Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 18:55

Rédigé par: Jean Quatremer de Libération ce 19/09/2007 à 18:36  sur son blog  : 

" A tous: la question du rattachement de la Wallonie à la France agite plusieurs d'entre vous. Voici mon opinion, pour ce qu'elle vaut: la Belgique n'existe que parce qu'elle réunit la Flandre et la Wallonie (la francisation de Bruxelles étant un accident ). Si la Flandre prend son indépendance, le mouvement en faveur d'un rattachement à la France sera inéluctable car il n'y a pas d'identité wallone: il y a des identités régionales mais pas wallone en tant que tel. C'est pour cela que les francophones sont tellement attachés à la Belgique. Prenons un autre exemple: si le Québec prenait son indépendance, le Canada anglais perdrait sa raison d'être et tout le monde en est conscient dans ce pays. Il ne s'écoulerait pas dix ans avant que les Etats-Unis s'étendent au nord... En plus, les francophones auront tout à gagner: un Etat qui fonctionne, des impôts sur le travail beaucoup plus bas, des retraites bien plus attrayantes, etc. Etre français, surtout aujourd'hui, ne veut pas dire que l'on renonce à sa spécificité.

Cela étant, si la scission belge me paraît inévitable aujourd'hui, elle prendra encore quelques années. Tout comme le rapprochement de la Wallonie et de la France.
"

Un avis, évidemment...

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 18:16
Voici une interview de Robert Collignon dans La Dernière Heure qui m'avait échappée. Le 16 septembre, sous le titre "Le fait wallon ressemble à du provincialisme", l'ancien ministre- président de la Région wallonne énonce quelques vérités. Morceaux choisis :
- "Le reproche des gens selon lequel on vote trop souvent n'est pas un bon argument : l'homme politique doit insuffler des idées, et non pas être un suiveur."
- "Les premiers à monter au créneau pour la défendre (la Communauté française) sont ceux qui la président : ils croient qu'ils sont là pour l'éternité. Il vaudrait mieux qu'ils travaillent pour les gens, pas pour eux-mêmes."
- L'hymne wallon ou le projet de Constitution wallonne sont des projets portés par des gens qui ne sont pas tout jeunes : cela fait un peu ringard, non ? 
"Plusieurs explications à cela : l'attirance des francophones pour la France, le fait que la Wallonie ne rencontre pas de difficultés flagrantes comme le Québec... Et enfin, le manque de soutien de la presse, contrairement au Nord du pays. À la RTBF, l'émission régionale qui précède le JT n'est que du remplissage. Tout cela contribue à faire passer le fait wallon pour du provincialisme."
- Vous continuez à rêver d'un nouveau Rassemblement wallon ?
 "Rétrospectivement, la disparition du Rassemblement wallon a été très dommageable. Ce parti fut sans conteste un aiguillon majeur. Mais aujourd'hui, les gens sont focalisés sur la fin de la Belgique."
- (...)
vous semblez bien seul...
"J'ai toujours ramé à contre-courant : du côté francophone, la vie politique manque de dynamisme et la pensée unique y est reine."

En complément, un extrait d'une interview de Philippe Moureaux au Soir de ce mercredi 19 septembre : 
"Je crains que les francophones ne vivent dans l'illusion pour l'instant. Ce qui se passe est à la limite du pathétique. On ne veut pas voir la réalité. Et les médias tentent de nous rassurer en allant toujours chercher le Flamand modéré."
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 12:16

Les Suisses savent voir clair dans le brouillard entretenu par la plupart des partis flamands (à l'exception des N-VA, Spirit, VB et LDD) - voir cet article dans "Le Temps " de Genève.  Les Suisses font ainsi remarquer que les Flamands ne parlent pas de consultation populaire pour déterminer sans la moindre équivoque les frontières des 3 Régions belges, alors que cette voie est souvent utilisée en Suisse, quitte à le faire quartier par quartier pour certaines communes (c'est ainsi que la division du Jura a été faite). La France a aussi une grande tradition en matière de respect de la volonté des populations, et c'est pourquoi je pense qu'une fois la situation encore davantage bloquée qu'actuellement, c'est tout naturellement que les Wallons se réveilleront et retrouveront leurs liens avec la France, probablement d'abord sous forme d'une association avant d'envisager le processus de réunion. Faudra bien sûr que nos hommes politiques soient acculés à suivre l'évolution populaire, ce qui pourrait se faire dès les prochaines élections (les régionales de 2009 ou même avant !)

