Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 06:19
Aujourd’hui, je voudrais donner un petit coup de pouce à un livre qui devrait être déclaré d’utilité publique de toute urgence car ce qu’il propose relève de la salubrité de l’endroit où on travaille, et même au delà. Son ambition ? Dégommer les abrutis qui pullulent au travail et coûtent très cher aux entreprises.  Pour vous mettre l’eau à la bouche, je vous propose ce petit test basé sur l’étude universitaire (*) consacrée au management des entreprises qui fait l’objet de ce livre. Mais ça s’applique à d’autres milieux… La politique (qui semble bel et bien un lieu de grande concentration, on le voit tous les jours) ou toute forme de vie associative par exemple !
 
Ce test est une «  checklist » qui doit vous permettre d’évaluer si un futur chef peut être un sale con. Il fait le point en 10 questions. Vous pouvez demander aux gens que vous connaissez et ayant travaillé pour votre chef potentiel de répondre à ces questions.
Analyser les réponses à ces questions avant d’accepter un travail peut vous éviter beaucoup de désillusions. Un des points clés dans Objectif Zéro-sale-con, c’est que l’un des moyens les plus efficaces pour éviter d’être laminé par des sales cons (et en devenir un vous-même), c’est de « résister dès le commencement » (Léonard de Vinci !), autrement dit d’éviter de travailler pour un sale con ou de rejoindre une organisation totalement infestée.
 
1 « Lèche-bottes/botte-culs
– « Comment le futur chef se comporte-t-il avec les personnes d’un rang supérieur et avec celles d’un rang inférieur ? »
– « Pouvez-vous donner des exemples précis ? »
Une caractéristique des sales cons certifiés est qu’ils ont tendance à rabaisser ceux qui ont moins de pouvoir qu’eux et à cirer les pompes de leurs supérieurs.
 
2. Zéro critique
– « Comment le futur chef supporte-t-il la critique ou le blâme quand cela devient un peu chaud ? »
Méfiez-vous des gens qui critiquent tout le temps les autres mais ne tolèrent pas même une dose minimale de critiques à leur égard…
 
3. Pétage de plombs
- « Dans quelles situations avez-vous vu le futur chef perdre son sang-froid ? »
La colère est parfois justifiée, ou peut même être efficace si elle est utilisée avec parcimonie, mais quelqu’un qui « tue le messager » trop souvent peut générer un climat de peur.
– « Est-ce que les collègues sont effrayés à l’idée de prendre l’ascenseur avec lui ? »…
 
4. La maison ne fait pas crédit
– « Quel style décrit le mieux le futur chef : il reconnaît le mérite sans contrepartie, il le reconnaît aux bonnes personnes, ou il croit que chacun devrait être son propre champion ? »
Cette question vise à savoir si la personne peut avoir tendance à prendre le mérite sur lui sans reconnaître le travail de son équipe.
 
5. Cancer généralisé …
- « Que disent les anciens collaborateurs ?
Les sales cons sont généralement connus pour répandre la zizanie dans les équipes et susciter des conflits improductifs. Certes le monde entier semble bien vouloir tolérer les sales cons qui ont du talent, mais cela ne signifie pas que devez aussi le faire.
 
6. Incendiaire
- « Quel genre d’email envoie le patron en question ? »
La plupart des sales cons ne peuvent pas se retenir dans le courrier électronique : incendier les gens, mettre le monde entier en copie, utiliser la copie cachée pour se couvrir. Analyser les en-têtes de ses emails est une véritable porte ouverte sur son âme.
 
7. Déprimant
- « Quel genre de personnes trouvent difficiles de travailler avec le chef en question ? »
- « Quel genre de personnes semblent facilement travailler avec le chef en question ? »
Soyez attentif aux réponses qui suggèrent que seules les personnes très volontaires ou très motivées travaillent mieux avec cette personne : les sales cons ont tendance à laisser autour d’eux des gens déprimés et découragés.
 
8. Jouer perso
- « Est que le futur chef partage l’information pour le bénéfice de tous ? »
La tendance à cacher son jeu (c’est-à-dire la répugnance à partager l’information) est le signe que la personne considère ses collègues comme des adversaires qui doivent être battus pour pouvoir avancer.
 
9. Cordon protecteur
- « Est-ce que les gens prendraient ce futur chef dans leur équipe ? »
Parfois, cela met tout sens dessus dessous d’avoir un sale con dans votre équipe, mais cela n’a pas d’importance si les autres membres de l’équipe refusent de travailler avec cette personne. Cette question vous permettra de déterminer si le bénéfice d’avoir la personne en question dans votre équipe l’emporte sur les inconvénients liés à son comportements de sales cons.
 
10. Apparition
- « Que se passerait-il si un exemplaire d’Objectif Zéro-sale-con apparaissait sur le bureau du futur chef ? »
Méfiez-vous si la réponse est : « Tous aux abris… »
 
Décoiffant, non ?
 
