Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2008 6 19 /07 /juillet /2008 08:46

Excellent rappel des propos de Claude de Groulard sur le blog "Liège-France" à propos de notre identité.
Je ne peux que vous inviter
à le lire.
J'aime beaucoup la phrase : "
Notre identité substantive devient adjective par défaut de substance..."
Partageant sa conclusion, à force d'accepter de se dire "francophone", "par le peu d'empressement à s'assumer, le peuple wallon éternise la Belgique"...


Notez que je déteste tout autant l'usage du terme "Hexagone" qui n'est qu'une des façons de ne pas prononcer le nom de "France" !

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 06:30
Sur "Debout la Wallonie !", mon ami Didier Melin a publié hier un billet  pertinent à propos du fait majeur qu'est la publication par le Parlement wallon de ses résolutions sur l'avenir de l'Etat. Certes, celles-ci ne répondent pas encore à nos attentes, mais c'est un progrès énorme.
Et je m'aperçois que je ne vous ai pas encore invité à lire les
analyses de François Lemaire, n'hésitez pas, elles méritent le détour.
 
Mais l'événement d'hier - en dehors de la nomination de trois médiateurs "trois crocodiles, trois anciens combattants" (comme le dit Jean-Marie Dedecker avec qui je suis, pour une fois, d'accord) et  la confirmation d'Yves Leterme dans ses fonction et le report de toutes décisions en matière institutionnelle, mais on s'y attendait - c'est l'émission d'information de la mi-journée consacrée au "rattachisme" sur RTL-TVi. Les invités étaient Jean Quatremer (Libé) et Robert Collignon (Ancien Ministre-président wallon). Tous deux ont été très clairs, didactiques, responsables et réalistes. Il manquait Daniel Ducarme, mais sa position est connue.
 
Une excellente émission. A voir
et à revoir.
 
Décidément, entre émotion et sérieux, il y a bien rattachistes et... rattachistes !

1ère partie
2ème partie
Partager cet article
Repost0
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 01:09
Un extrait d'un classique du cinéma :

Partager cet article
Repost0
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 18:34

Au vu de l'évolution de l'actualité politique, voici un article qui vient de sortir, en primeur et à titre exceptionnel, sur le site de Net Capital avant sa parution dans la revue papier.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 12:18

Le site de « l'Echo » nous informe que Michel Quévit vient de publier une étude qui démonte une série de clichés sur les économies wallonnes et flamandes. Pour lui, la première n’est pas à la traîne de l’Europe et la seconde n’est pas au sommet. Elles sont toutes deux dans le peloton, même si la Flandre est bien entendu mieux placée que la Wallonie. Quand il analyse la productivité, les efforts d’innovation ou le rythme de croissance, l’économiste retrouve chaque fois la même relativisation des différences régionales. (*)

Il constate par ailleurs que l’économie wallonne affiche toutefois une santé comparable aux autres régions de tradition industrielle, qui peinent toutes à se reconvertir dans une économie mondialisée. Les difficultés sont structurelles et «il n’y a dès lors aucune raison objective de stigmatiser les Wallons comme étant les responsables de la situation de mal-développement de l’économie régionale», écrit-il.(*)

L'économiste relève que ces régions industrielles sortent de la crise. Mais lentement. « Le chemin à parcourir pour se hisser au niveau de la moyenne communautaire continuera à exiger pendant de nombreuses années encore des politiques proactives de développement ciblées sur les nouveaux facteurs de compétitivité". (*)

Voilà une pierre de plus dans le jardin de ceux qui donnent une image misérabiliste de la Wallonie en stigmatisant une prétendue paresse des Wallons.

