Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 08:25

L’INAMI a présenté hier  un rapport  des statistiques standardisées sur les variations géographiques de dépenses dans le secteur des soins de santé. Téléchargez-le: (PDF - 15,51 MB). La lecture en vaut la peine.

J'ai déjà eu l'occasuion de l'écrire ici même, les études précedentes me parraissaient  particulièrement parcellaires et souvent partisanes. En effet, partant d'un sujet précis, à la limite marginal, souvent à la demande de groupes intéresés à mettre en évidence leurs thèses, les auteurs précédents avaient tendance à généraliser. Ce qui esxplique ds chiffres basés sur des agrégats qui auraient dmandé à être affinés. L’étude présentée lundi au Conseil général des soins de santé de l’Inami exploite (enfin !) de manière intelligente et nuancée l’impressionnante base de données dont dispose l’Institut.
Même si ce n'est qu'un début et qu'il faut encore aller plus loin, elle permet de couper les ailes à certains propos dramatisant la situation de la Wallonie dans ce domaine.

C'est un premier pas. Il faut mainteanant avoir le courage d'aller plus loin dans d'autres domaines comme les pensions ou du financement du vieillissement où les Wallons sont des
contributeurs nets.

Certes, il reste à réduire le taux de chômage. Malgré la crise des inconséquents dérapages bancaires dont nous subissons les conséquences (et que nous, citoyens ordinaires, serons seuls à payer grâce à un tour de passe-passe du gouvernement) les mesures structurelles prises par les gouvernements wallons et l'application progressive de l'autonomie en matière économique l'évolution, même lente, est favorable.

Après ça, il faudra étudier de plus près les chiffres en matière économique. Gageons que là aussi, nous aurons encore de bonnes surprises.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 11:00

C'est sous ce titre que José Fontaine publie un billet d'humeur sur le forum de Toudi. Je ne peux que vous conseiller de lire cettte excellente analyse avant que d'autres internautes ne viennent s'y défouler sous divers pseudos...

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 06:37

C’est la rentrée scolaire. Le but de l’enseignement est de permettre au jeunes ; mais aussi aux autres, d’être moins démunis face à un monde de plus en plus compliqué (en tous cas décrit comme tel).

Au même titre que pour la santé individuelle, au niveau de la société je dirais certains livres font figure de remède en matière économique. Ils devraient être remboursés pour leur utilité. Ils devraient être mis au programme dès l’entrée en secondaire.

 

Extrêmement didactique et pédagogique, le livre « l’économie au service des gens » permet de comprendre en terme simples les nuances des doctrines et théories économiques, du fonctionnement de l’économie capitaliste (mais pas seulement…). Un bel essai de vulgarisation à l’usage de tous pour comprendre la crise que nous vivons.  Yves de Wasseige présente deux vertus qui ont souvent manqué à la gauche, comme Michel Rocard l’a souvent noté : la culture économique et la compétence technique. Il les combine avec sa générosité sociale et son honnêteté intellectuelle.

 

Dans un tout autre style, mais assez complémentaire sur le fond, sauf peut-être pour les remèdes à appliquer (et encore !), les sept péchés capitaux du capitalisme : « The seven deadly sins of capitalism » (le livre n’existe encore qu’en anglais…) se lit très facilement et est assez jubilatoire par son style incisif et particulièrement documenté. Bourré d’exemples à l’appui de la démonstration. 

Et pour ne pas que mes visiteurs et lecteurs croient que j'ai introduit un « cheval de Troie » anglo-saxon dans leur univers  franco-français, je me permettrai d’ajouter que l’auteur est né et a grandi à... Charleroi. Il écrit en anglais parce que c’est devenu sa langue (de travail et plus) depuis longtemps, que c’est devenu la lingua franca dans de nombreux domaines (comme le latin l’est resté dans certaines sciences), et que son audience s’exprime majoritairement dans cette langue. Cela ne signifie en rien un quelconque dédain pour notre belle langue française ! Au contraire.

 

Leur rapport au capitalisme est donc assez différent, il est assez intéressant de constater une convergence certaine en termes de diagnostic entre des auteurs d’orientations professionnelles différentes. Yves de Wasseige (ancien sénateur Rassemblement wallon) et Francis de Walque (syndicaliste) qui signent le premier sont militants engagés dans l’action sur le terrain, Mike Guillaume, auteur du second, est le patron d’une firme anglo-américaine spécialisée dans l’analyse des rapports de société et un observateur de « l’économie en pratique ».

