Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2006 7 07 /05 /mai /2006 12:22

Depuis quelques années, nos gouvernants se gargarisent de leurs succès en matière de gestion de la dette publique.

Consultant les documents de "l'Agence de la Dette", on peut constater que  ellle est effectivement passée de 253 milliards d'Euros en 2001 à 249 milliards aujourd'hui (31 mars 2006).

Mais si on analyse ces résultats d'un peu plus près, elle ne diminue en réalité qu'en proportion du PIB (de 105,8 à 88) et pas vraiment en volume...

A titre d'information pour ceux qui sont uniquementà l'écoute des médias belges qui font leurs choux gras de l'envolée de la dette publique française, voici un tableau comparatif (EUROSTAT) des dettes publiques en pourcentage du PIB au 31/06/2005 :

Partager cet article
Repost0
5 mai 2006 5 05 /05 /mai /2006 18:41
Partager cet article
Repost0
4 mai 2006 4 04 /05 /mai /2006 13:28
Je reviens sur le discours de la ministre de la Justice, Laurette Onkelinx (PS), qui a proposé, le premier mai, de "refédéraliser" la politique de l'aide à la jeunesse... Une proposition (publicitaire de plus) rejetée par la Flandre depuis lors.
 
Quel est le but de la ministre ? 
Certainement pas une recherche d’efficacité, mais bien de moyens financiers. Son argument principal est, je cite : "La Communauté française est réellement de bonne volonté mais elle est dans l'incapacité financière d'investir massivement dans le secteur de l'aide à la jeunesse. Et les intervenants de terrain, juges ou travailleurs sociaux, continueront à parler de bricolage parce que c'est leur quotidien".
 
Curieux ça !
Rappelons-nous, le 5 juin 2001, les quatre partis : CdH, PS, MR et Ecolo concluaient les accords dits de la Saint-Polycarpe et Saint-Boniface qui – on nous l’a promis, juré, craché – allaient refinancer pour longtemps la Communauté française et la débarrasser de son impécuniosité chronique…
 
Nous aurait-on menti une fois de plus ?

Polycarpe et Boniface, patrons des menteurs ?

Partager cet article
Repost0
1 mai 2006 1 01 /05 /mai /2006 21:15

En général 

Après les propositions publicitaires de lutte contre (le sentiment de) l’insécurité, le 1er mai montre une évolution de la pensée  "socialiste". 

Evolution (publicitaire, elle aussi) annoncée dans une interview de Di Rupo dans la Libre du 28 avril. Adoptant une attitude très martiale (il s’y montrait déguisé en conducteur viril de char d’assaut…), ce digne successeur de Leburton reprenant l’antienne qui a si bien réussi à détruire la Belgique unitaire - « occupons nous des vrais problèmes ! » - a montré les dents (qu’il a longues…) menaçant (seulement…) de demander l'élargissement de Bruxelles-Capitale où vivent 90 pc de francophones…

Au fédéral 

Onkelinx a mis en garde les politiques flamands contre la façon dont se dérouleront les prochaines négociations communautaires. Soit il s'agira de voir comment faire mieux fonctionner l'Etat pour améliorer la vie des citoyens, soit il s'agira d'un dialogue de sourds fait de "revendications insensées". "Si c'est dans cette voie que s'engagent nos amis flamands, ils doivent savoir que les temps ont changé, que leur agressivité use notre patience et que, s'ils nous méprisent, nous sommes déterminés, quant à nous, à dessiner sereinement notre propre avenir. Voilà notre choix: ce sera avec eux mais pas pour le meilleur et pour le pire. S'ils devaient s'échiner à choisir le pire d'eux-mêmes, ils doivent savoir que, pour nous aussi, il existe d'autres voies...", a-t-elle averti. (LLB)

A Bruxelles

Moureaux a dit ses craintes face à certains discours francophones: les MR Alain Destexhe et François-Xavier de Donnea, qu'il accuse de complaisance à l'égard du flamingantisme (comme disent les enfants : « c’est celui qui dit qui est » ?), et la présidente du cdH, Joëlle Milquet, qui verrait bien les Régions s'effacer au profit de la Communauté française. « Nos Régions ont toute leur place, la Wallonie comme Bruxelles. Mme Milquet est une personne de bonne volonté mais qui ne connaît pas très bien les terrains sur lesquels elle s'aventure » (LLB) (Sur ce dernier point, on ne peut pas donner tort à Moureaux !)

