Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2006 5 07 /04 /avril /2006 18:15
Les salaires minima en Europe
(source : Eurostat, 2005)
Pays
Smic en euros bruts
par mois
 
Roumanie
72
 
Bulgarie
77
 
Lettonie
116
 
Lituanie
145
 
Slovaquie
167
 
Estonie
172
 
Pologne
205
 
Hongrie
232
 
République Tchèque
235
 
Turquie
240
 
Portugal
437
 
Slovénie
490
 
Malte
557
 
Espagne
599
 
Grèce
668
 
Irlande
1.183
 
Royaume-Uni
1.197
 
France
1.197
 
Belgique
1.210
 
Pays-Bas
1.265
 
Luxembourg
1.467
 
A titre de comparaison...
Etats-Unis
666
 
Pays européens n'ayant pas de salaire minimum
Allemagne
Finlande
Autriche
Italie
Chypre
Suède
Danemark
 
 
Ces chiffres sont à corriger par rapport aux taux d’imposition : Voir les chiffres de l’OCDE
La situation des « bénéficiaires » en  Belgie-que devient alors dramatique !
Partager cet article
Repost0
7 avril 2006 5 07 /04 /avril /2006 17:57
Les politiciens wallons n'ont décidément pas une image favorable auprès des électeurs des partis flamands. "Imagoscan90" dresse un profil détaillé de la popularité de nonante (90) politiciens connus qui sera récolté tous les trois mois par le Centre d'analyse de marketing politique et électoral (POEMA) de la VUB.
 
Sans surprise pour qui le connaît un peu, André Flahaut serait ainsi le politicien le moins populaire auprès des électeurs du CD&V/N-VA (trop belgicain assurément). Il serait à la deuxième place des dix ministres les moins populaires auprès des électeurs VLD/Vivant et le cinquième pour les électeurs du sp.a/Spirit et de Groen ! Les Flamands semblent bien être de bons observateurs. Et comme il cherche à se recaser, vivement le sondage du 8 octobre à Nivelles…
 
D'autres politiciens francophones ont des scores défavorables en Flandre comme le président du PS et ministre-président wallon Elio Di Rupo, le ministre de la Santé publique Rudy Demotte, la ministre de la Justice Laurette Onkelinx et le ministre des Finances Didier Reynders. Diable ! Eux qui font tant d’effort pour plaire à leurs « amis néerlandophones » comme dit le premier cité. Quelle ingratitude !
 
Le prof. de flamand et commissaire européen Louis Michel affiche une image un peu plus favorable parmi les électeurs de… Groen ! , VLD/Vivant et sp.a/Spirit. Elio Di Rupo, Rudy Demotte et Didier Reynders sont également plus ou moins bien notés par les électeurs Groen! Le ministre-président wallon jouit également d'une image plus ou moins positive auprès des électeurs du sp.a/Spirit. (Il semble rester un fond de solidarité chez les socialistes, il faut aussi dire que le PS refuse d’aller au gouvernement sans le sp.a et rtéciproquement, ça crée des liens).
 
Information trouvée dans la DH de ce vendredi.
Partager cet article
Repost0
5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 18:54

Finalement, il est amusant de voir à quelle vitesse extraordinaire les choses changent dans ce pays. Qui dira encore que "les Belges" sont conservateurs ?

La famille royale qui était jusqu'il y a peu de temps le dernier "ciment" de l'unité de la Belgie-que est devenue un facteur de divison puisque les opinions flamande et wallonne en ont une vision tout à fait différente et contradictoire.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 11:20
La Commission européenne vient de consacrer le Pèkèt "produit exclusivement wallon". Cette boisson spiritueuse, à base de baies de genévrier, devra être distillée en Wallonie. Alors que l'ancien règlement permettait à toute entreprise située hors de Wallonie d'usurper la dénomination traditionnelle, le Pèkèt sera bientôt clairement protégé tel un produit traditionnel wallon. Bientôt, parce que le nouveau règlement doit encore être validé par le Conseil et le Parlement européens…
Partager cet article
Repost0
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 13:56

Sans vouloir plagier Georges Clémenceau qui disait que "la justice militaire est à la justice ce que la musique militaire est à la musique", on pourrait dire la même chose de l'écologie politique. Il y a ainsi écologistes et Ecolos...

