Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 12:05

Et ce n’est qu’un début… 
 
Le conseil communal de Braine-l’Alleud a voté, sans guère d'espoirs, une motion pour faire revenir le Conseil d’administration de « THE POST - DE POST - LA POSTE » (*) sur sa décision de ne plus garder qu’un seul bureau de poste (difficile d’accès) pour 38 000 habitants et cinq cents entreprises dans une commune qui est encore en expansion...
 
La commune n'a pas été consultée, évidemment.
 
Rien de vraiment étonnant pour ceux qui ont suivi les décisions budgétaires tout autant qu'idéologiques du gouvernement sortant. Il fallait bien maintenir le budget annuel de l'Etat en équilibre.
 
En effet, avec le mariage forcé de LA POSTE avec la poste danoise et un Fond d'investissement britannique, le gouvernement fédéral, qui ne voulait pas investir dans la modernisation de l'entreprise publique, a ainsi réédité le coup de la fusion de la SABENA, pratiquement dans les mêmes termes. 
 
On a peu parlé de ce bel investissement pour les Danois et surtout pour CVC Capital Partners Ltd (qui ne sont pas des bienfaiteurs, ne nous leurrons pas ; la preuve…). Leur objectif est de s'approprier ce qui fait pour eux la valeur de « LA POSTE », c'est-à-dire son patrimoine immobilier, son réseau bancaire et les avoirs en dépôts. 
Ne doutons pas que, ces opérations effectuées, ils lâcheront ce qui restera de l'entreprise publique. 
 
Une preuve de plus que la Belgique n'est plus un Etat digne de ce nom. En expropriant les citoyens d'un service public, patrimoine collectif constitué par eux et pour eux, pour le brader à vil prix à des opérateurs étrangers, l'Etat belge n’a plus rempli son rôle qui est d'assurer pour l'ensemble de la communauté des missions essentielles à un prix raisonnable et l'accès aux services, témoins d'une certaine forme d'égalité et assurant ainsi la cohésion sociale. 
 
On commence seulement à en voir les conséquences.

(*) Pour mémoire, la langue internationale de la Poste, c'est le français...

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 18:00

(Belga) En marge des discussions communautaires actuelles, Brigitte Grouwels (CD&V) souhaite savoir si la province du Brabant wallon accepterait d'instaurer un bilinguisme généralisé. La secrétaire d'Etat bruxelloise a annoncé lundi avoir adressé une lettre aux bourgmestres des communes de cette jeune province pour tenter d'avoir une réponse à cette question.
 
Pour Brigitte Grouwels, il s'agit d'y voir plus clair au sujet l'option d'étendre le statut bilingue de Bruxelles aux Brabants wallon et flamand. « Dans le cadre des discussions institutionnelles actuelles, il importe de connaître les points de vue des différents partenaires », a-t-elle affirmé, dans un communiqué. D'après elle, cette piste du bilinguisme étendu est de plus en plus souvent évoquée dans le cadre des discussions sur la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, Selon le porte-parole de la secrétaire d'Etat CD&V, interrogé lundi après-midi, cette démarche a été entreprise « sans a priori, si ce n'est celui de ne pas toucher aux limites de la Région bruxelloise et à la frontière linguistique ». Dans sa missive, la secrétaire d'Etat a ajouté qu'elle avait demandé aux bourgmestres si « les autorités concernées » pouvaient adhérer au principe de l'égalité de droits entre flamands du Brabant wallon et francophones du Brabant flamand. Elle a rappelé qu'en 1962, les six communes du Brabant flamand s'étaient vu imposer des facilités. D'après elle, « trois communes du Brabant wallon avaient été retenues pour bénéficier du même statut dans le projet de loi initial de l'époque. Elles ont catégoriquement refusé. Il importe aujourd'hui de savoir si les esprits ont évolué », a enfin dit la secrétaire d'Etat. 
 
