Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2006 4 29 /06 /juin /2006 10:44

J'ai reçu l'adresse d'un site très sympa : http://www.antipub.be/ .

C'est le site de l'association "Résistance à l'agression publicitaire". Ils donnent quelques conseils intéressants pour agir au quotidien...

Partager cet article
Repost0
26 mai 2006 5 26 /05 /mai /2006 11:09

Le très médiatique sénateur libéral Alain Destexhe vient de découvrir le dernier livre de Paul-Henry Gendebien (Belgique, le dernier quart d'heure ?). Livre dont il reconnait l'excellence de l'analyse politique sur son blog personnel : http://destexhe.blogs.com/dossier/2006/05/gendebien.html.

La qualifiant de "la meilleure analyse récente du fonctionnement de notre système", il y a découvert également les propositions du programme du RWF qui, écrit-il, "mériteraient d'être au moins discutées".

S'il recommande vivement la lecture du livre, il n'en tire pas encore les bonnes conclusions pour son action politique.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2006 7 07 /05 /mai /2006 19:41
Soirée pluvieuse ce dimanche, je zappe ! Deux rediffusions…
 
Jean-François Coppé sur la chaîne internationale TV5 explose de naturel et se sincérité. Il défend son camp et sa politique avec ardeur et clarté, égratignant au passage, mais avec élégance ses adversaires mais évitant la langue de bois. Belle présence.
 
L’émission finie, je zappe.
 
Télé 2, la deuxième chaîne de la RTB(f), la fin de la rediffusion du débat de midi. Suite de l’enquête et du Colloque « Quand les jeunes s’en mêlent »… A voir la tête des jeunes invités sur le plateau, c’est plutôt les jeunes s’en m… Les « jeunes politiciens », en face, font assaut de langue de bois et de démagogie. Rivalisant de promesses et d'autosatisfaction. Mais bon, c’est comme ça qu’ils ont été formés (certains sont même tombés dans la démagogie à la naissance comme le fils d’un Commissaire européen belge qui va se mettre en congé de ses hautes fonctions pour soutenir son candidat aux élections communales dans sa commune, comme quoi, tout est relatif, même dans les priorités du monde).  Mais il n’y pas qu’eux, un psychanalyste (Profession non reprise dans le projet de loi donnant droit à la reconnaissance du titre de psychothérapeute !) grisonnant dont le nom m’a échappé, a fait mieux dans la critique gratuite de la politique. Plus démago tu meurs ! Peut-être voulait-il se faire bien voir des jeunes présents sur le plateau...
 
Heureusement un philosophe présent a  relevé - in extremis et hélas trop brièvement - le débat en disant que contrairement à ce qui avait été affirmé pendant l'émission, si on veut s’en sortir, jeune ou pas, il ne faut rien attendre du système, mais se prendre en main.  Que c'est comme ça qu'ils deviendront adultes !
Ouf ! 
 
Même si les partis traditionnels ont tout fait pour réduire la conscience politique de nos concitoyens au même niveau que celle de l'américain moyen, tout n'est heureusement pas perdu, il y a encore du bon sens.
Partager cet article
Repost0
15 avril 2006 6 15 /04 /avril /2006 20:32

Suite à la publication de son dernier livre, interview de Paul-Henry Gendebien dans "le Soir" de ce samedi : "Préparons le divorce à l'amiable !" 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 11:20
La Commission européenne vient de consacrer le Pèkèt "produit exclusivement wallon". Cette boisson spiritueuse, à base de baies de genévrier, devra être distillée en Wallonie. Alors que l'ancien règlement permettait à toute entreprise située hors de Wallonie d'usurper la dénomination traditionnelle, le Pèkèt sera bientôt clairement protégé tel un produit traditionnel wallon. Bientôt, parce que le nouveau règlement doit encore être validé par le Conseil et le Parlement européens…
Partager cet article
Repost0
27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 11:11
Hier soir, Arlette Arlette Chabot interrogeait ses invités sur le passé colonial de la France : doit-on en avoir honte ? Comment l'assumer ? Qu'est-ce qu'être Français aujourd'hui dans un pays aussi divers dans sa composition ? Comment être unis dans la République ?
 