 

Bref, deux ouvrages érudits, accessibles et documentés. Par leur contenu, deux excellents antidotes à la pensée unique. Des clés pour ne pas mourir idiots…
 

Yves de Wasseige qui la présida et Michel Guillaume ont été membres de la Commission économique du Rassemblement wallon.
 

- L’économie au service des gens ; Yves de Wasseige - Francis de Walque : Editions « Couleur livre » http://couleurlivre.be - 16 €

 
- The seven deadly sins of capitalism ; Mike Guillaume Publié par l’auteur :
http://www.mikeconomics.net - 20€

Partager cet article
Repost0
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 00:01
Une des plus belles scènes du cinéma, tirée du film «La révolution française : Les années Lumière » de Robert Enrico.

Par sa clarté et sa précision, un texte de droit exemplaire et un admirable chef-d'oeuvre de la langue française.

Le caractère universel et intemporel de La Déclaration est tout aussi remarquable. Le texte réussit le tour de force d'énoncer les droits de l'individu en faisant fi du régime politique (monarchie constitutionnelle ou république), de la religion (il garantit la liberté religieuse de chacun) ainsi que des différences sexuelles. Il convient aussi à toutes les époques et à toutes les sociétés.

L'Article premier, le plus beau et le plus important, énonce : «Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.» En deux phrases tranchantes, il récuse les privilèges et porte en germe la condamnation de l'esclavage comme des ségrégations sexuelle, religieuse ou raciale.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 06:59
Invité (Fort tard ! ) dans l'émission le "Talk-Show" de RTL, mon ami Didier Melin tranche par sa sincérité.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 11:35
Michel Onfray fait référence au rattachisme sur son blog dans ce billet. 
Et voici ce qu'il pense des rattachistes : "(...) la bonne idée que, contre la terre, ceux-là pensent la France comme une langue, contre la race, comme une tradition hospitalière forgée dans les Lumières, puis, contre le sol, comme une culture commune, voilà qui réjouit !"
Partager cet article
Repost0
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 00:01
 
C'est le 30 mai 1943 que, un hôtel de Londres, l'écrivain Joseph Kessel, son neveu Maurice Druon et une jeune musicienne russe Anna Marly écrivent une chanson sur un cahier d'écolier : Les Partisans : chant de la Libération.
Ce texte parachuté par les aviateurs britanniques et transmis de bouche à oreille va devenir l'hymne de la Résistance européenne au nazisme...
Tout gamin, emmené par mon grand père, c'était avec émotion, qu'avant d'entonner la Marseillaise, les réunions des militants wallons se terminaient par ce chant. C'était ça mon école politique.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 17:37

Vous qui me faite la gentillesse de suivre ce blog depuis le début devez être étonnés du "ralentissement" de ma production. Il y a à ça deux raisons, une personnelle, liée à un petit problème provisoire de santé m'empêchant d'utiliser le clavier de l'ordinateur comme je le voudrais et l'approche des élections régionales qui m'impose d'éviter de publier des billets qui pourraient favoriser un parti particulier.

Mais revenons au sujet du présent billet.
Je suis toujours effaré, mais pas surpris du manque de culture historique de nos concitoyens.  Pas surpris, parce que je suis de plus en plus persuadé que c'est le résultat d'une volonté politique, celle de créer un Etat (état ?) belge à tout prix, même au mépris de l'Histoire. La création du mythe belge est à ce prix. Tous les nationalismes en ont fait autant, avec des bonheurs divers. Ici, c'est une opération vouée à l'échec mais poursuivie avec - il faut le reconnaître - une belle persévérance et surtout beaucoup de moyens. C'est pourquoi, il faut saluer ceux qui font oeuvre utile en allant à contre-courant de la pensée unique qu'on nous impose. C'est le cas de deux personnes que j'apprécie beaucoup ; dans un domaine que j'aborde peu par méconnaissance du sujet, celui du pouvoir de la finance, superbement décortiqué par
Marco Van Hees (*) ou sur un plan plus wallon, de José Fontaine dont je ne partage pas toujours toutes les idées, ni les choix politiques, mais dont beaucoup d'articles de sa revue en ligne "TOUDI" méritent le détour.
Il vient ainsi de mettre en ligne
des archives fort intéressantes, par exemple sur le gouvernement provisoire wallon de 1950, un entretien avec René Lévesque, ou encore pourquoi Namur a-t-elle été choisie comme capitale de la Wallonie .