En Wallonie

Daerden, vice-président du Gouvernement wallon a surtout évoqué la défense des francophones de Wallonie et de Bruxelles au sein du pays face aux velléités des Flamands. "Qu'on ne s'y trompe pas : si la Flandre veut son indépendance, un Etat francophone fédéral basé sur deux régions fortes (la Wallonie et Bruxelles) verra le jour !", a-t-il déclaré. (LLB) 

Il semble bien que les « PS » (on ne dit plus socialistes) sont décidés à continuer une expérience belge à tout prix (pour nous, simples citoyens). Quelle est vraiment la différence à une Belgique réduite à la Communauté française et un Etat francophone fédéral (sic !) basé sur deux régions (re-sic !) ? Un Wallo-brux, Belgique continuée à la Delperée ? Chou vert et vert chou ! 

A quoi servirait un Etat Bruxello-Wallon en Europe ? 

Tout ça manque de sérieux… Mais on prépare quand même les esprits. J’espère que le peuple sera plus malin que ses dirigeants…  le jour venu. Et celui-ci approche à grand pas ! 

 

N'empêche, c'est le grand retour de l'institutionnel !

Partager cet article
Repost0
30 avril 2006 7 30 /04 /avril /2006 20:57
Depuis à peu près un mois, les médias belges de langue française nous parlent de l’anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl. Rappelons-nous que le nuage radioactif a atteint la Belgique, le 1er mai 1986.
 
Jusqu’à ce dimanche soir, l’information diffusée était la suivante : Même si la Belgique a été assez épargnée, des mesures y ont été prises très rapidement. Par contre aucune coordination n'est lancée au niveau européen. Certains pays prennent d'importantes mesures sanitaires, dont les Pays-Bas, l'Allemagne, ou l'Italie. Mais pas la France. Nous étions au début de la cohabitation, entre François Mitterrand et Jacques Chirac. A l'époque, les autorités expliquent, cartes à l'appui, que le nuage radioactif s'est arrêté juste aux frontières françaises, grâce à un anticyclone. Vingt ans après Tchernobyl. Les médias belges insistent pour affirmer que des nouvelles expertises accréditent la thèse d'une dissimulation, des informations sur le passage du nuage radioactif au-dessus de la France. Et, la volonté des autorités françaises, de minimiser l'ampleur des mesures à prendre.  
 Haro sur la France et bonne gestion chez nous. Le service fédéral compétent l’a confirmé a plusieurs reprises.
 
Patatras !  Depuis ce midi, une simulation officielle circule sur toutes les télévisons d’Europe montrant avec une précision assez exceptionnelle le trajet suivi par le nuage radioactif et on voit très clairement que nous avons bénéficié de la même concentration que… la Biélorussie !
 
Du coup, la RTB(f) nous a montré un agronome de la Région wallonne qui a confirmé la contamination du sol… Belle rapidité de réaction de la part de l’équipe de JT !… A moins que ces images n’aient été prêtes au cas ou…
Mais, rassurez-vous, ils se sont très vite rattrapés en montrant des images voulant confirmer la duplicité des autorités françaises. La morale belge est sauve !
  
Il est bien connu que le rythme et les séquences de passage des sujets dans un journal télévisé s’apparentent à un processus d’amnésie… Les téléspectateurs wallons et bruxellois francophones peuvent donc continuer à dormir sur leurs deux oreilles. Pour les médias payés par le régime, tout va bien en Belgique ! La France par contre…
 
Qui disait encore : « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose » ?  Ha oui ! Joseph Goebbels !
Mais pourquoi je dis ça moi ? Aucun rapport…
N'empêche, depuis silence total, on ne parle plus de cette affaire... Curieux, non ?
Partager cet article
Repost0
28 avril 2006 5 28 /04 /avril /2006 10:33
Incroyable ce mépris des sénateurs contactés par le «  Groupe Mémoire » qui propose d’interdire d’éligibilité les partis et candidats condamnés pour racisme…
 
Incroyable mais pas étonnant…
 
Tout d’abord, « l’estompement de la norme » comme il est politiquement correct de dire concerne beaucoup plus de monde que ce qu’on ne croit. Les thèses simplistes de l’extrême droite alimentées et le laxisme du faux multiculturalisme, qui est chez nous un multicommunautarisme de fait, ont percolé dans une société ayant perdu beaucoup de ses repères. Une société de plus en plus violente où ne sont valorisés que les gagnants, quelle que soit la manière. Les sénateurs ne sont pas épargnés, hélas. (la présidente du Sénat montrant l'exemple...)
 