Intéressant ! Venant de cet économiste dont les publications ont monté à suffisance les origines du mal-développement wallon. Michel Quévit qui se demandait déjà le 31/08/2007 dans le même journal  « si la stratégie actuelle de la Flandre ne consiste pas à récupérer les moyens financiers qui lui permettraient d’intégrer le peloton de tête européen ? Ce qui expliquerait pourquoi la pression flamande porte surtout sur des compétences à incidence financière »…

Faisant remarquer comment la Flandre en est arrivée là en détournant beaucoup de moyens à son profit depuis 1945… grâce par exemple à la rigidité du principe de péréquation financière. Cette péréquation qui fait qu’ailleurs, les entités fédérées riches contribuent au développement des entités plus pauvres. La clé de répartition (60/40) bétonnée dans les lois de financement est anormalement rigide à la différence du modèle allemand par exemple, où les Länder contribuent au pot commun en fonction de leur croissance économique respective. Dans tout Etat, les régions riches contribuent ainsi au développement des régions moins riches au prorata de la richesse qu'elles créent. C'est le fondement même de la solidarité. Sauf en Belgique.

Ce contingentement de la solidarité « à la belge » est une des causes peu citée et donc peu connue, mais à mon sens essentielle du retard (qui est plutôt du «mal-développement» comme l'écrit Quévit) de la Wallonie.

(*) © L'Echo

Partager cet article
Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 09:12

Période calme sur le plan politique… Les Flamands et les autres crient tous victoire après l’arrêt de la Cour de Justice de Luxembourg, et le gouvernement se cherche une raison d’exister.

Pour le reste, l’actualité nous tiens au courant avec minutie des moindres faits du procès de Charleville-mézières à un point tel que ce Fourniret va en devenir plus le symbole que Rimbaud. Un peu comme Dutroux qui a fait plus pour la réputation de Charleroi que Jules Destrée… Hélas !
Merci à la presse et à ce qu’elle est devenue...

 

Je suis allé voir le film de Dany Boon dont tout le monde parle. Et je n’ai pas été déçu. Au contraire. Certes, il s’agit d’une comédie bon enfant, pleine de cliché, mais savoureuse. Un bon moment de cinéma. Beaucoup de tendresse et de bonnes intentions. J’ai vraiment bien aimé.

Wallon ordinaire, les dialogues en patois ne m’ont pas dérangés. Bien au contraire. Que d’expressions communes, et pour le reste, que de ressemblance avec mon coin de Wallonie.

L’ambiance du bureau de poste, la tournée du facteur, l’accueil et le naturel des gens, la chicorée dans le café… C’est mon village d’il y a quelques années (d’avant la forte immigration bruxelloise) transposé de l’autre côté de la frontière.

Emouvant. Un film sain.

 

Certes, et c’est la raison de ce billet, certains esprits chagrins verront ça d’une autre manière. Comme dans ce courriel que j’ai reçu et qui s’est retrouvé sur de nombreux fora… (j’en connais l’auteur, et cette violence m’a vraiment étonné jusqu’au moment où j’ai appris qu’il avait assisté à une conférence commune de P.-H. Gendebien et de De Dekker à Louvain-la Neuve…).
Je vous le cite intégralement :

« Ce film que j'ai vu en France a un succès extraordinaire. Comment comprendre cela?
Les Français seraient-ils de plus en plus intéressés à leur "particularismes" régionaux?
Dans ce film les Ch'tis sont présentés de façon ridicule et caricaturale mais sympathique voire jovial.
Cela met aussi en scène des employés de la Poste sous un jour peu favorable.
Au premier abord le film se veut rigolard comme souvent les films français de cette veine. J'ai ri aussi mais quand je suis sorti je ne souhaitais pas vraiment être un Ch'ti
Comme toujours c'est à la grosse louche.
Les wallons pourraient être aussi caricaturé de cette façon.
Au match de foot PSG(Paris)-Lens(Nord-Pas de Calais) ce dimanche les parisiens ont sorti une banderole sur laquelle ils avaient inscrit: " Pédophiles, chômeurs, consanguins, bienvenue chez les Ch'tis".
Voilà sans doute l'accueil dont rêvent certains wallons rattachistes de la part des parisiens. »