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 12:57

François Perin à l’émission : « Les pieds dans le plat » de la RTB(f) en 1996…
 
« La fin de la Belgique en 1999 ? Radicalement, ce n’est pas sûr, parce que l’euro ne sera pas encore en route. Mais en 2002, avec la monnaie commune, vous verrez les choses galoper. Entre 1999 et 2002, s’il y a un gouvernement, il pourrait ressembler à une sorte de commission préparatoire à la liquidation de l’Etat belge. J’ai le programme du gouvernement flamand du 29 février 1996, appuyé par une large majorité. Je prends cela très au sérieux. Les francophones ne préparent rien, parce qu’ils ne sont pas demandeurs et ils l’ont fait savoir. Or, il faut une majorité des deux tiers pour modifier le statu quo de 1994. Quand on n’est pas d’accord, vous savez ce qui arrive : on crée une commission sur le programme flamand. Ça durera trois ans. Après ? » 
  
Ça ne vous rappelle rien ? Evidemment, cette prévision remarquable de lucidité a été simplement retardée – mais pas démentie – par « l’affaire de la dioxine » qui a perturbé le jeu politique et reporté de 8 ans les échéances.
 La proposition de Dehaene de confier l'institutionnel à un « comité des sages » de ce 19 septembre lui donne raison. 
 
Pendant ce temps là, un sondage réalisé par Het Laatste Nieuws publié ce matin nous informe que près d'un Flamand sur deux veut que la Belgique soit scindée, et deux sur trois pensent que cela sera le cas tôt ou tard. Les Flamands estiment qu'il est bien que les partis flamands ne cèdent pas dans le cadre des négociations en vue de la formation d'un nouveau gouvernement.  Yves Leterme garde l'appui effectif de 70 pc des Flamands interrogés. Le président de la N-VA, Bart De Wever, bénéficie aussi de la confiance des personnes interrogées qui le considèrent comme le meilleur négociateur. Dont acte. Le soutien du Peuple flamand reste clair.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 04:41
Telle est l’antienne sans cesse répétée par les partis démocratiques (hypocrites ?) flamands ?
Subtil, non ? Les messages qui nous viennent de Flandre sont brouillés. Si les sondages donnent entre 25 et 45% de Flamands en faveur de l’indépendance, de quelle indépendance parlent-ils ? N’y a-t-il pas confusion dans les esprits entre autonomie et indépendance ?
 
C’est pourquoi, les réunionistes sincères auraient tort de se réjouir trop tôt. Examinons froidement la situation.
 
La position des partis flamands est imparable et schizophrénisante. Ce qui perturbe les partis de la Communauté française qui ne savent plus à quel saint se vouer. 
C’est que comme je l’ai déjà écrit, les Flamands ne sont pas tout à fait prêts. Ils ont encore des transferts à faire, la liste de leurs revendications est très instructive en la matière. Ils veulent bien garder tous les avantages sans les risques, ni surtout les inconvénients liés à la solidarité nationale (N’oublions pas l‘application du « le principe du juste retour » (*) lors de la réforme de l’Etat du début des années ’90 à « l’insu du plein gré » des partis francophones, effaçant ainsi tout principe de solidarité entre les différentes régions du pays).
Les avantages sans les risques. C’est qu’ils savent que la Flandre avec un parti d’extrême droite puissant, ils ne sont guère appréciés par les autres nations d’Europe (latine, en tous cas !). Ils ne pourront plus cacher cette tare derrière l’étiquette « Belgium ». D’aucun ont probablement raison de dire qu’ils devraient batailler pour être reconnus.
C’est pourquoi, la Flandre, prudente, hésite à être la première région de l’Union européenne à s’autoproclamer Etat.  Je vous donne rendez-vous en 2010, quand le referendum pour l’indépendance écossaise aura eu lieu et que d’autres régions comme la catalogne lui auront ainsi montré la voie. Ils partiront en temps et en heure, quand ils l'auront décidé, dans les meilleures conditions possibles. Pour eux.
 
Entre-temps, les tenants de l’unitarisme belge, qui se seront fait une belle frousse cette année, vont certainement réagir. Nous ne devrions donc pas échapper à une résurgence du belgicanisme, cette quintessence de l’ultranationalisme. Les temps risquent d'être dûrs pour ceux qui voient clair.
  
Mais je peux (et j’espère sincèrement) me tromper !
 
(*) Les richesse produites quelque part doivent profiter à la région d’origine
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 19:59
C'est la définition que donne un journaliste de Nord-Eclair dans une interview de mon ami Jean Nandrain de Tournai.
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 15:29

Bref commentaire à la RTB(f) sur la présence de militants du RWF, manifestant dans le calme en marge des cérémonies officielles des « Fêtes de Wallonie » à Namur : « Le blocage au fédéral leur donne de l’eau au moulin ». 
 
Lapsus ou début de reconnaissance ? Il faudra encore attendre pour le savoir.
 
Contraste avec le sujet suivant montrant longuement une poignée d’ultranationalistes belges, jouant la provocation, en sortant d’un restaurant (à moins que ce ne fût le Zoo ?) et se baladant dans les rues d’Anvers sous les insultes de la milice « Voorpost » et… la protection de la police. Ils ont visiblement un excellent service de presse puisque les deux chaînes de télévision de la communauté françaises ont couvert cet « événement ». Interview « impromptue » d’un participant (curieusement le même sur les deux chaînes) avec un fort accent flamand mais « bon unitariste ». La quête du « Bon Flamand » se poursuit. Sacré Sisyphe, va !

 
Une réflexion, dans un cas comme dans l’autre, la liberté d'expression a été sauvegardée : les militants ont pu librement exprimer leur opinion, déployer leurs drapeaux, interpeller les passants par leur présence. La police a protégé cette liberté. 
 