 
(*) L’auteur Robert SUTTON est professeur de management à la Stanford Engineering School. Il étudie les liens entre les connaissances en management et l’organisation de la prise de décision, de l’innovation, de la performance.
Objectif Zéro-sale-con Ed. Vuibert mars 2007
 
En savoir plus ? Un blog en français dont j’ai tiré le test ci-dessus : http://objectif-zero-sale-con.blogspot.com/
Et testez-vous également…  Téléchargez ce fichier
Partager cet article
Repost0
27 avril 2007 5 27 /04 /avril /2007 19:16
Amusant. Le Journal du Mardi du très belgicain Claude Demelenne ne donne en lien vers les partis politiques belges que le Spirit et la NV-A
Partager cet article
Repost0
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 06:48
1. Vu sur le site de l'Union des Français de l'Etranger  et pour ceux qui hésitent encore, qui font partie des quelques 30% d’indécis à ce jour, voici un petit test politique (*) qui peut peut-être faire la différence.
 
Vous pourrez y comparer vos réponses avec celles des candidats.
Voici mon degré d'affinité avec les candidats (nombre de réponses communes)
1. Ségolène Royal
2. José Bové
3. Marie-Georges Buffet
4. Olivier Besancenot
5. Arlette Laguiller
6. Philippe de Villiers
7. Dominique voynet
8. Gérard Schivardi
9. François Bayrou
10. Frederic Nihous
11. Jean-marie Le Pen (ouf, il est très loin !)
12. Nicolas Sarkozi
 
Si j'en crois ce test, je serais clairement à gauche !
 
  
2. Le Politest, (**) qui a été également imaginé par un groupe d'anciens étudiants de Sciences Po, passionnés par le débat politique et inquiets du niveau de l'abstention. 
En analysant ce qui fait qu'on se sent plus proche d'une tendance que d'une autre, ils ont élaboré une grille d'analyse des positionnements politiques qui permet de distinguer la droite et la gauche, ainsi que la plupart des partis.
   
Voici mes résultats à ce deuxième test : Je me situe au centre gauche. Mais... aucun parti ne correspond exactement à mes opinions !
Cependant, voici les partis dont je serais le plus proche (dans l'ordre) :
  
1. le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) de Jean-Pierre Chevènement, mais j'accorderais moins d'importance au rôle de l'Etat dans le domaine économique et social.
2. l'UDF, mais je ne partage pas toujours les mêmes opinions sur les questions liées à l'évolution des moeurs.    
3. le Parti Socialiste (l'aile droite du Parti Socialiste), mais je ne partage pas toujours les mêmes opinions sur les questions économiques ou sociales, ni sur l'importance de la responsabilité personnelle des gens.
4. l'UMP (tendance centriste), mais je ne partage pas toujours les mêmes opinions sur les questions liées à l'évolution des moeurs.
  
   
Et vous ?
 
A prendre avec beaucoup de recul évidemment...
 
(*) Ce test est une production de Sciences-Po
(**) C'est l'un d'eux, Laurent CALD, qui a conçu, à partir de cette grille d'analyse, le test en 12 questions qui permet de vous positionner politiquement.
Partager cet article
Repost0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 12:15
Je ne sais pas qui en est à l'origine, mais c'est sympa ! J'ai bien ri !
 
Partager cet article
Repost0
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 18:29

Amusant : à la page 85 de la revue "Touring explorer" de mars 2007, le ministère flamand des routes publie (en français) une pleine page de publicité pour vanter la qualité de ses parking d'autoroutes.

"Chaque année, le Gouvernement flamand inspecte toutes les aires d parking des autoroutes el décerne un label de qualité aux meilleures".  Suit alors une description des points qui font l'objet de l'attention des inspecteurs.

Curieux non ? La construction et l'entretien (donc également des aire de parkings) des autoroutes en Flandre est de la compétence du
Ministère flamand. Plutôt que de décerner des étoiles et à défaut (parce qu'il y en a qui en sont privées !) pourquoi ne pas les entretenir  ?

Je n'ai pas lu la version flamande de la revue...

Partager cet article
Repost0
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 16:54

La Couverture de la version belge de "Paris Match" affiche cette semaine un rendez-vous exclusif  avec Milquet, Di Rupo, Javaux et Reynders (en photo) sous le titre :

"UNIS POUR LA BELGIQUE"
"Face à la menace flamande, les présidents se mobilisent"

Les pauvres, ils en sont là...   Quel aveu !

Partager cet article
Repost0
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 14:00

Un ami vient de m'envoyer ceci... qui est très pertinent !
Je ne sais pas d'où ça vient, mais s'il y a un copyright, merci de m'informer !

Partager cet article
Repost0
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 12:00

Pour le plaisir, quelques-unes des meilleurs publicités autour du rugby !
Avec le son !

Pour Adidas !
Une autre, fabuleuse !
 
 
pour Nike :

Pour une marque de bière...