Ensuite, et le président du groupe, le Dr. Winen, dénonce à juste titre la frilosité et l’inconscience des partis dits démocratiques face à la montée des partis à l’idéologie fascisante pour des raisons électorales dit-il.
 
Mais il n’y a pas que ça, nous dénonçons depuis longtemps l’attitude dangereuse qui consiste à ne laisser d’autres choix (relisez la loi électorale et les barrières mises aux partis démocratiques émergents aux messages originaux) aux déçus du régime des partis traditionnels que leur « parking » dans les partis poubelles d’extrême droite.
Rappelons nous les paroles de Louis Michel : « il faut nous débarrasser de ces petites listes qui nous empestent » !
Attitude confortable permettant de « rester entre soi ». Mais à jeter tous ces électeurs pour de mauvaises raisons – « ce sont des mécontents qui veulent simplement donner une leçon aux politiques » - on banalise la diffusion d’idées nauséabondes. Et on les installe pour longtemps.
 
Bref, une dangereuse stratégie du type : « entre deux maux, il vaut mieux choisir le moindre »...
 
Le maintien des mêmes au pouvoir vaut-il vraiment ce risque ?
Partager cet article
Repost0
27 avril 2006 4 27 /04 /avril /2006 18:33
Mais de quoi je me mêle ?
 
Dans "Le Soir" et "De Morgen" de ce jeudi, des jeunes CD&V (JONGCD&V - Jeunes catholiques flamands), appellent les jeunes générations de politiciens francophones à la révolte. Contre la fatalité économique et sociale, mais surtout contre « la manière dont la plupart des mandataires politiques francophones font de la politique » et contre « la culture politique francophone actuelle ». Pour notre bien !
 
Culottés les mecs ! Si ce n'est pas de l'ingérence dans "les affaires interne d'un Etat presque étranger".
 
Encore que... si on fait l'effort d'aller jusqu'au bout de la carte blanche, on découvre l'agenda caché. Ils auront besoin de nous pour amortir le choc du vieillissement, résultat de l'égoïsme et de l'individualisme des générations flamandes actuellement au pouvoir. Leurs propos rejoignent donc ceux de leurs aînés. Et accessoirement de Di Rupo. Il faut que la Wallonie se redresse parce que la Flandre en a besoin...
 
A tout prendre, je préfère aux arrières pensées de "jeunes CD&V", les jeunes décrits dans cet article du "Journal du mardi" sur les 20 leçons d’une révolte victorieuse.
Partager cet article
Repost0
27 avril 2006 4 27 /04 /avril /2006 10:53
Un soir de cette semaine, lors d’une réunion, le débat a roulé sur la permanence de l’occupation du pouvoir par le PS en Wallonie. Certains intervenants constatant qu’alors qu’ils sont au pouvoir depuis près de 20 ans, et que les socialistes ont donc largement eu l’occasion et le temps d’appliquer une très grande partie de leur programme, notre situation ne s’est pas vraiment améliorée par rapport aux autres régions d’Europe. C’est une critique que l’on entend souvent… Les mêmes personnes s’étonnant ensuite que les électeurs continuent, malgré ce constat, à leur accorder leur confiance.
 
Avec le recul, je pourrais énoncer une théorie qui vaut ce qu’elle vaut : « Notre société a besoin de tranquillisants ! »
 
La preuve ? La plupart des études épidémiologiques montrent que la Wallonie est une des régions d’Europe qui consomme le plus grand nombre de médicaments de ce type. Malgré le constat et les appels des médecins qui nous informent régulièrement que l’usage de ces produits n’est pas, et de loin, recommandé pour leurs effets négatifs à long terme (accoutumance, dépendance, angoisse, aggravation des états dépressifs, amnésie…).
Bien sûr, les explications ne manquent évidemment pas. L’incertitude économique, les menaces sur l’emploi, les taux de chômage très élevés, etc.. ne favorisent pas la sérénité.
 
Il n’est pas vraiment étonnant qu’une société comme la nôtre veuille des caresses. Et que les doux et les hypocrites semblent être les mieux à même de la gouverner malgré les effets négatifs que tout le monde peut observer.
Qui, mieux que le PS avec sa politique du « M’fisme » (voir cet ancien texte),  répond actuellement à cette aspiration de notre société et joue le mieux ce rôle de tranquillisant ? En toute connaissance de cause ?
 