Vous connaissez mon opinion. Il y a quelques années (en 2003 !), avec quelques amis nous avions annoncé ce risque dans le cadre du « grand marchandage » communautaire autour de BHV. En nous posant en « chiens de garde de l’intégrité française (et donc wallonne) du Brabant wallon ».
 
En faisant cette demande,mais curieusement uniquement à destination des Wallons, Brigitte Grouwels ne fait que rejoindre les propos de quelques politiciens bruxellois (Maingain, encore lui !) qui ont suggérés un élargissement de Bruxelles à tout le Brabant (Brabant Flamand + Brabant Wallon) et notamment D. Thiery du FDF dont j'ai parlé dans un billet précédent.
Certains, en Brabant wallon, comme Charles Michel à Wavre ou Raymond Langendries à Tubize, n’ont pas attendu cet appel pour annoncer que « ça ne les dérangerait pas ». Le risque est donc grand. Les mandataires des partis traditionnels n’ont pas souvent d’état d’âme, ils obéissent aveuglément aux ordres de leurs présidents de partis. Carrière oblige !
 
Un Brabant wallon bilingue ? Pourrions-nous encore nous qualifier de « Wallons » ? Aurions-nous automatiquement un échevin flamand d'office de Rebecq à Orp-Jauche et de Beauvechain à Villers-La-Ville ? Devrons-nous importer des agents flamands (les seuls à être naturellement « nés bilingues », forcément !) pour les guichets du nos communes ou CPAS, aggravant notre taux de chômage, comme à Bruxelles où la majorité des emplois sont par principe donné à des Flamands (Même incompétents comme le reconnaissait Grouwels elle-même) ? 
 
Brabançons wallons, vous savez ce qu’il vous reste à faire : écrire à votre maïeur !
 

NB : Depuis, on sait qu'ils ne sont plus seuls... Vincent Scourneau, Jean-Luc Roland et Serge Kubla (mais est-ce étonnant ?) les ont rejoints. Heureusement, Dimitri Legasse sauve un peu la mise en déclarant que cette proposition est dénuée de fondement.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 18:57
Dans La Libre d’aujourd’hui, sous la plume de Francis Van de Woestyne, généralement mieux inspiré quant à ses interlocuteurs, on peut lire une interview d’un certain Damien Thiéry, FDF de Linkebeek, une des communes à facilités, qui propose d'étendre la Région bruxelloise, en y absorbant les provinces du Brabant wallon et du Brabant flamand !
 
J’ai déjà eu l’occasion de dire tout le mal des propositions qui visent à faire coïncider région sociologiques et hinterland (forcément économique), mais là, c’est fort. C’est d’ailleurs le journaliste lui-même qui insiste sur le fait que qu'il est indispensable de demander l'avis de la population. Sans obtenir de réponse.
Ce Damien Thierry fait fi du Droit des gens. Il y a visiblement pour lui différentes catégories de citoyens. De bon citoyens pour qui il faut faire le maximum et qu'il faut consulter sur leur avenir (les habitants francophones de la périphérie). Et d'autres, quantités négligeables, des Wallons et des Flamands à qui il ne faut certainement pas demander leur avis et qu'on peut annexer sans états d'âmes... Des sous-hommes ?
 
Le FDF qui a eu son utilité en contribuant à populariser à Bruxelles l’idée du fédéralisme montre là son véritable fond. Le "D" ne veut certainement pas dire démocratique. Ou alors au sens où il est utilisé dans la dénomination des pays totalitaires.
Partager cet article
Repost0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 06:20
La Région wallonne a vendu l'incubateur wallon situé dans l'Axis Parc de Mont-Saint-Guibert. Construit en 2004 et opérationnel deux ans plus tard, l'incubateur wallon n'a jamais été occupé depuis, révèlent mardi les journaux du groupe Vers l'Avenir.
Ce projet avait été voulu par le député-bourgmestre de Waterloo, Serge Kubla, alors ministre wallon de l'Economie (oui, celui qui s’est aussi occupé du dossier de Francorchamps…), à la suite de la visite d'un projet similaire au Japon. Le ministre présentait l'incubateur comme
un service d’archivage numérique pour les médias audiovisuels,
un espace pour start-up numériques, une vitrine technologique pour la Wallonie.
Depuis lors, aucun client n'a manifesté d'intérêt pour ce projet, comme le pressentait l'Inspection des finances qui avait envoyé deux notes à ce sujet lors de l'annonce du projet. Depuis des mois, la région wallonne tentait (discrètement) de vendre le bâtiment de Mont-Saint-Guibert. Il sera finalement vendu pour 6,1 millions d'euros à un acheteur américain.
Partager cet article
Repost0
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 07:51