Beaucoup de choses intéressantes ont été dites. On n’a pas échappé aux interventions habituelles de ceux qui confondent égalité des Droits et Droit à l’égalité de fait. Ni aux promoteurs du communautarisme et du multiculturalisme à l’anglo-saxonne. Ni à la simplification populiste de la Droite extrême. Ni à l’angélisme de la Gauche bien-pensante.
Face à eux, des démocrates, républicains, comme François Barouin, Max Gallo et surtout Elisabeth Badinter.
 
J’ai beaucoup aimé les (trop) rares interventions de cette dernière. Particulièrement quand, rappelant que la grande majorité des Français ont des ancêtres venus d’autres pays, ce qui est son cas, être Français aujourd’hui, c’est assumer complètement l’Histoire de France. Toute l’Histoire. Que l’intégration a toujours été difficile. Qu’être Français, c’est un choix assumé. Que c’est le choix de Valeurs. Celles qui sont inscrites dans la Constitution et aux frontons des Mairies. Et que c’est aussi le choix de la défense de ces Valeurs, ce qui a peut-être été négligé depuis une trentaine d’années au nom d’une notion déformée de la tolérance, a-t-elle ajouté.
 
Magnifique rappel !
 
Rejetant toute idée de multiculturalisme, de discrimination, de communautarisme, elle a plaidé, avec talent et sobriété, pour un retour aux Valeurs de la République, Valeurs qui sont les Droits de l’Homme. Et le civisme, la cohérence et la fermeté sur les principes.
 
L’émission s’est terminée sur le constat que le débat qui va s’ouvrir avec la campagne pour les élections présidentielles fera émerger celui (ou celle !) qui incarnera le mieux ces Valeurs.
 
J’ajouterais que dans l’identité française, je pense que l’héritage le plus important est celui des Lumières et des droits de l’Homme. Ce souci de l’universel hérité des Lumières ne doit pas conduire à la répression des particularités (on a essayé avec le jacobinisme) pas plus qu’à leur encensement (c’est le danger du communautarisme). Ce qui fait l’identité française, c’est à la fois cet attachement à l’universel qui fût l’un des moteurs du projet colonial tant décrié aujourd’hui, mais aussi cette ouverture aux particularités héritée de l’histoire coloniale et aux siècles d’intégration réussie de l'immigration.

L’identité, si elle forme un tout, a des composantes. L’identité française c’est ni le communautarisme (modèle ultra-libéral) ni un républicanisme aveugle (modèle de l’extrême droite comme de l’extrême gauche) qui ne veut pas voir les différences. On peut se sentir profondément bourguignon, wallon ou normand et français.
La France est héritière de son passé. La France est incroyablement diverse et en même temps indivisible parce que les Français le souhaitent ainsi. La France garde son identité par la transmission de ce souci de l’universel hérité des Lumières, ce qui n’est pas incompatible avec le fait que chacun assume ses particularités et respecte celles des autres.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2006 7 08 /01 /janvier /2006 19:03
 
10 ans déjà. J’ai eu alors l’impression de perdre un proche. Fils et petit fils d’ouvriers, le socialisme - le vrai - m’a fait rêver. J'ai été de ceux qui ont hurlé de joie en voyant sa tête s'afficher sur les écrans de télé en 1981. Je revois encore le nouveau Président arriver à pied à l'Elysée, une rose à la main, et les gens danser dans les rues le soir de son élection, emplis d'un immense espoir... 
  
Un espoir déçu, ricaneront certains. Oui, c'est vrai, pour l'essentiel, car le chômage s'est terriblement accru sous sa présidence, et tout le monde sait bien que dès la troisième année, il a dû tourner le dos à ses promesses de campagne. Mais au moins, il a essayé, au moins il avait un idéal, un vrai, qui a entraîné tout un pays, ou tout au moins une bonne partie des classes populaires, mais aussi des artistes et des intellectuels de son temps. 
  
Je suis de ceux qui pensent qu’il est injuste de donner l’image d’un Mitterrand exclusivement cynique, dévoré par la seule ambition personnelle, sans projet politique... D'abord ce serait faire l'impasse sur ce qu'on lui doit en cette fin de siècle : l'abolition de la peine de mort, la cinquième semaine de congés, les radios libres, la légalisation de l'homosexualité, la construction européenne, les grands travaux, la loi d'orientation sur l'éducation, la CSG (le seul impôt vraiment juste), etc. Il ne faut pas oublier non plus que Mitterrand est celui qui a libéré des médias jusqu'alors muselés par le pouvoir en place. 
  