J'ai toujours fait partie de ceux qui estimaient (... dans les années 80, ça ne nous rajeuni pas !) que l'écologie ne devait pas se transformer en parti politique au risque de perdre son âme. Le passé récent m'a donné raison. Difficile pour un parti politique - surtout en Belgie-que - dont la vocation est d'occuper le pouvoir de ne pas diversifier son message au risque de perdre de vue son objectif de départ.

Ceci dit, il y a depuis les années 70 un climat favorable à la prise en compte de l'épuisement et donc de la nécessité d'une meilleure gestion, des ressources de la planète. Je lisais à l'époque avec beaucoup de plaisir les livvres de René Dumont ou le "Sauvage", supplément écologique du Nouvel Observateur, tout en étant adhérent d'une jeune organisation qui s'appeleit "greenpeace". Convaincu, j'avais chois de faire construire et d'habiter une maison à ossature bois, chauffée au solaire passif et au bois (poële en stéatite). Choix que je n'ai pas regretté depuis 25 ans.

Si beaucoup de citoyens y viennent maintenant à titre individuel qu'en est-il de nos administrations communales ?

Voici l'adresse d'un site où vous pouvez comparer, votre commune par rapport aux autres sur sa dynamique en matière de gestion « durable » de l’énergie !

http://www.kyotocommunes.be/

Il y a encore des choses à faire !

Partager cet article
Repost0
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 09:21
Après d’autres communes, Tubize va proposer des cours d’immersion (*) en 3ème maternelle dès la prochaine rentrée scolaire dans deux de ses écoles communales. Alors que les promoteurs (belges) de la théorie de l’apprentissage précoce des langues étrangères par l’immersion insistent préconisent l’immersion totale, avant même l’apprentissage de la langue maternelle (si si !), Tubize a opté pour enseigner 50 % dans la langue maternelle (on ne précise même pas que ça pourrait être en français…) et de 50 % dans la langue d’immersion.
 
On va donc fabriquer des petits tubiziens mauvais locuteurs dans au moins deux langues. A défaut de parler français, anglais ou flamand, ils baragouineront le « bilingue », ce mélange curieux qui « fait belge ». Pas grave ! Au lieu de poursuivre des études demandant des capacités d’abstraction par la maîtrise de la langue, devenus adultes, ils pourront toujours se faire interviewer à la RTB(f)... dans les bureaux du chômage. Au risque de lasser, répétons que si on n'est pas né Flamand, il n'y a aucune chance d'obtenir un emploi exigeant le (souvent inutile) bilinguisme. Lisez ce qu'en dit une spécialiste dans l'article précédent.
   
Il est prévu d’engager des enseignants  (deux temps plein et demi) entièrement pris en charge par le Ministère de... la Communauté française… Voici un transfert Nord-Sud qui ne devrait pas déranger les Flamands.
  
Allez ! On y arrivera aux 200.000 emplois promis par Verhofstadt !
 
Mais ils ne seront pas pour des gens de chez-nous !
(*)
La rumeur prétend que la connaissance des langues des jeunes en Communauté française serait faible Ceux-ci n’atteindraient pas les socles de compétences requis en néerlandais, en allemand, voire en anglais.
Le tableau peut paraître sombre - et l’est probablement - mais il ne peut être qu’incomplet et intuitif. Il n’existe à ce jour aucun état des lieux actualisé portant sur la connaissance des langues en Belgique francophone.
  