Aucun parti dit démocratique n’a réagi à la proposition de l’influente composante bruxello-centriste du MR d’élargir les frontières de la Région bruxelloise à Waterloo et Braine-l'Alleud ! Silence total également du côté des autres formations démocratiques non représentées au Parlement… 
 
Pour d’autres raisons que Di Rupo qui, comme Gilson en 1963 n’hésiterait pas à se débarrasser de communes à faible pourcentage d’électeurs de son parti, le FDF s'appuie sur deux études universitaires (UCL et Saint-Louis) évoquant (évoquant seulement) une « agglomération bruxelloise » de 33 communes. 
 
Je suis d’accord pour les communes « dites à facilités » liées sur les plans social, culturel, économique. Mais plus dubitatif pour les autres communes dortoirs de la périphérie (à quel titre, puisqu'elles n'hébergent que peu de francophones et que ceux qui s’y sont installés l’ont fait en toute connaissance de cause ?). Par contre, Waterloo et Braine l’Alleud… même en prenant en compte la forte immigration bruxelloise dans ces deux communes. Là, le parti bruxellois fait fort ! 
 
Et quoi ? Confondant allègrement (volontairement ?) zone d’influence politique et économique, il  rejoint les arrières pensées de Di Rupo sur lesquelles j’avais déjà écrit un billet en décembre dernier : « L’intégrité du Brabant wallon en péril » 
  
Si on tient le même raisonnement que Maingain et ses troupes, confondant hinterland économique et territoire politique, Maëstricht pourrait intégrer la région liégeoise, Luxembourg ; Bastogne, Arlon, Virton etc.. et Valenciennes pourrait demander son élargissement à Mons, Lille pourrait absorber le Tournaisi et une partie du Courtaisi. Mais dans ces deux derniers cas, ce serait pour le plus grand bénéfice de ses habitants. 
 
A la RTB(f) qui relayait ces propositions, on se garde bien de dire que si les rêves d’annexion de Waterloo et Braine-l’Alleud à la région bruxelloise se réalisent, il y aura un échevin flamand dans chacune de ces communes et le bilinguisme des administrations deviendra la règle. Cela signifie la mise en place du biliguisme administratif : affichage public bilingue (et remplacement de toutes les plaques de rue), administration communale bilingue (mise à pied à terme de tous les fonctionnaires ne possédant pas les certificats de bilinguisme). Bilinguisation - c'est aussi la flamandisation - des commerces, des banques. Remplacement des TEC par la STIB... 
 
Bonjour la fuite d’emplois pour les Wallons et les bruxellois francophones nouvellement arrivés ! 

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 16:19
D’une correspondante que je remercie :
 
« Attention aux idées de fédération du Premier Ministre, de Communauté urbaine de Mme Grouwels et M. Desmet. Je pressens un espoir flamand d’arriver à une Belgique entièrement unilingue. En commençant par raccrocher notre Brabant wallon à Bruxelles. L’idée forte est peut-être plus celle-ci que le séparatisme ! »
 
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 08:38

Entendu dans l'émission "éco-soir" sur la Première (RTB(f)-radio) :
 
"En raison notamment de l'augmentation du prix des alcools à la base de la fabrication des vinaigres, l'entreprise "l'étoile" à Bierges a dû se résoudre afin d'assurer la pérennité de la marque, à vendre sa marque ainsi que sa clientèle au vinaigrier néerlandais De burg bv Azijn, lequel a l'intention d'ici 1 an, 1an et demi de délocaliser sa production vers son site de Roosdaal en Brabant flamand."
 
