Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 17:51

Un appel dans "Le Monde" en ligne de ce jeudi :  http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-865136,0.html
 
  
Bonne lecture !

Ça ressemble un peu trop à un appel au secours à mon goût. Je préfère présenter notre cause pour ce qu’elle est, un choix positif. Mais bon, tout ça contribue à faire connaître nos objectifs.
L'essentiel est dans ce paragraphe : "Notre audace est de nous adresser ici à ceux qui s'apprêtent à prendre en charge le gouvernement de la France : qu'ils sachent qu'un nombre croissant de Wallons tournent de plus en plus leurs regards vers eux, des Wallons animés par une certaine idée de la France et de la démocratie, et mus par une grande espérance".

Merci au "Monde" de l'avoir publié !

Les réactions des lecteurs inscrits : ici

Partager cet article
Repost0
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 12:02
En première ligne face à l’invasion de l’anglais dans leur langue, les Québécois ont, à l’opposé de ce qui (ne) se fait (pas) chez nous, développé des stratégies pour se préserver et survivre. Et ma foi, pas trop mal.
 
Henry Landrois dans "Le ligueur" de cette semaine m'a fait découvrir deux banques de données que je vous mets en liens et vous invite visiter sans tarder :
- Le grand dictionnaire de l’Office québécois de la langue française : 
 
http://www.granddictionnaire.com/btml/fra/r_motclef/index1024_1.asp
- La base de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada (!) :
  
http://www.termium.gc.ca/site/accueil_home_f.html, qui est payante... mais donne d’excellents conseils.
 
Un exemple à suivre ! Mais je doute franchement que nos excellences ministérielles de la Communauté (dite) française se préoccupent de notre langue. Un autre effet délétère de la Belgique.
Partager cet article
Repost0
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 18:22
Manuel Abramowicz : http://www.resistances.beJeudi 8 février 2007 à 20h
" L'extrême droite : Qui ? Quoi ? Pourquoi ? "
Manuel Abramowicz

Président et coordinateur de l'asbl "RésistanceS"
Collège Sainte-Gertrude, Faubourg de Mons, 1 à Nivelles   

Plan d'accès


Réservation au 067 21 12 60 ou par courriel : conference@csgn.be
PAF: étudiants 1€ et adultes 3€
Partager cet article
Repost0
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 17:46
Dans les états démocratiques, habituellement c'est à l'accusateur de prouver ce qu'il avance. Et est donc réputé innocent tout qui n’est pas déclaré coupable.
 
J’entendais le ministre Dupont  présenter ce matin à la radio son projet de Loi de lutte contre les discriminations. Cette loi est destinée à remplacer et améliorer celle qui réprime le racisme et la xénophobie. Aussi louable que soit l’intention, je n’ai pu que ressentir un sentiment de malaise en l’entendant banaliser, sans état d’âme, un principe très inquiétant. Le retournement de la charge de la preuve.
 
Dans combien de domaines, demain, faudra-t-il prouver son innocence ? 
  
Puisque cette loi est censée lutter contre les discriminations (et c’est très bien !), constatons que cette pratique de retournement de la charge de la preuve s’installe sournoisement et en se cachant derrière de bonnes intentions ou encore à la faveur de la pression populaire ou économique.
Elle est déjà d’application pour les chômeurs, par exemple. On pourrait dire que pour une certaine logique qu’il n’existe que des effets d’éviction du marché, temporaires ou permanents. Si un salarié ne trouve pas d’emploi, c’est de sa faute. Il est inemployable. Il n’a pas les qualifications, ne cherche pas vraiment d’emploi ou, plus vague, les compétences requises. La charge de la preuve qu’il se forme, qu’il fait tout ce qu’il peut pour trouver un emploi lui appartient. Il doit de plus démontrer qu’il possède les capacités nécessaires pour occuper le poste de travail. A contrario, maintenant, les patrons devront également démontrer des raisons objectives de refus d’embauche. Pareil pour les petits proriétaires (les autres ont des avocats pour régler le problème) qui devront justifier leur refus d'accepter un locataire potentiel...
Et ça s’étend à d’autres domaines, comme la liberté des parents qui, dès que le nouveau Décret Aréna sera d’application devront justifier le choix ou le non choix des écoles pour leurs enfants devant une « Commission ad hoc »…
 
Demain, tous coupables ? Où sont les garde-fous ? Difficile d'apporter la preuve de son innocence !
Sans compter que tout ça risque bien d'alimenter le vote pour l'extrême droite parce que beaucoup de nos concitoyens vont se sentir discriminés, à leur tour.
 
La lutte contre les inégalités, le racisme et les discriminations de toutes sortes est une bonne chose. Mais si au lieu de traiter des symptômes, on s’attaquait enfin aux causes ?
 
