Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 17:54
Le Centre d'Etude et de documentation Guerres et Société contemporaine ( (CEGES) annonce la publication prochaine d'une étude montrant que "l'Etat belge a adopté une attitude docile en accordant, dans des domaines très divers mais cruciaux, une collaboration indigne d'une démocratie à une politique désastreuse pour la population juive".
 
Tout montre qu'on est passé rapidement de la "collaboration passive à la collaboration active". Le rôle du Palais est également épinglé. "Il est clair qu'en 1940-41, une grande partie de l'élite politico-administrative traditionnelle de la Belgique occupée soutient une forme d'Ordre nouveau (...) On pense à un régime autoritaire éclairé, (...) soutenu par le roi et s'appuyant sur une représentation corporatiste des groupes sociaux".
 
Plus grave encore, la politique "attentiste" du gouvernement Pierlot en exil, même après que les informations sur les déportations massives et les  camps d'extermination à l'Est soient parvenues à Londres. A noter également l'extrême répugnance des gouvernements de l'après guerre à évoquer ce qui n'était sans doute pour eux qu'un "détail" (comme aurait dit quelqu'un) génant...
 
L'étude du CEGES,  qui compte quelque 1.100 pages, sera publiée le 8 mai, en français chez Labor. Sous le titre "la Belgique docile".
Pour plus d'information, l'introduction et la conclusion de l'étude : http://www.cegesoma.be/rapport_final_Intro_Conclusion.pdf

Domage d'avoir attendu aussi longtemps pour reconnaître les faits !
 
Merci aussi au Sénateur Destexhe d’avoir été, avec son collègue Mahoux, à l’origine de cette démarche.
Destexhe a aussi tenu à souligner lors de la présentation du rapport à la presse que : "si l'on avait osé reconnaître les erreurs officielles , il s'imposerait aussi dans un second temps de mettre en lumière l'autre dimension face à la Shoah : celle de tous les sauveurs anonymes, parfois engagés dans la Résistance, parfois simplement impliqués au nom de leurs convictions religieuses ou philosophiques"
 
En effet !
 
Voilà qui tranche avec l’attitude ultra-médiatisée d’un Hervé Hasquin qui en son temps a publié un pamphlet sur d’une pseudo-collaboration du Mouvement wallon, pour des raisons que j’espère purement électoralistes.
 
Je vous invite à passer sur le blog d'Alain Destexhe où, à propos du cordon sanitaire contre l’extrême droite, il fait référence à l’article pertinent publié fin de semaine dans « La Libre» par D. Legrain. (Auteur de : Politiquement correct : Peut-on tout dire en Belgique ? ). 
Partager cet article
Repost0
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 12:13
La libre publie ce samedi un entretien (http://www.lalibre.be/article.phtml?id=10&subid=90&art_id=331 ) avec Michel Quevit qui nous donne des raisons d’espérer de l’avenir de la Wallonie. C’est réjouissant car ce professeur émérite de l’UCL a consacré sa aux causes du « déclin wallon ». J’ai toujours trouvé ce terme malheureux parce qu’il évoque un processus de type naturel et irréversible. Même s’il est vrai que dans un souci pédagogique, c'est sur le discours sur le déclin que les autonomistes wallons ont mis l’accent. Nous n’en sommes pas encore remis. Et surtout, c’est devenu l’image que la Wallonie donne bien malgré elle au monde et qui est exploitée par nos concurrents flamands et les « belgicains » bien pensants. Entraînant une démobilisation qui ne se justifie pas comme le démontre Quévit dans cet entretien.
 
Par ailleurs, je ne pense pas que des discours très techniques (statistiques comme celui de Di Rupo ou scientifique comme celui de Quévit) qui vont mobiliser, tout en étant conscient du fait que beaucoup de Wallons ne sont pas mobilisables pour une cause régionale. Sans jetter la pierre à personne.
 