Encore des emplois wallons supprimés au profit des flamands ? il est trop tôt pour le dire. à suivre ....
 
Merci à Michel Martens pour avoir attiré mon attention !

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 13:35
Etrange coïncidence ! (encore que…) 
Dans "Le Soir" du week-end, Di Rupo affirmait : "Nous avons en réserve une série d'idées, comme l'extension de la région bruxelloise avec un lien territorial avec la Wallonie."
Ce matin, deux dirigeants du MR publiaient une « Lettre aux Wallons » dans laquelle ils rappellent qu'ils plaident depuis longtemps pour une meilleure organisation des francophones, une plus grande solidarité entre la Wallonie et Bruxelles. Rien de bien nouveau me direz-vous.
 
Cette idée d’élargissement de la Région bruxelloise à son Hinterland naturel n’est pas nouvelle. Dans n’importe quel Etat démocratique, ça n’aurait pas posé de problème. Encore faut-il se rappeler que l’hinterland(*) est une notion économique. Et non politique. Or, c’est bien de cela qu’il s’agit.
Le Vice-président MR et Président du FDF, parti saprophyte(**) du PRL au sein du MR, exige également l’extension de la Région bruxelloise à presque toute la Wallonie… si on écoute bien ses discours.
 
Où se ferait ce lien territorial ? Nulle part ailleurs que dans la province du Brabant wallon, la plus proche de Bruxelles.
Vers quelles communes ? Celles qui sont les plus rapprochées de la frontière linguistique. Wavre, peut être exclue parce qu'il faudrait alors déterminer un autre Chef-lieu pour la nouvelle province.
La Hulpe est envisageable (elle avait d’ailleurs déjà été menacée à l'époque des lois Gilson – 1963 !), mais présente l'inconvénient de ne pas être contigüe d’une commune flamande dotée du régime dit « de facilités ». Une situation d'ailleurs semblable pour Wavre qui serait également exclue pour cette seconde raison.
Quelles communes répondraient alors aux critères requis par la pensée Di rupienne ?
Le choix n'est pas large, il ne reste plus que Braine l'Alleud et Waterloo qui possèdent les « caractéristiques convenables » pour fusionner avec la région bruxelloise, les deux villes jouxtant la commune à facilités de Rhodes Saint Genèse. Déjà Di Rupo avait pointé le bout de l'oreille en annonçant il y a quelques semaines que cette commune à facilités pourrait faire la liaison entre la région de Bruxelles et la Wallonie.
 
Inquiétant. Deux des principaux partis francophones seraient ainsi en train d’accorder leurs violons sur notre dos. Le fait que ces communes perdraient ainsi leur statut linguistique français pour devenir de facto bilingues (et donc pourvoyeuse prioritaire d’emplois aux « nés flamands » comme à Bruxelles) semble bien être le cadet des soucis des généreux Di Rupo et Maingain. En venant avec cette proposition, il s'agit uniquement de pouvoir s'asseoir à la table de négociation avec une monnaie d'échange dont une fois de plus la Wallonie ferait les frais. Quant à l'avis des habitants, on s'en passerait tout naturellement...
 
Le danger ne vient pas toujours des Flamands !
 
Merci à Pierre Bary pour avoir attiré mon attention !
(*)   Zone d’influence et d’attraction économique
(**) "Germe" ou "végétal" qui vit sur un hôte, se développant à partir de matière organique inerte...
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 09:59
On sait que certaines lignes des TEC passent régulièrement la frontière linguistique pour assurer des liaisons avec des villes situées hors Wallonie. Les tracasseries d’abord, puis le refus des autorités flamandes de laisser le « rapido-bus » circuler sur la « bande d’arrêt d’urgence » de l’autoroute Namur–Bruxelles au-delà de Wavre, et le rendant ainsi moins efficace, sont bien connus.
 