Mais quelle différence de traitement ! 
La médiatisation d’un événement est laissée à l’appréciation des journalistes. Nous sommes loin de l’impartialité de la BBC qui est toujours citée en exemple. Ici, c’est le royaume (c’est le cas de le dire) de l’arbitraire et du politiquement correct, de la soumission à l’idéologie dominante, du refoulement dans le non-être de ceux qui dérangent le pouvoir. 
 
Le pouvoir en place, c’est bien de ça qu’il s’agit. Au fond.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 20:58

C’est passé inaperçu, mais… Les nouveaux arrivants en Flandre qui refuseront de suivre le parcours d'accès à la citoyenneté prévu par un décret flamand se verront imposer une amende administrative pouvant s'élever jusqu'à 5.000 euros, à partir du début de l'année prochaine, a appris le quotidien De Morgen auprès du ministre flamand Marino Keulen (Open-VLD) en charge de cette compétence. L'amende pénale de 125 euros prévue jusqu'à présent sera supprimée et remplacée par des sanctions administratives plus salées. Selon Marino Keulen, les amendes pénales sont souvent classées sans suite par le parquet. Le dispositif des amendes administratives écarte cette possibilité.  Dans chaque province flamande, un fonctionnaire sera désigné pour suivre ces dossiers. (belga)

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 15:12
L’Echo publie en dernière de couverture dans sa rubrique « Débats et opinion » un dossier factuel en trois volets : 
-  Une interview de Régis Dandoy, chercheur au Cevipol, le centre d’étude de la vie politique de l’ULB sous le titre « La démocratie favorise les mouvances nationaliste » 
-   Un texte de Catherine Lanneau, Docteur en Histoire de l’université de Liège, sur ce qu’il est convenu d’appeler « la période française ». Joliment titré : « Quand Bruxelles chantait la Marseillaise ». (*)
-   Un résumé (exercice difficile !) sous forme de carte blanche du texte présenté ci avant : « 
La fin du syndrome de Waterloo ? ».


(*) L'auteur retient de ces vingt ans de « Belgique française » que « pour les habitants des provinces wallonnes, l'occupation (sic !) française a été globalement vécue comme une période de stabilité retrouvée. Elle a fixé les cadres institutionnels et judiciaires dont nous sommes toujours tributaires (code Napoléon, division en provinces), elle a contribué à dynamiser notre économie (...). Mais le côté pile est inséparable du côté face : sans sombrer dans la « légende noire », on évoquera les rigueurs du centralisme et la propension des fonctionnaires à gérer nos régions en terrains conquis, la persécution religieuse et les confiscations de biens écclésiastiques, les effets de la conscription(...) » Oubliant de préciser que les autres régions de Frances étaient soumises au même régime !
Partager cet article
Repost0
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 13:27
L’affaire fait un certain bruit. Indignation vertueuse du côté des médias francophones et gène mêlée de compréhension du côté flamand où on minimise les faits…
ID855922-nva-00CYYE-0-JPG.jpgSur une dizaine de clichés autour d'un feu, des membres des N-VA Jongeren brûlent un drapeau belge le 21 juillet à l’issue d’une session de formation politique. Curieusement, le thème en était l’environnement… et Herman Van Rompuy était un des orateurs invités. 895200590-93af1dd7ca-m.jpg
 
Faut-il s’étonner qu’en fin de soirée, la bière aidant, certains se soient laissés aller ? Non, ce sont des jeunes, des partisans, des militants avec tout ce que ça comporte d’émotionnel. Il y a là un effet de groupe qui a joué. Ce n’est pas nouveau, déjà à l’époque des « Mars op Brussel » sous la conduite de Wilfried Martens, les jeunes CVP et d’autres  « extrémistes » - comme on disait à l’époque - en faisaient déjà autant. L’erreur, la faute, est d’avoir mis ces clichés sur Internet.
 
La N-VA est le seul parti flamand de la mouvance démocratique à afficher honnêtement et clairement son projet politique. De telles attitudes vont le diaboliser davantage et pas seulement à Bruxelles et en Wallonie. C’est qu’un certain nombre de Flamand se sont battus pour défendre la Liberté sous ces couleurs. Ce drapeau garde donc pour eux une valeur symbolique importante. Le projet d’indépendance de la Flandre risque d’en être souillé. C’est maladroit, stupide, inutilement provocateur et contre-productif.
 
Réunioniste, comme beaucoup de mes amis je considère que notre passé belge n’a pas été vain. De grande choses ont été faites ensemble depuis 1830. Nous sommes surtout les héritiers du Mouvement wallon, celui qui a été de toutes les résistances àl'intolérance, du « flamingantisme » au nazisme. Et de toutes les défenses des Libertés. Le "divorce belge" qui se prépare n’a été voulu ni par les Wallons, ni les Bruxellois francophones. Nous l’assumerons tout naturellement, dans le respect du passé et de nos futurs anciens partenaires. Sans rien renier. 
(Photographies : N-VA)
Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...