Mais ce n'est qu'une théorie de ma part...

 

Bien évidemment le danger est de dériver vers autre chose, plus dangereuse quand l’effet « tranquillisant » ne suffira plus. De la démagogie à l’extrémisme, il n’y a pas loin. L’amnésie entretenue par le régime y mène tout droit.

 

Et pourtant, le socialisme, dérivé de la vision libérale du siècle des lumières et des Encyclopédistes, reste sous ses différentes formes : social-démocratie (soit la version la plus courante du socialisme)- socialismes autogestionnaire ou libertaire ou encore socialisme utopique (dont la plus récente filiation nourrit la pensée écologiste), un beau projet politique.

 

Mais plus vraiment chez nous. Notre réalité en Wallonie est hélas tout autre...

Post Scriptum : Ce samedi midi aux info télévisée à la RTB(f) la présentatrice présentant comme l'événement du jour la tenue d'un congrès pré-électoral présidé par Di Rupo n'a pas urilisé les mots "socialisme" ou "socialiste", parlant de "congès ps", de "jeunes militants ps" ou du "président ps"... significatif ?

Partager cet article
Repost0
26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 14:55
Précédant de peu les déclarations du Ministre de l’intérieur sur la volonté d’abandon de poursuite pour certains délits, l'agression et le meurtre inqualifiable, inadmissible, intolérable de Joe Van Holsbeeck à la Gare Centrale de Bruxelles le 12 avril dernier a heurté tout le monde.
 
C’est précisément ce moment que choisissent certains opportunistes pour financer des sondages qui, dans ce contexte précis, ne pouvaient que donner des réponses convenues :
Oui, une majorité de citoyens souhaite davantage de sécurité,
Oui, une majorité de citoyens souhaite davantage de caméras de surveillance dans les lieux publics,
Oui, une majorité de citoyens souhaite davantage de policiers qui patrouillent dans les rues,
Oui, une majorité de citoyens wallons et francophones estiment la justice trop laxiste,
Oui, une majorité de citoyens wallons et francophones invoque un chômage trop pesant et une trop forte précarité du quotidien,
Oui, une majorité de citoyens wallons et francophones insiste sur un manque de volonté politique globale dans la lutte contre l'insécurité,
Oui, les Flamands insistent surtout sur une mauvaise gestion de l'immigration (précédant, ou suivant, en cela les politiques…),
Oui, on pointe l'abandon de leur rôle par certains parents (les autres…), par l'entourage (les autres toujours), le sentiment d'impunité, les médias et le milieu scolaire comme facteurs « d’estompement de la norme ».
 
Comment pouvait-il en être autrement ? Etait-ce bien le moment, en cette période de forte émotion, de faire et de publier ces sondages ?
 
Les formations politiques ont annoncé qu’elles vont débattre du sujet. L’urgence est reconnue. Et il est vrai qu’il y a des choses à améliorer, mais surtout qu’il faut avoir une réflexion approfondie sur ce thème.
Mais je ne suis pas certain que le faire dans l’urgence soit la meilleure chose. Mais il est vrai que ces dernières années, suite à certains couacs, les affaires « de la dioxine » ou « Dutroux » ont marqué les esprits, nos responsables politiques ont pris l’habitude de réagir rapidement et visiblement aux crises. En dehors de toute sérénité et parfois d’une manière peu efficace, apportant de fausses solutions à des vrais problèmes. Avant de passer à autre chose, la conscience en paix parce qu’on a agi. On l’a vu avec la réforme des polices ou les propositions « d’écoles des caïds » par exemple.
 
Alors que les sondages portent bien sur le « sentiment d’insécurité » ce qui est fort différent d’un constat, d’une définition ou d’une « objectivisation » de cette insécurité. Or sans objectivité, sans mesure, sans connaissance exhaustive, comment agir avec certitude et efficacité ? Ici, avec la complicité des médias (l’émotion, ça fait vendre…) et suite à une monstrueuse erreur de communication des instances judiciaires de Bruxelles (« l’origine ethnique » du meurtrier), le thème du sentiment d’insécurité a fait brutalement irruption dans le débat politique en Wallonie et à Bruxelles. Au risque, parce qu’il est insaisissable et émotionnel, d’occulter tous les autres.
 