Les membres du TAK (Taal Aktie komitee) se sont rappelés à notre « bon » souvenir hier. Ils ont mené mercredi après-midi une action contre l'usage du français sur le territoire flamand. Sur un bus des TEC de la ligne 18 reliant Louvain (Brabant flamand) à Jodoigne. Ligne ancienne et faisant l’objet d’un accord avec la société flamande de transports publics.
Ils ont posé  un autocollant sur les indications bilingues (pourtant !). Autocollant insistant sur l'obligation de l’utilisation du néerlandais, et de lui seul, en Flandre.
 
La police était présente au début de l'action (pour protéger les membres du TAK ?) et bien entendu, personne n'a été interpellé…
 
Et il y a encore de nigauds qui pensent qu’il n’y a qu’une très petite minorité d’extrémistes en Flandre et que les autres sont plutôt tolérants… comme le sont ces policiers louvanistes.
 
Que vont faire les TEC ? Il y a une loi qui réprime les « petites » incivilités…
 
Merci à Philippe Boulanger pour cette information !
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2006 3 29 /11 /novembre /2006 09:39
Même le directeur du service de médiation de l'aéroport de Bruxelles-National, Philippe Touwaide, annonce que la situation va d'empirer si des mesures strictes ne sont pas prises à court terme. L’objectif de l’aéroport de Zaventem (ex-Bruxelles-national !) étant d'arriver à un nombre de 450.000 décollages (250.000 aujourd’hui).
Une part importante de ce trafic aérien nous passe au-dessus de la tête ! En Brabant wallon...
 
Rappelons que l’aéroport dispose de trois pistes, utilisables dans les deux sens, ce qui donne six possibilités d'atterrissage ou de décollage. Le Brabant wallon est susceptible d'être survolé lorsque quatre d'entre elles (02, 07 droite, 20 et 25 droite) sont en service. Officiellement suivant un « Plan de dispersion », soit en fonction des conditions climatiques.
 
C'est la piste 02 (au dessus de Nivelles, Ittre, Braine-l'Alleud et Waterloo) qui occasionne le plus de trafic. Quand elle est utilisée pour l'atterrissage ce qui est quand même assez fréquent. On peut alors y compter entre 250 et 400 survols par jour. Soit entre 90.000 et 146.000 par an. Sur 250.000, excusez-moi du peu.
Mais il n’y a pas que ça. Certains vols arrivant par l'ouest coupent par Wavre et La Hulpe pour s'aligner sur cette piste.
Enfin, mais là je n’ai pas de chiffres, le centre et l'est du Brabant wallon sont également survolés lors des décollages quand les avions partent vers l'est. C’est alors toute la région wavrienne, et particulièrement Grez-Doiceau, qui doivent en supporter les nuisances.
 
Pour un aéroport qui est essentiellement flamand.
 
Ce dossier est communautaire comme l’avait déjà mentionné, avant tout le monde le RWF du Brabant wallon dans sa conférence de presse du 28 mai 2004 à Louvain-La-Neuve.
 
Depuis, les quatre partis traditionnels se sont emparés – mollement - du sujet. Pose de quelques sonomètres, coups de gueule à usage local, déclarations de solidarité ou d’association au combat de quelques citoyens…. Mais ni Kubla, Ni Michel (le petit et le papa) ni Antoine, ni Flahaut n’ont profité de leur position de Ministre pour intervenir dans le débat. Sans compter le silence de la Région wallonne.
 
Mais, comme c’est un dossier communautaire et que les partis francophones ne sont demandeurs de rien... C'est logique !
 
Et pourtant des solutions existent ! Mais elles demandent du courage.
 
 
Autres sources d’information :
 
Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...