diminution des impôts,3,5%, le réchauffement climatique 3,1%, etc..).
91% d’entre-eux  étaient pour une scission unilatérale de l'arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV). Quand je vous dis que les politiques sont à la remorque de l’opinion…
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 18:22
Je viens de passer une dizaine de jours en Bretagne avec des amis dont une « véritable Belge » Bruxelloise (Vous voyez, je ne suis pas sectaire…) qui m’a abreuvé de tous les poncifs possibles sur « ces Français qui... ». Tout y est passé, de l’inévitable chauvinisme sportif au café… noir sans autres précisions. Ressourçant pour le militant que je suis. On ne fréquente pas assez ces anciens belges.
Ceci pour vous expliquer pourquoi je n’ai pas réagi au « non événement » qu’a été le vote en Commission de la Chambre du vote annoncé de scission de BHV. Non événement parce qu’annoncé. L’agenda flamand est connu de longue date et je m'étonne qu'on s'étonne. . Voilà 10 ans qu’ils attendaient ça. Voilà 10 ans qu’ils peaufinent et déclament la déclaration du Parlement flamand. Qui peut encore, sans mauvaise fois, raisonnablement se montrer surpris ? Concrètement, pour les Flamands, ce vote ne signifie pas grand-chose, mais il est essentiellement symbolique et elle exprime une volonté forte d'afficher son identité. Et il s'agit maintenant d'avoir beaucoup plus sur le plan communautaire et de l'avoir avant d'entrer dans un quelconque gouvernement. On le verra dès la semaine prochaine. Ils ne reculeront pas.
Evidemment, pour les partis francophones, c’est comme s’ils avaient dû brutalement faire leur deuil d'une certaine conception du pays et avaient soudain réalisé que les Flamands étaient allés jusqu'où ils n'auraient jamais cru qu'ils seraient capables d'aller. Le seul qui en tirera vraiment profit, c’est Olivier Maingain qui réplique la stratégie de José Happart, se posant en défenseur de quelques habitants de la périphérie avant de les lâcher dès que son avenir professionnel sera assuré. J'aime beaucoup ce petit reportage (flamand) qui montre sa prodigieuse capacité à retourner sa veste.
 
Pour en revenir au titre du billet, ayant été tenu au courant de l’évolution de la situation grâce aux nombreux textos envoyés par des amis, je n’ai donc pas vraiment été étonné de voir que le soir même du vote, les spéculoos belges du rayon « produits exotiques » de l’hyper-marché Leclerc de Concarneau avaient déjà été remplacés par les galettes hollandaises ! Un signe, non ?
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 00:20

«  …si, en raison des positions en surenchère dues à la campagne électorale, de part et d’autre des deux communautés, le chef de l’Etat se trouve, au cours de ses consultations, dans l’incapacité de former un gouvernement, l’Etat belge se suicidera à froid ». 
                                                                                                        François Perin, le 8 novembre 1978...

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 17:03

J’étais parvenu à me faire inviter au « grand débat des lecteurs du « Soir» et du « Standaard » ». Ce qui devait être le point d’orgue de la campagne commune « Il faut sauver Willy la Belgique » en faisant se rencontrer (virtuellement d’abord, on n’est jamais trop prudent) depuis plusieurs mois les lecteurs des deux journaux a tenu… toutes ses promesses !