 

Passons sur l’affaire de la banderole des supporteurs de foot. C’est con, mais qu’attendre d’autre ? Ce jeu, ce spectacle (le sport professionnel n’est plus vraiment du sport) incite à la haine, c’est bien connu. J’ai cru comprendre que le même genre d’attitudes débiles se retrouve régulièrement dans nos stades locaux. Bof… C’est toléré par les autorités (c’est même là que se passent le moments forts des négociations partisanes) et ça canalise la violence, pendant ce temps là, ces « gens » (comme dirait Di Rupo, ça sonne mieux que « sujets ») ne sont plus des citoyens conscients, ni actifs. Le foot, opium du Peuple…

 

Non, ce qui m’a frappé dans ce message, c’est le ressenti inconscient d'appartenance ethnique avec les Ch'tis. C’est ce mélange complexe d’attraction et de répulsion, de fascination et de peur de ceux qui n’osent pas affirmer leur appartenance ou plutôt qui la sentent fragile. C’est pourtant une grande force que d’appartenir à un terroir, de se caricaturer soi-même. Plutôt que se replier sur soi, se « victimiser », soyons fiers de ce que nous sommes !

Merci à Dany Boon, ce qui est vrai pour les ch'tis vaut pour les Wallons. Il a fait là oeuvre utile.

 

Je laisserai le dernier mot au correspondant (un rien sarcastique !) en France du journal « The Independent ».

J’y relève ce petit extrait:   " To the French, who seldom go there, the most northerly region of France is a frozen, post-industrial wasteland. It is a part of Belgium which is, unaccountably, part of France. It is a place where unemployed miners speak a dialect which sounds like a blend of Polish and Portuguese. It only rains three timesa year but each shower lasts for four months."
 

Traduction : « Pour les Français, qui s’y rendent rarement, la région la plus septentrionale de la France est une friche post-industrielle figée. C’est une partie de la Belgique qui s’est, inexplicablement, retrouvée en France ».

Sacrés Britaniques va, ils sont mêmes capables de se moquer de leur créature…

Partager cet article
Repost0
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 19:10

Une fois n'est pas coutume, je vous propose ce communiqué de l'agence Belga :
« Nous n’avons pas peur de l’autonomie. Il faut faire taire toute ironie qui dit que les Wallons ont peur de se prendre en main », a déclaré le ministre-président wallon, Rudy Demotte, ce mercredi devant le parlement wallon, lors du débat initié par son prédécesseur Jean-Claude Van Cauwenberghe sur la position de la Wallonie dans le débat institutionnel. 
  
Les instances régionales sont partagées sur la question de savoir si la question doit être débattue uniquement dans le groupe de travail Wallonie-Bruxelles, ou si elle doit faire l’objet de discussions au parlement wallon. « La légitimité démocratique réside dans un parlement et non pas dans un groupe de travail », a remarqué M. Van Cauwenberghe, s’opposant ainsi à Michel de Lamotte (cdH), mais rejoint dans ses propos par Serge Kubla (MR). 
 
Le ministre-président a pour sa part souligné que la réflexion ne devait pas se tenir dans un lieu unique. Il a précisé qu’il s’était forgé une opinion, entre la réforme défendue par Marc Uyttendaele et le Manifeste pour des Etats-généraux de Wallonie. « La Wallonie a son administration, son parlement, son gouvernement, son budget et sa capacité à se prendre en main », a-t-il souligné, invitant les partis démocratiques à prendre contact entre eux pour établir une position commune sur le sujet. 
 
M. Van Cauwenberghe s’est finalement félicité d’avoir mis le débat sur le tapis au parlement. « Et je vois que M. Demotte devient plus régionaliste que moi… C’est un bonheur de faire des émules et de voir que le corpus de la pensée wallonne de M. Demotte s’enrichit », a-t-il conclu, rappelant que sa volonté n’était pas un « repli wallon » mais bien une « volonté de s’entendre avec Bruxelles, dans le respect des compétences des uns et des autres ». 
(D’après Belga) 
 
Finalement, il semble bien que parfois, la fonction crée l'organe... en politique en tous cas. Encore un petit effort, Rudy !

