Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2006 1 13 /02 /février /2006 17:54
Je pense qu’il est important de rappeler nos positions à une époque où la confusion règne en Europe où plus personne n’ose parler d’un droit élémentaire en démocratie, celui à la critique, à la dérision, au nom d’une vision restrictive de la tolérance qui s’apparente à une démission.
 
Il est utile de rappeler que notre mode de vie démocratique n'est pas une culture parmi d'autres…
Quand a-t-on décrété que la démocratie, c’est dire à ceux qui viennent «d'ailleurs» qu’ils ont en fait le droit d'importer leur mode de vie politique et d'en exiger le respect, même si elle est en contradiction avec la nôtre ?
Quel bouleversement lié au « politiquement correct » importé du « modèle anglo-saxon » a rendu possible un tel glissement du sens à un point que beaucoup de responsables en sont venus à estimer que le mode de vie démocratique est une culture parmi d'autres et non l'unique façon acceptable de vivre ensemble ?
 
Dramatique ! Dramatique au niveau de ce que j'ose encore appeler une civilisation, la nôtre. Or, le respect de l'autre ne s'impose que si l'autre, à titre individuel ou collectif, respecte les règles du mode de vie démocratique. Et demain, jusqu’où irons-nous dans l’abdication de principes conquis de haute lutte ? Nous ne pouvons pas tolérer la moindre atteinte à la liberté d’expression et au droit au blasphème. Après tout, c’est Voltaire qui théorisa le fait que la réaction au blasphème était le révélateur de la liberté d’une société et le crime de blasphème fut aboli en même temps que les privilèges, lors de la fameuse nuit du 4 août 1789, date essentielle de la Révolution.
Ce n’est pas qu’une question de religion. Si l’une ou l’autre des religions monothéistes présentes depuis longtemps chez-nous dérapait à son tour (et certains intégrismes relèvent la tête à cette occasion) nous devrions réagir avec énergie.
Or, nous avons déjà failli lorsque le 10 mars 2005, la Conférence des évêques, par le biais de l’association "Croyance et libertés"(un oxymore?), avait fait interdire une fort jolie campagne publicitaire parodiant la Cène de Léonard de Vinci avec des jeunes femmes à la place des protagonistes masculins de cet épisode biblique. 
 
C’est valable aussi pour un système politique, on l’a fait contre le communisme autoritaire ou en d’autres temps le fascisme. Même si là non plus, la bête n’est pas morte.
 
Faut-il se défaire de tous nos garde-fous démocratiques au nom d’intérêts commerciaux ou du respect d’une culture qui refuse de respecter la nôtre ?
 
D’autant plus que si on y réfléchi bien, le multiculturalisme dont on parle n'est en réalité que du multicommunautarisme. On invoque sereinement et avec aplomb le «droit à la différence» pour masquer des discours d'exclusion réciproques. Exclusion dont il est cependant difficile d'en attribuer à quiconque l'entière responsabilité. Si même, bon nombre d'allochtones s'inscrivent loyalement dans une démarche d'intégration, nul n'a plus le monopole du racisme. On ne le dit pas assez.
 
N’ayons pas peur des mots, nos dirigeants ont failli. Les justifications gênées à propos de l’affaire des caricatures, les explications emberlificotées ou les silences des responsables du MR, du PS et du CDh, sont tombées à plat. Ils sont prisonniers d’un consensus mou, liés par les conventions du moment, la peur du parler vrai, le terrorisme de la «bienpensance» (pour reprendre le néologisme du sociologue Claude Javeau) ou (et?) leurs stratégies électorales. Ouvrant, par là, un boulevard à l'extrême droite la plus anti-démocratique.
 
Il y a une autre voie !
 
Je voudrais rappeler, ici, parce que nous l'accès aux médias nous est refusé, que pour les réunionistes du RWF, les valeurs de la citoyenneté sont chères au cœur des Wallons et des Bruxellois francophones. La preuve en est qu’elles ont été à la base de leurs luttes politiques et sociales depuis deux siècles. Que ce sont des valeurs positives et modernes.
Qu’elles permettent de réconcilier la liberté et le progrès social, les libertés et l’ordre public. Il est important d’y revenir !
Ce sont des valeurs de base :
 
C’est donner la priorité à l’intérêt général et à la solidarité. Combattre l’esprit de concurrence entre les individus et entre les groupes, luter contre le clientélisme et le favoritisme, refuser le principe de l’hérédité dans les fonctions électives.
 
C’est l’égalité de tous devant la vie, devant la loi, et un accès égal aux fonctions publiques.
C’est l’unité de la société contre les particularismes de toutes espèces. C’est le choix de l’intégration de immigrés plutôt que l’encouragement aux communautarismes qui entretiennent la différence, donc la méfiance, donc la xénophobie, donc le racisme.
 
C’est le refus du communautarisme. Le communautarisme, ou la mise en valeur et la juxtaposition des différences ethniques, culturelles, religieuses, de préférence sexuelle, etc.., c’est la mort de la citoyenneté républicaine et de la paix civile. Il introduit le règne des clans, des clubs, des sectes, des tribus. Il engendre le système des quotas ou de discrimination, positive, et... négative aussi avec tous les ressentiments que ça peut faire naître. Et donc la rupture du principe d’Egalité.
 
Il faut rappeler que la nation, c’est la communauté des citoyens. La nationalité est un contrat entre chaque citoyen et l’ensemble politique auquel il veut appartenir. C’est un choix. C’est le nôtre. Nation et citoyenneté doivent aller de pair.
Partager cet article
Repost0

commentaires

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...