Sous les apparences d’un dialogue policé entre gens de bonne compagnie, quelques personnes choisies sur base d’opinions envoyées par écrit au préalable étaient invitées à donner leur avis. sur un certain nombre de thèmes choisis comme : Pour ou contre Leterme ?  La Belgique pays artificiel ? Faut-il compléter la réforme de l’Etat ? Est-ce la presse qui contribue à envenimer les relations entre les deux communautés ? Etc..
Résultats ? Malgré les précautions, la superficialité (on a évité d’aller trop loin sur les sujets qui fâchent) et la qualité de la mise en scène, un beau dialogue de sourds ! Ponctué de votes contradictoires suivant les camps.
Je l’ai dit, le public avait été sélectionné, du côté Flamand particulièrement. A croire qu’il n’y a aucun électeur du « Vlaams Belang », de la « Lijst De Dekker » ou de la « NVA » parmi les lecteurs du « Standaard ». Je serais à la place des actionnaires de ce journal, je m’inquiéterais pour l’avenir… A part quelques interventions très modérées concernant l’arrogance des Bruxellois francophones ou « l’impérialisme linguistique francophone » tous ces gens avaient l’air polis et de bonne volonté… comme aurait dit ma grand-mère quand elle parlait de l’arrivée des armées allemandes en 1940…
Le public d’expression française était plus bigarré mais très « pro-Belgique unie », à l’exception de quelques rattachistes dont mon ami Paul Durieux qui a été invité a faire une excellente intervention.  Des membres connus de B-Plus ou du BUB (quelle est la différence, au fait ?). Une majorité de braves gens, perdus dans leurs émotions, qui étaient là pour expliquer aux Flamands combien on les aime, combien on aimerait être bilingue, combien ils ont à perdre en agissant comme ils le font, combien on regrette qu’ils se sentent incompris, combien leur volonté d’autonomie n’est pas comprise... Et surtout, surtout, combien on ne comprend rien à ce qui est en train de se passer. Montrant par là les limites du travail d’information des journalistes. Béatrice Delvaux qui co-animait le débat n’avait d’ailleurs pas vraiment l’air d’y croire vraiment.
 
Bref, comme j’ai eu l’occasion de le dire à un journaliste du Soir lors du verre de clôture, c’était vraiment « l’Ancienne Belgique ». Ce n’est probablement pas un hasard si celle salle de spectacle bruxelloise appartenant à la Communauté flamande, a été choisie pour ce débat… pathétique.
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 12:01
L’excellent blog « Liège 28 » fait écho à l’intervention prévue ce soir au Conseil communal de Fourons ou Nico Droeven va proposer que les conseillers communaux puissent aussi utiliser le français. « Sa proposition s’appuie sur un arrêt (le 26/98) rendu le 10/03/98 par la Cour Constitutionnelle – nouvelle dénomination de la Cour d’Arbitrage. Celle-ci a considéré que l’obligation d’utiliser le néerlandais au cours des séances du conseil communal s’applique aux bourgmestres et échevins, mais pas aux conseillers communaux »… Suite logique à ce qui s’est passé lundi soir dans les conseils communaux de 3 communes de la périphérie bruxelloise.
 
Mais l’intérêt de ce billet tient au fait qu’il rappelle que « l’article 2 de la Constitution de la Vème République française stipule : « La langue de la République est le français ». Ça n’empêche pas que dans beaucoup de municipalités du Sud-Ouest de la France, notamment dans la région de Sarlat où nombre d’Anglais sont installés et certains sont élus conseillers municipaux, les discussions au Conseil municipal ont lieu à la fois dans la langue de la République et dans celle de « la perfide Albion ». Seules les décisions du Conseil municipal sont rédigées dans la langue officielle de la République ». 
 
On imagine bien que dès demain, les Flamands vont encore crier à la provocation et que dans la presse francophone (à moins qu’elle ne s’intéresse plus au Fourons…) on tiendra des propos musclés. Un peu comme mardi où on pouvait lire en français dans « Le Soir » ce gros titre « Trois communes a facilités défient la Flandre » alors que que « het Laatste Nieuws », en Flandre, titrait : « Action ludique flamande a Oppem ». Tout en mettant en valeur les valeureux flamands partis crier « nederlands ! » au conseil communal de « Wésembecq ». 
 