Et puis ce serait oublier aussi ce qui a peut-être échoué, mais qui a donné tant d'espoir et a au moins été tenté, et on ne peut pas nier la noblesse : réaliser le socialisme en démocratie, sans nier les réalités et dans la modernité... Je préfère y voir une formidable ambition, non pas personnelle, mais collective. 
  
Et puis quel homme ! Nul, depuis de Gaulle peut-être, n'a incarné la France comme lui, nul n'a forcé autant le respect et l'admiration de millions de gens. Par procuration, j'ai vécu sous Mitterrand, je me considère donc comme un (grand) enfant de la "génération Mitterrand". François Mitterrand "est un président qui a eu du panache", a dit aujourd’hui Michel Rocard. C’est vrai. 
      
Quand à le comparer à de Gaulle, ce serait vain, l’époque n’était pas la même. Le Général nous avait laissé, à tous, une France ordonnée, fière de son identité nationale, prospère, homogène, solidaire de l'Europe et du monde, ce dont elle avait les moyens, tout en étant maîtresse de son destin. 
 
Ce qu’on regrette aujourd’hui, ce n’est pas le personnage, mais c’est aussi l’époque qui, à côté de ce que nous vivons aujourd’hui, et sans prendre de recul, permettait l’espoir tous les jours renouvelés, d’un monde meilleur jour tous. 
     
L'histoire lui rendra justice et Mitterrand aura une place de choix au panthéon des grands hommes d'état français. Le jour où l'Europe sortira inévitablement de son balbutiement et prendra définitivement forme, la conscience collective oubliera « le florentin » pour ne retenir que le visionnaire. 
    
Je vous laisse ces quelques citations que j’aime bien… 
 
Poser une question qui ne se pose pas est le plus sûr moyen de prouver qu'elle se pose. 
 
Pour ma part, je dirais que le pouvoir élève, le pouvoir nous rend exigeant envers les autres et envers nous-mêmes. 
 
La domination pour la domination, quel ennui. La France n'est pas une épouse soumise qui offre ses charmes au tout venant. La France est une maîtresse exigeante qui souhaite qu'on la flatte, qu'on l'embrasse et qu'on la comprenne. Ma passion du pouvoir est intrinsèquement liée à la passion de mon pays, de son histoire, de ses grands hommes, de l'héritage du messianisme révolutionnaire, que sais-je encore... 
 
J'ai toujours considéré le pouvoir comme un moyen et non pas une fin. Ma fin a bien été de changer la vie de mes concitoyens. 
 
On ne peut songer à faire une carrière politique en France si l'on ignore le nom des arbres et la saison des truffes.
 
On crée pour l'éternité, même si elle se charge de démentir.
Et enfin, pour le plaisir, cet extrait du débat avec J. Chirac...
 
Ou cette extraordinaire publicité électorale !  
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2005 2 29 /11 /novembre /2005 10:08
Mon texte d'avant-hier a été repris sur le forum de "La Libre" intitulé : "Pourquoi la Région wallonne s'est-elle fait rouler dans le dossier Francorchamps ?". La source n'est pas citée...

Par contre excellent édito, très lucide, dans "L'Echo" à propos du manifeste pour l'indépendance de la Flandre.
 
Enfin, toujours sur le même Forum de "la Libre", ce très beau texte, un peu hors propos, mais fort intéressant :

Lettre ouverte aux Wallons qui aiment la France 28/11
D’abord ignorant, j’ai découvert un peu par hasard, une bande de joyeux farfelus qui croient, avec la foi du converti à une union de la Wallonie et de la France.
Comment peut-on espérer une communion de la sorte pensais-je dans un premier temps, avec des français incapables d’entendre se qui se passe à deux heures de Paris, encore moins d’écouter ; trop occupés à geindre et à se morfondre sur leur nombril et leur plan d’épargne, dans un pays qui , tout le monde le dit, syndicalistes et politiques en tête, va à vau-l’eau !
Curieux, interloqué, puis assoiffé de connaissances sur l’Histoire Belge, je découvre ce communautarisme exacerbé des deux côtés, et ces blessures de l’Histoire, qui, de part et d’autre de cette ligne Maginot linguistique ne semblent pas refermées.