C’est donc sans aucune évaluation et sans « pilotage » que s’est inscrit progressivement ce qui semble devenir un enjeu important - voire un must pour certains parents - dans l’apprentissage des langues à côté de l’apprentissage « traditionnel » : l’immersion linguistique.
  
Par ailleurs, certains aspects pragmatiques n’ont pas été suffisamment pris en compte. On joue aux apprentis sorciers. Le travail d’équipe est indispensable à la mise en place de l’école de la réussite (Décret de 1995) dans le fondamental. Comment assurer une bonne jonction pédagogique entre les enseignants de langue maternelle et ceux de la langue d’immersion ? Comment envisager ce travail avec une équipe encore plus élargie, sans compter les problèmes liés à l’usage de deux langues ? Quid du recrutement des locuteurs natifs et surtout de leur formation ? Quid de la transition vers le secondaire ? La multiplication du nombre de langues ne risque-t-elle pas de rendre encore plus difficile la détection des troubles liés aux apprentissages (dyslexie,...) ?
  
Quand on sait aujourd’hui que les élèves construisent leur savoir grâce aux interactions entre un savoir «déjà là» (représentations initiales) et celui des autres (condisciples, enseignants, livres,...) il faut avoir une langue commune, plus ou moins maîtrisée.
   
On constate sur le terrain que les enfants dont la culture familiale est éloignée de la culture scolaire (enfants issus de l’immigration, primo-arrivants,...) déjà à cheval sur deux langues manifestent des difficultés d’expression orale et écrite. Ajouter une troisième langue à ces enfants via l’immersion ne peut que nuire à la formation d’esprits critiques.
  
Enfin, il faut dénoncer avec force l’instrumentalisation de ce nouveau concept. L’enseignement par immersion, relayé abondamment par la presse, apparaît pour les établissements scolaires comme un argument marchand supplémentaire en vue d’attirer un nouveau public scolaire et de se rendre concurrentiel par rapport à d’autres établissements. Cela n’a plus rien à voir avec l’apprentissage des langues, mais bien avec le positionnement de l’école dans son environnement socio-économico-culturel. Telle est la réalité ! Cette pratique contribue à renforcer davantage les inégalités.
Partager cet article
Repost0
3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 16:01
Décidément, tout fait farine au moulin chez « nos amis néerlandophones » comme dirait Di rupo, l’aspirant « Marquis Di Calabria », qui partage avec le professeur Balasse le titre de dernier soutien de la monarchie belgeoise.
Déjà que la Belgie-que, par le côté obsolète de sa monarchie, avait une guerre de retard, voici que les Flamands viennent de se rendre compte qu’elle a aussi une course de retard. Le bon Albert Deux et Madame sont arrivés en retard à l’arrivée de LA course cycliste essentielle, le Tour des Flandres. La gaffe !
Aucune excuse, à part celle de s’être longuement prosternés en famille (et comme ils sont nombreux…) devant le nouveau pape. Même ça ne trouve plus grâce aux yeux des Flamands...
"Quand on veut battre un chien, on trouve toujours un bâton"
 
La VRT ayant imité, pour une fois, le couple infernal « RTB(f)-RTL » a préféré montrer l’arrivée du couple royal au moment précis où la course se jouait... Pas de chance ! Elle reçoit une volée de bois vert de la part du Morgen et évidemment, la monarchie en reçoit sa part ! Bart Eeckhout, plutôt modéré d’habitude pour un Flamand, allant jusqu’à terminer son billet par «Leve de republiek.... » Faut-il traduire ?
 
Pendant ce temps là, la Ministre bruxelloise Grouwels a estimé qu’il y a 50 % de Néerlandophones à Bruxelles et confirmé que « Mieux vaut un néerlandophone bilingue incompétent qu'un francophone unilingue hyper-compétent ». Pour ce dernier point, ses propos ont une guerre de retard, c'est une réalité depuis longtemps. Il vous suffit pour vous en convaincre de téléphoner dans un ministère fédéral ou mieux encore, de vous présenter à n’importe quel guichet public ou privé à Bruxelles (banque, poste, administration quelconque…)...
 