Quévit commence par dire que les comparaisons que beaucoup, dont le Gouvernement wallon, font avec la Flandre ne sont pas justifiées. Sauf si on la prend comme partenaire éventuel. (Là aussi, le choix du terme n’est pas bon, je préfère dire concurrent). C’est que « la globalisation et les tensions liées à la compétitivité s'exercent sur tout le territoire européen et au-delà. On présente toujours la Flandre comme une des plus riches d'Europe. C'est faux ! En PIB/habitant, pour une moyenne européenne (à 25) de 100, la Wallonie est à 85 et la Flandre, à 115. Au-delà de 115, il y a peut-être 50 entités : la Lombardie, le Val d'Aoste, la Navarre, l'Ecosse, Brême, la Bavière ». Encourageant, il signale : « J'ai connu le Pays Basque dans l'état de déclin de la Wallonie, il est depuis à une moyenne de 121. De même, Hambourg, à 184 ! »
 
Quévit, toujours actif dans la consultance régionale en Europe, estime que la situation n'est pas catastrophique, mais il y a urgence structurelle à s'ajuster. En gros,on a fait trop peu, pas assez vite, et il reste des choses qu'on ne fait pas. Il cite surtout l'apprentissage, le développement de la créativité. Cette dernière devrait être une priorité. Il pose la question : Pourquoi a-t-on réduit les cours d'éducation artistique ? Pourquoi, dans les fonds structurels dédiés à la culture, n'a-t-on fait que du bâtiment ?
 
Il considère (à juste titre) que la « Plan Marshall-Di-Rupo » est insuffisant, il faut y mettre des instruments qui permettraient de soutenir l'innovation des entreprises et surtout des PME pour lesquelles on n'a rien fait. Quant à l'enseignement, revenons-y, non pas uniquement sous l'angle de la connaissance, mais beaucoup plus sous celui de l'apprentissage : donner aux jeunes le goût d'apprendre et le savoir de comment apprendre. Pour rester sous l’angle de « la société de la connaissance », nous sommes bons dans les investissements en recherche et développement, mais – souligne-t-il - ces dépenses ont un impact très limité sur la valeur ajoutée, l'emploi, les brevets. Notre approche reste linéaire, technologique; or, elle doit devenir circulaire, liée à toute la stratégie des entreprises : gestion, organisation, ouverture, etc. Quant à la formation tout au long de la vie, c'est très inquiétant : 6 pc des Wallons l'ont reçue... contre 51 pc en Finlande. Ailleurs,  la Chine, de l'Inde, du Vietnam, apprendre fait partie de la culture.
 
Si sous l'angle économique - toutes les provinces wallonnes, sauf le Brabant wallon, affichent depuis 1995 un PIB par habitant en décroissance quasi linéaire et le taux de chômage est parmi les plus élevés de l'Union à 15 - spécialement chez les plus jeunes -  une politique volontariste, cohérente et sur le long terme peut être efficace. Il site l’exemple de la Bretagne où il a  accompagné 4 plans de "contrat région" de 7 ans, sous plusieurs majorités. Tous les indicateurs étaient rouges; elle arrive à la moyenne européenne de 100 et, selon l'OCDE, c'est une des régions de France où les jeunes sont les mieux formés... J’en suis ravi, fréquentant régulièrement cette magnifique région, je l’ai vue se développer, croire en elle d’année en année. Il a raison de dire que « la Wallonie doit être consistante dans le temps. Elle ne doit pas être remise en question tous les 4 ou 5 ans. On peut décliner en 3 ans; on ne construit jamais rien à moins de 10 ou 15 ans ».
 
Malheureusement, bien qu’un seul et même parti soit en permanence au pouvoir depuis plus de vingt ans, c’est loin d’être le cas. Chaque Ministre remet en question ce qui a été fait précédemment.  Combien de versions de « Contrats d’avenir » ont précédé le Plan Marshall-Di Rupo depuis l’époque d’un premier « secrétaire d’Etat à l’Economie régionale wallonne » ?
Pour Quévit,  "la Wallonie n'a pas su le  réaliser malgré 25 ans d'autonomie régionale". Mais il faut y aller: "L'évolution du monde, on aime ou pas, on idéologise ou non, mais la globalisation, on n'est pas près de l'arrêter. Il faut mettre toutes nos forces - responsables, entreprises, système éducatif... - sur l'objectif; il faut des réformes structurelles, quitte à bousculer les gens".
 
Un avenir est possible, à condition de re-toucher à tout ! Pour le sociologue Crozier, cette définition s’apparente à une révolution. Nous le disons depuis quelques années, ce n’est pas dans le cadre belge qu’une telle politique pourra être menée.
Partager cet article
Repost0
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 14:34
Hier, à propos de la mort d’Éric Perot, pompier volontaire à Rochefort,  Patrick Dewael, Ministre de l’intérieur a répondu ceci à François Bellot qui l’interrogeait (*) :
 
" Chers collègues, il est illusoire de croire que des accidents comme celui d'hier ne se reproduiront plus jamais. Les secouristes courent toujours des risques; c'est inhérent à la nature même de leur fonction. Pour cela, ils méritent notre estime. Cependant, le devoir des responsables politiques est de créer un cadre réduisant au maximum ces risques.
(...)
 