Evidemment, tous ces textes peuvent être jugés comme "orientés", mais n'est-ce pas toujours le cas ?

On ne peut aimer que ce que l’on connaît. L’enseignement et plus spécifiquement les leçons d’histoire, doivent pousser à l’étude de sa propre région. La connaissance et la compréhension de la région peuvent constituer un levier pour un meilleur avenir pour la Wallonie. Le sort de la Wallonie se trouve entre les mains de l’enseignement.  Jean Pirotte, en  1998 a écrit que "Si la Wallonie reste ignorée ou mal aimée des Wallons eux-mêmes, il y a peu de chances qu’elle en vienne à se dynamiser et à devenir attractive".

(*) licencié en sciences politiques (ULB), est fonctionnaire au SPF Finances, délégué syndical CGSP, journaliste pour l'hebdomadaire Solidaire, 3ème candidat aux européennes sur la liste PTB+ (je viens de l'apprendre) et, auteur de plusieurs ouvrages :

- C’est pas nous, c’est eux – Les fondements idéologiques de l’anti-tiermondisme, Editions Dialogue des Peuples, 1990 ;
- La fortune des Boël – Un énorme patrimoine, une immense dette sociale
, Editions Aden, Bruxelles, 2006 ;
- Didier Reynders – L'homme qui parle à l'oreille des riches
, Editions Aden, Bruxelles, 2007 ;
- Le Frankenstein fiscal du Dr Reynders – Tout ce que vous n’auriez jamais dû savoir sur les intérêts notionnels, Editions Aden, Bruxelles, 2008.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 16:33

Cette initiative apparaît fort tard pendant la campagne électorale, mais vous trouverez ICI (plus que) l’ébauche du programme politique d’un mouvement pluraliste qui rassemble, autour d'un même projet, des sensibilités de gauche, du centre et de droite, comme celles de régionalistes, d’indépendantistes, de réunionistes et de rattachistes, toutes dignes et légitimes aux yeux des promoteurs de cette initiative.

 

Loin des slogans ou des arguments habituels inspirés par la pensée unique ou le suivisme d’une certaine opinion, ce document assez long « en jette » comme on dit.

Ils font très justement remarquer qu’avant d’argumenter sur la destinée politique de la Wallonie en cas de scission de la Belgique (Régions autonomes, indépendance, Etat Wallonie-Bruxelles, réunion à la France, …), « il est important de poser, dès aujourd’hui et pour le futur, les lignes claires d’un objectif de vie en commun, les lignes de conduite pour une Région wallonne autonome et innovante, quelle que soit l’appartenance institutionnelle future de notre Région »

Se démarquant des partis francophones traditionnels ou autres, qui pour reprendre l’expression de Lucien Outers,  « sortent le coq aux grandes occasions médiatiques et le rentrent aussitôt passées ces émotions » n’ont pas produit de véritable projet wallon autrement qu'en réaction au projet d’État-Nation flamand. Ils nous appellent, Wallons, « à ne plus subir mais devenir les acteurs de notre propre avenir ».

 

Il est devenu un lieu commun de constater comme eux que « la voie est ouverte à l’indépendance sournoise et inéluctable de la Flandre ou pire, à une sorte de colonisation cachée, mais réelle de la Wallonie, dans une Belgique où notre Région serait institutionnellement minorisée » (…) « Jouer plus longtemps le jeu des Flamands en allant jusqu’au bout de ce processus, continuer ainsi une politique de marchandages fastidieux et louches de compromis, en passant par de longues crises toujours plus intenses, enverra inéluctablement notre démocratie dans l’impasse et coûtera très cher à la Wallonie ».

 

Prônant l’autonomie e la Wallonie, quel que oit son cadre institutionnel futur, ils font remarquer  que « le niveau régional est le plus approprié, par sa proximité, sa souplesse et sa cohésion, pour faire face aux défis imposés par les problématiques de survie qui dominent désormais les choix immédiats dans les domaines essentiels ».

 

Réalistes et guidés par une ouverture que Renan n’aurait pas dédaignée, ils récusent toute démarche de type nationaliste ou sous nationaliste : « La Wallonie a l’avantage de ne pas connaître de chauvinisme conservateur, ce qui en fait un territoire d’accueil où les « étrangers » passent et s’installent depuis des siècles. Cette ouverture  sur le plan nationaliste constitue paradoxalement un atout au sein de l’Europe des Régions face à des structures rigides ancrées sur la méfiance et/ou l’arrogance ».