Un peu surpris, et ravi, je continue à vadrouiller sur la toile, essayant de prendre informations et opinions sur les sites et forum de tous bords.
Et puis une réflexion se fait jour : Un sentiment d’appartenance si fort, non contraint, alors que sur 1000ans, à peine une vingtaine d’années ont vu la Wallonie en France (je ne compte pas l’époque Carolingienne, un peu lointaine pour exacerber un sentiment national, inconnu à l’époque) force le respect et surtout à se re-pencher sur l’Histoire de France, ses valeurs, son message universel humaniste, précurseur même des valeurs de la République.
Alors oui je comprends, et un premier effet important se produit : je me mets à redécouvrir les mots patrie , nation, amour de la France et de ce qu’elle apporte, mais aussi des devoirs de ses citoyens !

Pour cela, déjà , je vous remercie de ce que vous faites, et de l’air frais qui nous vient de chez vous, et qui nous rappelle qui nous étions et que nous aurions toujours du rester.


Pourtant, ce combat semble à première vue d’arrière garde, dans une Europe post 68arde qui n’en finit plus de se chercher, sans valeurs et sans envie.
Vos idées ne trouvent pas un écho important (au vu des dernières élections) en Wallonie et surtout à Bruxelles , et je comprends que beaucoup en Belgique soient dubitatifs sur un avenir commun avec la France:
-une persuasion bien ancrée que la België reste la solution face à l'ogre flamand; persuasion entretenue (on le voit bien à l'exterieur) par les médias et politiques de façon quasi subliminale...
-une image savamment distillée de la France empêtrée dans ses problèmes (barbecues d'africains à paris, banlieues "losangelesisées" xénophobie latente zoomée à la lorgnette et j'en passe.

Rien sur les populations parfaitement intégrées (80% des français se reconnaissant de confession musulmane ne mettent pas les pieds à la mosquée et consomment avec plaisir bière et vin).

Cela fait longtemps que le centralisme jacobin n'est plus d'actualité; les régions (surtout celles à plus de 300km de Paris) ont maintenant les moyens de leurs ambitions internationales (Marseille-Cadarache, Sophia-antipolis, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Lille et j'en passe ne sont plus vues par les anglo-saxons comme des antennes syndicales depuis des lustres).

En y regardant de plus près , ces idées de réunion s'imposent pourtant assez logiquement si on réfléchit un tant soit peu :
je crois que la Wallonie aurait plus les moyens de s'exprimer, de se développer et d'apporter son expérience dans un cadre français qu'en dispersant son énergie comme elle le fait actuellement à travers je ne sais combien d'organes, de parlements, d'assemblées qui font la même chose, tout en luttant contre une Flandre unie et en ordre de bataille, avec des visions à moyen et long terme qui lui permettent d'avancer ses pions judicieusement.

Wallons et Bruxellois tâtonnent en aveugles, parent au plus pressé, écopent avec une cuiller à moka le bateau wallon, ne voient pas venir les coups, espèrent des concessions: on tend l'autre joue en espérant être mangé en dernier, on a vu la même chose en 1938!

J’ai envie de vous dire courage, votre combat est juste, mais je pense plutôt que la leçon de courage, c’est vous qui nous la donnez, en hurlant contre les vents : courage, France nous serons bientôt avec vous !

Goulven de Kermalet
Breton
_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret
plutôt la mort que la souillure
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2005 6 19 /11 /novembre /2005 00:00
La Libre a publié hier sous le titre : Opinion - WALLONIE - Crise et remèdes, une analyse de Paul-Henry Gendebien.
Il y tient des propos très dur mais très vrais tels que : "La démocratie, c'est la révocabilité du pouvoir. En Wallonie, le pouvoir n'est plus révocable. D'où les comportements intolérables que l'on connaît bien, mais qui sont malgré tout tolérés..."

Il invite les Wallons et les Bruxellois à réfléchir très activement et très sérieusement au destin qu'ils veulent se donner...
 
http://www.lalibre.be/article.phtml?id=11&subid=120&art_id=251632
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2005 6 19 /11 /novembre /2005 00:00

Sortie du  "Guide des résistances à l'extrême droite" aux Editions Labor.

Ecrit par Manuel ABRAMOWICZ et préfacé par Xavier MABILLE (président du
CRISP), ce livre de 250 pages est disponible depuis hier dans toutes les bonnes librairies.

Me citant, Manuel Abramowicz reprend mon analyse sur l'intégration de l'extrême droite dans le système belge...


 

Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...