Non que ce ne soit pas un sujet de société important, au contraire il pose des questions essentielles sur notre modèle de société. Mais ceux qui, à l’occasion de ce drame insupportable, ont ainsi pris la responsabilité de mettre l’accent sur un symptôme de mal-être sociétal, individuel, extrêmement complexe et multiforme, risquent bien d’être les mêmes qui demain s’étonneront de la poussée de l’extrême droite, cet autre symptôme du même mal. La réponse à la question concernant l’influence de ce drame sur les intentions de vote aux prochaines élections est significative par son résultat : 69 % de « non ». Un « non » plus fort en Flandre qu'en Wallonie et à Bruxelles écrivent pudiquement les journaux… Un « non » qui équivaut presque à un « oui » chez nous peut-on en déduire.
 
On semble oublier que notre société est devenue extrêmement violente et plus qu’avant, ce ne sont plus les rapports de force qui comptent mais les résultats. On gagne ou on perd. C’est la victoire qui est valorisée, peu en importe le prix. 
Sans être un adepte de la « théorie du complot », il est difficile (hélas !) de ne pas se rappeler l’utilisation délibérée de ce thème de l’insécurité par les conseillers en communication du candidat élu à la présidence de la République en 2002. Même en politique, tous les coups ne devraient pas être permis.
 
En « Belgique francophone » (figure de rhétorique !), il permettrait d’occulter et de reporter – provisoirement - les problèmes récurrents auxquels il faudrait bien s’atteler après les élections communales et législatives prochaines (Chômage, pauvreté, économie déliquescente, délocalisations, éducation, etc… sans oublier les nouvelles poussées du nationalisme flamand). Et de relativiser, excusant à bon compte et à posteriori, l’évolution du rapport de force entre les partis traditionnels et les extrêmes non démocratiques dont ce thème est un des principaux « fonds de commerce ».
Il sera évidemment facile après ça d’appeler à « l’union sacrée » pour (en principe) lutter contre ceux qu’on aura contribué (sciemment ?) à faire grandir. Pour ne rien changer au fond ?
 
Alors, apprentis sorciers ou vrais cyniques ?
Partager cet article
Repost0
21 avril 2006 5 21 /04 /avril /2006 16:23

Mes amis du RWF de l’arrondissement de Mons-Borinage et Hauts pays viennent de nous envoyer un tableau comparatif de la fiscalité directe en Belgique et en France, selon certains cas de figure.

Ce sont les chiffres sont de mars - avril 2006, donc totalement d'actualité. Je vous laisse les découvrir… 

Etat civil

Enf. à charge

Salaire M.

Salaire Mme

Impôt belge

Tx moyen belge

Impôt français

Tx moyen français

Célibataire

0

15.000

-

2.692,12

19%

640

4,74%

Célibataire

0

20.000

-

4.866,20

25%

1387

7,71%

Célibataire

0

25.000

-

7.468,99

29,30%

2.324

10,33%

Célibataire

0

30.000

-

9.889,14

32%

3.342

12,38%

 

Marié

2

15.000

-

Remb.

324,88

0%

0

0%

Marié

2

20.000

-

1.439,18

10,60%

0

0%

Marié

2

25.000

-

3.559,07

17,30%

80

0,36%

Marié

2

30.000

-

5.732,22

22,20%

449

1,66%

Marié

2

10.000

10.000

700,13

7,70%

0

0%

Marié

2

15.000

15.000

4.742,78

12,40%

449

1,66%

Marié

2

20.000

20.000

9.216,99

20,20%

1.404

3,90%

Marié

2

25.000

25.000

14.057,29

25,50%

2.782

6,18%

Et comme on l’avait vu sur dans les tableaux de l’OCDE les cotisations de sécurité sociale sont équivalentes…

Une remarque générale pour les Français expatriés en Belgique :

Selon l’article 11 de la convention de 1964 passée entre les deux Etats, les rémunérations sont imposables dans l’Etat où vous exercez.
Quelques exceptions :

- Les travailleurs frontaliers sont imposables dans leur état de résidence.
- Les professeurs payés par le chef d’établissement sont exemptés d’impôts si la période d’enseignement n’excède pas deux années.
- Les étudiants en formation professionnelle ne sont soumis à aucune imposition.
- Les fonctionnaires français ne sont pas assujettis à l’I.P.P.
- Les cadres et dirigeants d’entreprise de nationalité étrangère, détachés temporairement en Belgique, ne sont pas imposables sur leurs revenus de source belge.

Ce qui explique aussi que pour certains français, non assujettis à l'ISF, mais imposés en France, la Belgique est un pays bon marché avec des salaires confortables.

Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...