Partager cet article
Repost0
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 12:06

Suite à mon billet du 21 février, D. L. de Liège (je le remercie , il se reconnaîtra…) m’envoie ce texte avec le commentaire suivant : «  ce décret, qui date peut être un peu (19 novembre 1792), je ne suis pas juriste et je doute qu'il ait encore une quelconque valeur, néanmoins il est tellement beau que je n'ai pas résisté au plaisir de vous le transmettre ».
 
« La Convention nationale déclare, au nom de la nation française, qu'elle accordera aide et secours à tous les peuples qui voudront recouvrer leur liberté et charge le pouvoir exécutif de donner aux généraux les ordres nécessaires pour porter secours à ces peuples. »
 
Décret de la Convention nationale de 29 brumaire an 1

Partager cet article
Repost0
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 12:03
Une pétition (*) circule pour demander au président de la République, Nicolas Sarkozy, de respecter ses engagements électoraux en matière de langue française, de Francophonie et de lutte contre le tout anglais.
 
Je ne résiste pas au plaisir de citer ce rappel qui lui est fait des propos qu'il avait tenu dans son discours du 9 mars 2007 à Caen lors de la campagne électorale : 
- « La France, c’est une langue, une langue qu’elle met à la disposition de tous les hommes. Le français disait Rivarol ce n’est plus la langue française, c’est la langue humaine ».
- « Le français, c’est l’âme de la France, c’est son esprit, c’est sa culture, c’est sa pensée, c’est sa liberté. C’est le droit de penser autrement que selon la pensée dominante. La diversité linguistique, c’est la condition de la diversité culturelle et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. La langue n’est pas une marchandise, la langue n’est pas une technique ».
- « L’obsession d’une langue unique au prétexte de l’efficacité est un leurre qui masque les effets de domination de la pensée unique dont la langue unique est l’antichambre. Mais l’efficacité n’est même pas prouvée : la Renaissance où tout le monde s’est mis à penser et à écrire dans sa langue nationale fut plus féconde pour la pensée humaine que les longs siècles de domination exclusive du latin, comme si la créativité était bel et bien inséparable de la diversité ».
- « Nous avons le devoir pour nos enfants, pour l’avenir de la civilisation mondiale, pour la défense d’une certaine idée de l’homme, de promouvoir la langue française ».

(*) Lancée par Régis Ravat - Président de l'A.FR.AV
Partager cet article
Repost0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 12:41

Une intéressante pétition que je vous invite à signer... pour montrer que notre communauté scientifique française ou francophone a encore la capacité de penser par elle-même et qu’il ne faut pas rejeter, comme insignifiant, tout ce qui s’écrit en français. 
   
Il existe au moins trois bonnes raisons de penser qu'il est indispensable que les scientifiques continuent d’écrire en français.  
– Puisque la recherche repose essentiellement sur des financements publics, une considération  élémentaire voudrait que les contribuables aient un accès en français à ce qu’ils ont  soutenu par le biais de leurs impôts.
– La deuxième raison concerne l’enseignement. La production de livres de synthèse et de manuels en français est une tâche extrêmement honorable et même nécessaire pour compléter un enseignement dispensé en français. Comment faire aimer une discipline en n'offrant que des livres en anglais qui ne sont en général pas adaptés, ni au niveau, ni aux habitudes que nous avons de structurer nos enseignements ?
– La troisième raison relève de l'apprentissage. Il faut un grand entraînement pour pouvoir s’exprimer dans une autre langue que sa langue maternelle avec le même sens de la nuance, avec la même richesse. Quel meilleur moyen d’accéder à la pensée d’un auteur que de discuter avec lui dans sa propre langue ?

Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...