 

Les promoteurs de cette idée généreuse veulent « que cessent les divisions au sein du Mouvement wallon »,  en « réconciliant sur un projet commun les régionalistes, les indépendantistes, les francophiles, les rattachistes ». Ils disent clairement dans leur introduction que « les francophiles ne sont pas des « rattachistes jacobins », les régionalistes et indépendantistes ne sont pas des « ringards » ; les uns comme les autres cherchent une solution digne pour leur Région ». Ça nous change des propos radicaux et des jugements définitifs que nous lisons ici ou là…

 

Je partage évidemment l’avis que pour l’heure, la seule proposition raisonnable est celle d’une union pour la Wallonie autour de l’émergence et du redressement complet de celle-ci. Mais c’est loin d’être un slogan ou un vœux pieux puisque : « Seule cette union permettra de développer ses potentialités, pour qu’elle jouisse des moyens pléniers de son épanouissement, sur les quatre axes que sont l’économique, le social, l'environnemental et le culturel. Ainsi, il existe un passage obligé pour tous : la demande d'une autonomie accrue des Régions de Bruxelles et Région wallonne pour permettre à chacun de choisir par après son avenir ».

 

Leurs propositions (développées dans le document) en découlent et s’articulent autour de trois axes :

1. Un maximum d'autonomie pour la Wallonie.

« Plusieurs indicateurs socio-économiques montrent que malgré les défauts de la régionalisation, l'échec du fédéralisme, la Wallonie  tout comme Bruxelles font mieux seules que sous la tutelle de l'Etat belge. Face à l'agressivité économique et sociologique de la Flandre, nous devons prendre notre destin en main ».

Ils proposent logiquement « d’approfondir d’abord l’autonomie de la Wallonie, débarrassée des contraintes héritées de l'expérience belge et conjointement la recherche de moyens d'association avec la France dans le respect des deux partenaires ».

2. Faire de la Wallonie un des principaux pôles de développement  et de logistique européen.

« L'avenir est à la société de la connaissance et de l'avancée technologique dans le cadre d'un développement durable et donc dans une logique de ressources limitées. Les besoins en formation sont immenses. Il faut s'en donner les moyens, c'est là que se gagnera la bataille économique et celle du bien-être collectif. Et dans ce cadre, la valorisation de la Wallonie et sa culture qui n'est peut-être pas seulement la culture au sens étroit du mot, mais la dignité d'une communauté humaine. Tant l’autonomie de la Wallonie que son redressement économique passent par la maîtrise de son enseignement et de ses instruments culturels ». (C’est donc une proposition claire de suppression de la Communauté française dite « Wallonie-Bruxelles »…)

 

3. Faire de la Wallonie un modèle en matière de développement durable.

« Nous détenons une position stratégique unique en Europe. Il faut la valoriser, mais pas à n'importe quel prix. Notre chance, c'est de pouvoir recréer notre environnement économique en fonction des défis du futur. Notre démarche doit donc être prospective, l’anticipation notre mode de fonctionnement ».

 

Une lecture fort intéressante et motivante, sans dogmatisme. En rupture avec ce qu’on lit habituellement en (ou hors) période électorale. Si après avoir parcouru ce document, vous êtes intéressés par cette démarche ou souhaitez prendre contact, n’hésitez pas à m’envoyer vos coordonnées ! Ils sont en train de composer les listes...

Partager cet article
Repost0
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 18:53

La revue TOUDI revit sur l'Internet. Elle a été mise en ligne ce dimanche soir.
Cette revue - dont je ne partage pas toutes les options - est l'héritière de "REPUBLIQUE" et de "TOUDI" (format papier) et se veut l'expression indépendante du Mouvement wallon dans ses différentes composantes. On y retrouvait (et retrouvera, je n'en doute pas) des analyses documentées et particulièrements fouillées.

Animée avec une très grande volonté d'ouverture, c'est un outil indispensable. Loin des fora et autres feuilles partisanes qui stimulent le complexe de persécution toujours à vif chez les fanatiques de toute dénomination.
 
Certes, cette nouvelle version n'est encore qu'une ébauche et elle est appelée à se développer.
Souhaitons lui longue vie !

Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...