Fin de semaine faste pour ceux qui espèrent encore un apaisement communautaire. Je ne vous dis pas les couleuvres que vont devoir avaler ceux qui vont s’empresser d’aller devoir négocier des accords en 2007 !
Partager cet article
Repost0
3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 11:53

Tirés du site des amis du Monde diplomatique  ( http://www.amis.monde-diplomatique.fr/) deux articles qui donnent un regard intéressant sur la situation de la France tant décriée ces derniers temps dans les médias belges et un regard sain sur l'utilité de l'utilité de la redistribution par les Services publics par rapport à la vision néo-libérale anglo-saxonne et ses effets concrets en matière d'efficacité pour les citoyens ordinaires que nous sommes.

Malade, la France ? : http://www.monde-diplomatique.fr/2006/04/RAMONET/13341
&
Vive l'impôt : http://www.amis.monde-diplomatique.fr/article.php3?id_article=1040


Partager cet article
Repost0
31 mars 2006 5 31 /03 /mars /2006 19:14
Je reviens sur l'étude de l'OCDE intitulée «Les impôts sur les salaires» dont je vous parlais hier.
 
Elle montre que la pression fiscale sur les Belges isolés et sans enfants reste la plus forte. La Belgique est le pays qui taxe le plus les bas salaires dans l'OCDE…
  
Selon ce document qui passe au crible les impôts et les charges sociales pesant sur les salaires dans les trente pays de l'OCDE, la Belgique présente la pression fiscale la plus élevée pour un isolé sans enfants qui touche un revenu moyen (36 396 euros bruts, selon les statistiques de l'OCDE). En 2005, les personnes présentant ce profil qui travaillaient dans les secteurs des services et des industries manufacturières «se voyaient appliquer une charge fiscale égale à 55,4 pc du coût de leur main d'oeuvre en Belgique, de 51,8 pc en Allemagne, et de 50,5 pc en Hongrie», pas mal, non ?
 
Le niveau de pression fiscale belge (55,4 pc) est supérieur de 13,3 points de pourcentage à celui du noyau historique des 15 pays de l'Union européenne (42,1 pc). Si l'on y ajoute les quatre pays qui ont intégré récemment l'Union européenne et qui appartiennent à l'OCDE, à savoir la Tchéquie, la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie, le taux de pression fiscale des Etats européens passe à 43,7 pc, soit encore 11,7 points de pourcentage de moins qu'en Belgique.
 
Pour un couple marié ayant deux enfants et disposant d'un seul revenu, égal au salaire moyen (36 396 euros bruts), la charge fiscale s'élevait en 2005 à 42,7 pc en Turquie contre 11,9 pc aux Etats-Unis, soit les deux extrêmes du classement. La moyenne des pays de l'OCDE s'élevait à 27,7 pc. Dans cette catégorie, la Belgique se classe également parmi les pays où la pression fiscale est la plus forte, avec un taux de 40,3 pc, soit la cinquième place.
 
Bon prince, l’OCDE nous informa qu’en Belgique, on constate qu'un isolé sans enfant touchant un salaire moyen a vu ses contributions diminuer de 1,7 point de pourcentage depuis l'an 2000.
 
Quand aux bas salaires, la Belgique (49,1 pc, contre 33,7 pc pour la moyenne OCDE) est de loin le pays qui prélève le plus d'impôts.
Partager cet article
Repost0
30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 10:51

Parmi les pays de l’OCDE, l’Allemagne, la Belgique et la Hongrie appliquent les prélèvements les plus forts sur la rémunération d’une personne célibataire percevant le salaire moyen.

Le concept des "coins fiscaux" choisi pour les comparaisons par l'OCDE sert à mesurer la différence entre ce que les employeurs payent sous forme de salaires et de charges sociales, et ce dont les salariés disposent après impôts et déduction des cotisations de sécurité sociale, en tenant compte aussi des transferts en espèces accordés dans le cadre des programmes publics d’aide sociale. 