Pour les formations pratiques, incluant des formations au flash-over, 890.000 euros ont été libérés.
(…)
Par ailleurs, les formations au flash-over ne sont pas uniquement organisées à l'étranger. Hier encore, j'ai appris que ces formations existaient en France (Sic ! Si même un Flamand reconnaît que la France ce n'est pas l'étranger...). Toujours est-il que diverses écoles d'incendie provinciales ont déjà investi dans de telles formations pratiques. C'est le cas en Flandre occidentale, en Flandre orientale, à Anvers, dans le Limbourg, dans le Brabant flamand et à Bruxelles. (…). On ne peut donc pas dire que la Belgique n'organise pas de formations de ce genre et chaque commune peut utiliser ces facilités. Il est évident que lorsque la réforme sera votée, ces formations seront généralisées".
 
Euh… Il n’y a rien qui vous frappe dans l’énumération des provinces où ces formations sont organisées ?
 
 
Définitions :
Flashover : En français : "Embrasement généralisé éclair". Ce phénomène se produit lorsqu'un feu se déclenche dans un milieu semi ouvert (comme par exemple un appartement avec une porte ou une fenêtre entrouverte).
Avant le déclenchement, la chaleur augmente fortement provoquant des embrasements spontanés et localisés appelés "anges danseurs". L'entrée d'air provenant de la porte ouverte augmente l'intensité du foyer. Les "anges danseurs" se transforment en des rouleaux de feu appelés "rollover". Des gaz de pyrolyse se dégagent. Ces gaz vont provoquer un embrasement généralisé éclair.
Backdraft : En français : "Contre-explosion" ou "Explosion de fumées". Ce phénomène se produit lorsqu'un feu se déclenche dans un milieu clos (comme par exemple un appartement avec portes et fenêtres fermées).
Avant le déclenchement, le feu est en phase couvante. Il alterne entre l'augmentation et la diminution du foyer combiné à une variation de la pression. Ce cycle de pulsation du feu durera jusqu'à l'ouverture d'une porte ou d'une fenêtre. Le backdraft se déclenche alors par l'explosion totale des fumées et l'embrasement de la pièce.
Partager cet article
Repost0
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 17:51

Un appel dans "Le Monde" en ligne de ce jeudi :  http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-865136,0.html
 
  
Bonne lecture !

Ça ressemble un peu trop à un appel au secours à mon goût. Je préfère présenter notre cause pour ce qu’elle est, un choix positif. Mais bon, tout ça contribue à faire connaître nos objectifs.
L'essentiel est dans ce paragraphe : "Notre audace est de nous adresser ici à ceux qui s'apprêtent à prendre en charge le gouvernement de la France : qu'ils sachent qu'un nombre croissant de Wallons tournent de plus en plus leurs regards vers eux, des Wallons animés par une certaine idée de la France et de la démocratie, et mus par une grande espérance".

Merci au "Monde" de l'avoir publié !

Les réactions des lecteurs inscrits : ici

Partager cet article
Repost0
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 12:01
Poursuivis par la Grande mosquée de Paris et l'Union des organisations islamiques de France pour avoir publié des caricatures de Mahomet, le procès de "Charlie Hebdo" et de son directeur Philippe Val, s’ouvre ce matin devant le tribunal correctionnel de Paris.
Déjà, dans son édition du 27 novembre 2002, Charlie Hebdo présentait en couverture un dessin de Cabu représentant une série de femmes portant le voile islamique sous le calicot : "Election de Miss Sac à Patates organisée par Mahomet". "Je choisis la Belle-de-Fonteney", ricanait ce dernier, cigare et verre d’alcool à la main. Un dessin qui n’a pas plu...
 Cabu représente un Mahomet « débordé par les intégristes » et trouvant dur « d’être aimé par des cons. » Aucune ambiguïté donc et pas d’amalgame entre tous les croyants, on ne peut être plus clair.
Pas plus que l'édito de Philippe Val dont voici un extrait : "Que le choses soient claires. Le droit - que l’on a acquis de haute lutte - de se moquer du petit Jésus ou de Mahomet, on n’est pas près de l’abandonner. Il est constitutif du monde dans lequel nous voulons vivre. Ceux qui ne sont pas d’accord avec nous peuvent librement se foutre de notre gueule, on ne risque pas de les menacer de mort pour ça. (...) La critique des idées - y compris les idées religieuses - est la raison d’être même de notre journal. Si l’on s’en excusait, cela reviendrait à dire que l’on regrette d’exister, ce qui est une impossibilité logique. C’est une manie des semeurs de certitudes de menacer de mort les semeurs de doutes. (...) Quant à ceux qui se disent humiliés car on a humilié leur dieu, ils prouvent qu’ils se prennent pour dieu lui-même. Pour eux, c’est sûr, les bombardiers de Bush ne peuvent rien. En revanche, un bon psychiatre..."
 