Liège 28 conclu son billet en faisant remarquer que « décidément, la France - « République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée » - est plus accueillante ! »
 
Ben oui ! Ici, en attendant la réunion, continuons à défendre et promouvoir le français partout ! Mais aussi en Brabant wallon !
Merci à Alain O. pour m’avoir averti !
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 12:00

Je n’ai pas réagi comme d’aucuns, fin de semaine dernière, en hurlant à la félonie suite aux propos de Didier Reynders à la VRT. Particulièrement les présidents des autres partis traditionnels qui ont bien compris ce qui se passait. C’est parce que je pense qu’il faut arrêter de comporter en politique comme dans les tribunes d’un match de football. En supporters ou en bons publics ou encore en dupes ! 

 

Quoi ? Reynders fait, sur un média flamand, une proposition d’apparence raisonnable qu’il sait parfaitement irréaliste, tout en disant – évidence et ça ne coûte rien – qu’il faudra bien un jour qu’on discute ?

 

haha.gifC’est bien joué. Il caresse ainsi d’une main ses électeurs (réels et potentiels) dans le sens du poil. Electeurs qui entendent ce qu’ils veulent entendre : « Rassurez-vous, je comprends que vous soyez inquiets et je fais tout ce que je peux pour sauver la Belgique, mais en me montrant ferme dans la défense de vos intérêts. La preuve, je fais des propositions raisonnables comme celle de la circonscription fédérale et j’envoie mes élus de la périphérie faire un petit show » et de l’autre, il laisse entendre aux Flamands qu’on doit continuer à discuter, qu’il est de bonne volonté. Avec comme arrière pensée le message que si on n’arrive à rien, ce n’est pas sa faute, mais peut-être celle de… Leterme qui ne sait vraiment pas comment s’y prendre. L’art d’occuper le devant de la scène et de se rendre incontournable.

 

C’est de la bonne communication. Un style différent de celui de Bart De Wever et sa « cuillère de sucre » certes, mais c’est du même ordre.

 
Ne nous y laissons pas prendre !

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2007 3 24 /10 /octobre /2007 06:33
Impossible de l’ignorer, les iguanodons de Bernissart sont de retour au Musée des sciences naturelles à Bruxelles. A l’heure où on parle dans la négociation gouvernementale de scission (sous quelle forme ?) des établissements scientifiques nationaux, c’est là une partie du patrimoine wallon, mais aussi mondial, qu’il importe de tenir à l’œil. Il ne faudrait pas qu’un partage (60/40 ?) à la belge intervienne. D’autant plus que d’autres parties du patrimoine, comme les collections botaniques, sont déjà localisées en Flandre et peuvent quasi être considérées comme perdues !  J’invite « nos » négociateurs à être vigilants.
 
Et il n’y a pas que les iguanodons (tiens, au fait où en est le projet de compléter les fouilles à Bernissart même où d’autres fossiles seraient encore présents ?), il y a certes l’Homme de Spy, mais aussi l’Homme d’Engis.
Découvert durant l’hiver 1829-1830 par le docteur Schmerling, catalogué comme « singe » avant d’être oublié dans les tiroirs du même musée des sciences naturelles, victime de l’influence de la théorie du «créationnisme». « Singe » qui aurait vécu avant le déluge décrit dans la Bible. Pourtant, les découvertes faites à la grotte d’Engis apportent une preuve spectaculaire que l'Homme est très ancien et habitait déjà nos régions bien avant ce fameux déluge. Hélas, l’histoire est connue, ce n’est que plus d'un siècle plus tard, en 1936, que Charles Fraipont le retrouvant par hasard, l’identifiera enfin comme Néandertalien !
Trop tard, celui qui aura le droit de porter ce nom et entrera dans l’histoire ayant été découvert bien plus tard, au mois d'août 1856.
A la défense de Schmerling, on se souviendra que ce n’est qu’en 1859 que Charles Darwin ne publiera « L'Origine des espèces par la sélection naturelle » et que ce n’est qu’en 1871 qu'il élargira sa théorie à l'homme…  
Pour les Etats, on est en pleine expérimentation !
Partager cet article
Repost0
23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 12:23
Tel est le titre d'une excellente analyse de l'actualité publée sur le site de "Debout la Wallonie !" ce matin par Jules Gheude, l'essayiste politique bien connu. 
Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...