Et de Whisky :

 Et uniquement pour le plaisir des yeux et des amateurs

l'essai du siècle !
France-All Blacks 1991

Partager cet article
Repost0
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 08:53

Voici à quoi ressemblerait la carte de Belgique (si elle existait encore !) après quelques années de réchauffement climatique et une hausse de 20 mètres du niveau des mers. Pour une fois, les plus gros pollueurs seraient les payeurs...

Réchauffement climatique : Carte de la Belgique après élévation du niveau des mers de 20 mètres

Plus sérieusement, l'élévation du niveau des mers devient de plus en plus préoccupant pour les activités humaines. Les digues dont les régions côtières basses s'était jusqu'ici contentées ne pourraient bientôt ne plus suffire à repousser l'eau. Des solutions alternatives ont été mises en place à travers un projet international soutenu par l'Europe et par les pouvoirs publics des Etats concernés (Hollande, Angleterre, Belgïe). L’objectif : Permettre des inondations maîtrisées dans des zones contrôlables. Ce projet porte le nom de "Frame" - Flood Risk Management in Estuaries – (A vos souhaits !)
 
Dans la zone flamande de Kruibeke-Bazel-Rupelmonde, c'est une zone de 600 hectares qui a été réservée pour les inondations. Située à l'embouchure de l'Escaut, lorsque les fortes marées se combinent avec de fortes pluies en amont, celle-ci n'est plus capable d'assumer le volume d'eau qu'elle reçoit. Pour palier au problème, cette surface de 600 hectares a donc été entourée d'une digue peu élevée. Si l'eau monte trop, elle franchit cette digue et se déverse dans une zone inondable. Elle-même entourée d'une digue beaucoup plus haute afin d'éviter les débordements en direction des zones habitées. 
 
A l'embouchure de l'Yser, à cheval entre les frontières française et flamandes, les bords de l'estuaire sont composés de plages de sable et de polders. Mais la construction de plusieurs ports de plaisance dans la zone et l'urbanisation désolante dans la zone a détruit les plantes qui soutenaient les dunes, a affaibli ces dernières, et fragilisé cette barrière naturelle. 
 
Une infrastructure permettant à l'homme de visiter la région sans détruire les plantes a été réalisée récemment. Avec l'espoir que les plantes reviennent sur les dunes... 
 
Tout ça semble dérisoire et ressemble plus à un « emplâtre sur une jambe de bois ». C’est qu’il y a urgence : on estime (estimation prudente, merci à ceux qui m'ont fait remarquer l'erreur de calcul !) que le niveau des mers montera de 6 mètres d'ici la fin du siècle. Assez pour inonder une grande partie de la Flandre...

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2006 4 14 /12 /décembre /2006 15:00
Rappelant que les présidents de partis étaient tous au courant du contenu et de la programmation de l’émission sur la fin de la Belgique, voici un petit florilège de mauvaise foi et de mensonges flagrants ! (*)
 
Pour Elio Di Rupo, "il est irresponsable et incivique de faire croire que les Flamands ont voté leur indépendance alors que notre pays est secoué par des volontés séparatistes".
 
Joëlle Milquet juge pour sa part cette initiative "ni responsable ni opportune. Elle mérite des explications sans délai. On ne joue pas avec l'avenir du pays et l'attachement des Belges à son égard".
 
Pour Didier Reynders, "cette émission décrédibilise totalement une institution à laquelle la Communauté française consacre beaucoup de moyens". Pour le MR, la ministre de l'Audiovisuel Fadila Laanan portera toutes les responsabilités politiques de cette émission.
 
La ministre de l'Audiovisuel Fadila Laanan se déclare honteuse…
 
Isabelle Durant s'est pour sa part déclarée "estomaquée" par l'attitude de la RTBF. "On ne banalise pas ainsi l'avenir du pays. (...) Sans prévenir, on montre une fiction sur le sujet avec le risque de la banaliser. Enormément de gens y ont cru. Je comprends que l'on recherche des façons originales de présenter un sujet, mais celui-là mérite un autre traitement."
 
Et les politiques flamands ne valent pas mieux !
 
Le Premier ministre Guy Verhofstadt juge cette émission qui annonçait la fin de la Belgique comme "irresponsable". C'est du très mauvais Orson Welles a-t-il ajouté.
 
Pour Yves Leterme, "on a caricaturé les positions flamandes, comme on le fait toujours dans les médias au sud du pays. Nos partis y sont décrits sans objectivité."
 
Bert Anciaux (SP.A-Spirit) déclare quant à lui qu'"il est grand temps que nous apprenions à nous connaître dans ce pays. Moi, je ne me reconnais pas quand la presse francophone parle des Flamands".
Comment dit-on "faux-cul" en Flamand ? Peu importe, c'est l'esprit qui compte !
(*) Sinon, comment imaginer que Charles Piqué, Olivier Maingain ou Karl Lambrecht auraient accepté de jouer leur propre rôle ?
Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...