L'hebdomadaire sera jugé pour "injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion".
 
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 14:30
Ça m’avait échappé, mais selon une analyse du sociologue flamand Jan Hertogen publiée il y a deux semaines : « Sans les voix des « nouveaux Belges », la ville d'Anvers aurait été plus Vlaams Belang que jamais lors des élections du 8 octobre dernier ».
C'est apparemment dans les districts où les « nouveaux Belges » ont connu la plus forte progression, tels qu'Anvers et Borgerhout, que le Vlaams Belang est (légèrement) en recul.
  
Selon cette analyse, les "nouveaux Belges" ont progressé de 6,9 % depuis 2000 dans le district d'Anvers. Dans le même temps, le Vlaams Belang y a perdu 1,2 %.
A Borgerhout, on a connu une augmentation des naturalisations de l'ordre de 7,5 % et le parti d'extrême droite a reculé de 4,6 %. La même analyse fait également ressortir qu'à Borgerhout toujours, parmi les « anciens Belges » (aussi appelés « Flamands de souche »), le score du Vlaams Belang est en progrès. Ce qui se vérifie dans les autres districts, comme Deurne, Hoboken et Merksem. Le nombre de  « nouveaux Belges » n’est pas encore assez important pour freiner le Vlaams Belang. C'est probablement la raison pour laquelle celui-ci y a connu le 8 octobre des scores historiques de plus de… 40 % ( !), précise le sociologue. (belga)
Voici ce qu’auraient pu être quelques autres résultats « après correction » : Gent (Gand) 21,6 % au lieu de 18,9 %. Antwerpen (Anvers) 40,4 % au lieu de 33,5 %. Mechelen (Malines) 30,4 % au lieu de 26,5. Lokeren 22,7 % au lieu de19,9. Hasselt 14,5 % au lieu de 13,9. Sint-Niklaas (Saint Nicolas) 29,5 % au lieu de 27,8. Vilvoorde (Vilvorde) 30,8 % au lieu de 21,9 !
 
Fort loin d’un recul dans l’esprit des « vrais Flamands » donc ! Contrairement à ce qu’on nous a claironné sur tous les tons au lendemain du scrutin du 8 octobre. Effrayant, surtout pour les « nouveaux belges » ou ceux qu’on y appelle erronément ou méchamment les « allochtones » (*).
 
Plus d’info :
 
(*)
Erronément, parce que dans son premier sens, il s’agit d’un terme de géologie et concerne des terrains ayant subi un déplacement horizontal (litt. « qui provient d’un endroit différent »).
Méchamment, parce que dans son second sens, c’est un terme de zoologie et concerne des espèces nouvellement introduites.
Ce terme ne s’applique donc pas aux êtres humains.
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 15:23
Un ami m'envoie cette question écrite posée au Conseil par Frank Vanhecke, député européen (NI) Vlaams Belang 
 
 
Le représentant de la Commission européenne, M. Neil Mitchison, a déclaré au journal "The Scotsman" que l'Écosse ne deviendrait pas automatiquement membre de l'UE après son indépendance et que des négociations devraient d'abord être menées sur les conditions d'adhésion à l'UE (Mark Beunderman, "Scottish independence theory raises EU questions", EUobserver.com, 8 janvier 2007).
 
M. Mitchison fonde plus que probablement son affirmation sur le droit international public, qui prévoit que, en cas de scission, c'est l'État "noyau", en l'occurrence l'Angleterre, qui est le successeur de l'ancien État, en l'occurrence la Grande-Bretagne, et que le nouvel État, en l'occurrence l'Écosse, doit demander son adhésion aux organisations internationales (Anthony Aust, Handbook of International Law, Cambridge: Cambridge University Press, 2005, p. 403; Ian Brownlie, Principles of Public International Law, Oxford: Oxford University Press, 2003, p. 82). De nombreux spécialistes du droit international public estiment que la Tchéquie aurait parfaitement pu réclamer le statut d'État "noyau", étant donné qu'au moment de la séparation, elle possédait la population la plus nombreuse et l'économie la plus forte (James Crawford, The Creation of States in International Law, Oxford: Clarendon Press, 2006, p. 706). Du point de vue juridique, la séparation fut cependant considérée comme la création de deux nouveaux États, qui durent donc poser chacun séparément leur candidature auprès des organisations internationales (Anthony Aust, op. cit., p. 404).
 