Pour être complet, ces "coins fiscaux" résultent des effets combinés d’un ensemble d’instruments de politique économique à la disposition des gouvernements : impôts sur le revenu des personnes physiques, cotisations salariales et patronales de sécurité sociale, taxes sur les salaires et prestations en espèces. Un peu compliqué... mais clair en matière de comparaison de "salaires poches".

En 2005, les personnes célibataires sans enfant percevant le salaire moyen dans les secteurs des services et des industries manufacturières se voyaient appliquer un coin fiscal égal à 55.4 % du coût de leur travail pour leurs employeurs en Belgique, de 51.8 % en Allemagne, et la France de 50,1. Voici un tableau comparatif de l'évolution depuis 2000 : http://www.oecd.org/dataoecd/49/57/36372409.pdf . Pour info, en 2000, le coin fiscal moyen pour les personnes célibataires sans enfant était de 37.9 % dans les pays de l’OCDE. La Belgique imposait le coin fiscal le plus lourd, équivalent à 57.1 % du coût salarial pour l’employeur... On pourrait dire que ça va mieux...

Pour les bas salaires, les réductions du coin fiscal pour les salariés célibataires gagnant les deux tiers du salaire moyen ont été particulièrement fortes depuis 2000 en France (47.4 % à 41.4 %), en Hongrie (48.5 % à 42.9 %), en République slovaque (40.6 % à 35.3 %), alors qu'en Belgie-que, la réduction est un rien plus modérée: de 51,3 à 49,1!. http://www.oecd.org/dataoecd/49/59/36372089.pdf

Heureusement comme le disait, sans rire, la RTB(f) lors de la diffusion de ces chiffres, nous gardons le "meilleur système de Sécurté sociale belge au monde"...  (Voir à ce propos, pour les soins de santé ce qu'en dit le dernier Rapport OMS).

Enfin, pour être complet, il est évident que les comparaisons devraient également tenir compte des impôts payés à des organismes privés sous forme de contributions obligatoires comme les assurance automobiles ou les cotisations de mutuelle par exemple...

Quelques autres réflexions tirées du livre d’Attac : “Vivent les impôts !” Ed. Mille et une nuits 2005

En France, le taux de prélèvements obligatoires est de 44 % (du P.I.B.), pour 37 % pour la moyenne de l’OCDE (et 26,4 % pour les Etats-Unis). Mais :

Dans certains pays, certains prélèvements n’apparaissent pas dans les prélèvements obligatoires. En 2002, l’assurance maladie aux Etats-Unis (14 %), les contributions des employeurs privés aux retraites (7 %) aux Etats-Unis ou les assurances complémentaires (3 %) en Allemagne (p. 44).

En 2000, les prélèvements fiscaux hors cotisations sociales sont, en France, de 27,7 % du P.I.B. (contre 28,7 au Canada, 19,5 aux Etats-Unis, 29,7 au Royaume-Uni et 27 pour la moyenne OCDE) p. 49.

En 2002, l’impôt sur le revenu des personnes physiques est de 17,3 % des recettes fiscales en France, 29,8 au Royaume-Uni, 37,7 aux Etats-Unis, 18,4 au Japon et 34,4 en Suisse.

L’impôt sur le patrimoine est de 7,5 % des recettes fiscales en France, 12 au Royaume-Uni, 11,9 aux Etats-Unis, 10,8 au Japon et 8,6 en Suisse.

L’impôt sur les bénéfices des sociétés est de 6,6 % des recettes fiscales en France, 8,1 au Royaume-Uni, 6,7 aux Etats-Unis, 12,2 au Japon et 8,8 en Suisse. (p. 50).
 
La suite demain, quand j'aurai eu le temps de lire tout le document...

Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...