Le Conseil est-il d'accord avec l'affirmation de M. Mitchison ? À quelles conditions une Flandre indépendante doit-elle satisfaire, selon le Conseil, pour être considérée comme l'État "noyau" de la Belgique ?
 
Je vous la présente telle quelle, "brute de fonderie", simplement pour montrer que contrairement à ce qu'affirme la presse francophone, le Vlaams Belang n'est pas seulement préoccupé de questions de personnes en son sein. Il n'est pas seulement un parti d'extrème droite, mais travaille sérieusement et prépare l'avenir... de la Flandre ! Je suis curieux de lire la réponse.
A noter que la Tchécoslovaquie ne faisait pas encore partie de l'Union européenne à l'époque de le scission.
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 18:27
Le1er février 2007 : Participez à la grande mobilisation des citoyens contre le Changement Climatique !
 
L'Alliance pour la Planète (groupement d'associations environnementales) lance un appel simple à tous les citoyens, 5 minutes de répit pour la planète : tout le monde éteint ses veilles et lumières le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00. Il ne s'agit pas d'économiser 5 minutes d'électricité uniquement ce jour-là, mais d'attirer l'attention des citoyens, des médias et des décideurs sur le gaspillage d'énergie et l'urgence de passer à l'action ! 5 minutes de répit pour la planète : ça ne prend pas longtemps, ça ne coûte rien, et ça montrera aux candidats aux élections présidentielles et (pour nous) législatives du 10 juin 2007 que le changement climatique est un sujet qui doit peser dans le débat politique.
 
Pourquoi le 1er février ? Ce jour là sortira, à Paris, le nouveau rapport du groupe d'experts climatiques des Nations Unies. Il ne faut pas laisser passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l'urgence de la situation climatique mondiale.
Si nous y participons tous, cette action aura un réel poids médiatique et politique, quelques mois avant les élections !
 
Faites circuler au maximum cet appel autour de vous et dans tous vos réseaux ! Faites-le aussi apparaître sur votre site Internet et dans vos « news letters ».
 
Contact/ information : Cyrielle, Les Amis de la Terre : 00 33 1 48 51 18 95.
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 11:15

En compléments aux billets : "Développement durable, il y a des solutions locales. " et " Le réunionisme argument concourant à l’application efficace du protocole de Kyoto et de lutte contre le réchauffement de la planète.", nous apprenons que la Commission européenne a approuvé mardi le plan national belge d'allocation de quotas de CO2 (PNAQ) pour la période 2008-2012 à la condition que le nombre de quotas alloués aux entreprises belges soit réduit de l'ordre de 7%.
L'adoption de ce plan par l'exécutif européen est la condition préalable pour permettre aux entreprises parmi les plus énergivores de participer au marché européen de CO2.
De l'ordre de 7%, la réduction du volume de quotas exigée par la Commission européenne est comparable à l'effort que l'exécutif européen avait demandé fin novembre dernier. Selon les exigences de la Commission européenne, les quelque 360 entreprises participant au marché européen de CO2 disposeront donc chaque année entre 2008 et 2012 de quotas pour 58,5 millions de tonnes de CO2, contre les 63,3 millions initialement prévus. En 2005, année de lancement de la bourse européenne de quotas d'émissions, ces entreprises avaient utilisé leurs quotas à hauteur de quelque 55,6 millions de tonnes de CO2...
 
Pour mémoire, je remets ici la carte européenne de la pollution en 2004...


Partager cet article
Repost0
16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 22:26
Hier, la réception du Nouvel An du réseau flamand des entreprises, le Voka, a été une nouvelle occasion de mettre les choses au point pour le patronat flamand.  
"Les transferts doivent être transparents, raisonnables.  A ces conditions, le robinet peut encore couler mais pas jusqu'à la fin des temps. 10 ans. Et encore. Une autre condition est posée. La Flandre sera solidaire si la Wallonie hisse son taux d'emploi au niveau flamand, c’est-à-dire à 65 % au lieu de 56 %.
 
En outre, "les Wallons doivent aussi accepter une régionalisation de l'emploi et cesser de dire non". Sinon "la Flandre cessera sa solidarité". Voilà les choses une nouvelle fois clairement dites. (En présence du ministre président flamand Yves Leterme)
Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...