L’enfer est pavé de bonnes intentions... dit la sagesse populaire.
Un autre sujet d'inquiétude concerne les sanctions administratives qui remplacent de plus en plus les décisions de justice. La question qui se pose de savoir s'il est juridiquement admissible qu'un cortège de sanctions d'ascendance pénale (puisqu(en violation d'une règle de Droit) puisse ainsi se déguiser pour être prononcées non plus par un juge, mais par l'Administration (aveugle et sans état d'âme... Je ne peux que vous suggérer de relire Max Weber qui a étudié la bureaucratie). Sans recours ou presque ! Alors que les sanctions pénales sont prononcées à l'issue d'une instruction, puis d'un débat contradictoire, et, finalement, en fonction de l'intime conviction d'un juge, par essence (en principe) indépendant et impartial.
Or, elle sont de plus en plus nombreuses dans notre vie de tous les jours : Règlement de police régissant tous les aspects de notre vie en société, répression des "petites" incivilités (l'affichage dit sauvage...), règles administratives d'urbanisme...
Leur seul avantage (pas pour nous, simples citoyens) est qu'elles garantissent un résultat immédiat en renflouant utilement les caisses du Trésor public grâce aux fruits des amendes prononcées. Cette manière de procéder va, elle aussi à l'encontre d'un de nos principes démocratiques :  celui selon lequel on ne peut à la fois être juge et partie...
Partager cet article
Repost0
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 12:01
Le grand projet de rénovation et d’organisation de la Grand’Place de Nivelles porté depuis des années à bout de bras par le nouveau Bourgmestre (le Maire) Pierre Huart, est confirmé. Le chantier s'achèverait en 2011.
 
J’avais eu l’occasion d’assister, en 2002 ou 2003, à une séance d’information publique sur le plan communal de mobilité (PCM) et en étais ressorti enthousiasmé, mais dubitatif.
Enthousiasmé parce que ce projet intelligent est véritablement un plus pour l’image de Nivelles. Dubitatif, parce que comme je le craignais, hors un commerçant connu pour chicaner sur tout, je m’attendais à de nombreuses résistances de la part des partenaires politiques de l’échevin (adjoint au maire) en charge de ce dossier.
 
Heureusement, les résultats des élections municipales lui ont été favorables et on annonce maintenant la « ferme volonté de la nouvelle majorité de mener à bien ce plan avant la fin de la législature en 2012 ».
 
Ce sera donc la fin du circuit automobile permanent autour de la Collégiale, et le début de la mise en valeur d’un patrimoine unique et magnifique. Pensez-donc, hors la Collégiale romane, si la plus grande partie de la Place devrait (si mes souvenirs sont bons) être réservée aux piétons avec des espaces verts, une partie des ruines de l’abbaye avec trois églises, qui sont actuellement dissimulées sous les rues et le parking, devraient être mise en valeur sous des dalles de verre.
 
Il semble bien que les choses soient en bonne voie : les moyens financiers existent. Cinq millions d'euros (hors TVA), financés sur fonds propres. La Commission des Monuments et Sites a donné son feu vert. La demande de permis d'urbanisme vient d'être déposée à la Région wallonne. L'enquête publique commence aujourd’hui et durera deux semaines.
 
Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus, le dossier peut être consulté au service de l'urbanisme (boulevard des Arbalétriers, 25) du 7 au 21 février, tous les matins de 8 à 12 heures et les mercredis de 14 à 20 heures. Des explications techniques seront données le 14 février de 16 à 20 heures à la salle des mariages de l'hôtel de ville.
 
Je suis en général avare de compliments, mais là, il faut le dire : Bravo Pierre ! ... Et merci !
Partager cet article
Repost0
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 12:01
Poursuivis par la Grande mosquée de Paris et l'Union des organisations islamiques de France pour avoir publié des caricatures de Mahomet, le procès de "Charlie Hebdo" et de son directeur Philippe Val, s’ouvre ce matin devant le tribunal correctionnel de Paris.
Déjà, dans son édition du 27 novembre 2002, Charlie Hebdo présentait en couverture un dessin de Cabu représentant une série de femmes portant le voile islamique sous le calicot : "Election de Miss Sac à Patates organisée par Mahomet". "Je choisis la Belle-de-Fonteney", ricanait ce dernier, cigare et verre d’alcool à la main. Un dessin qui n’a pas plu...
 Cabu représente un Mahomet « débordé par les intégristes » et trouvant dur « d’être aimé par des cons. » Aucune ambiguïté donc et pas d’amalgame entre tous les croyants, on ne peut être plus clair.
Pas plus que l'édito de Philippe Val dont voici un extrait : "Que le choses soient claires. Le droit - que l’on a acquis de haute lutte - de se moquer du petit Jésus ou de Mahomet, on n’est pas près de l’abandonner. Il est constitutif du monde dans lequel nous voulons vivre. Ceux qui ne sont pas d’accord avec nous peuvent librement se foutre de notre gueule, on ne risque pas de les menacer de mort pour ça. (...) La critique des idées - y compris les idées religieuses - est la raison d’être même de notre journal. Si l’on s’en excusait, cela reviendrait à dire que l’on regrette d’exister, ce qui est une impossibilité logique. C’est une manie des semeurs de certitudes de menacer de mort les semeurs de doutes. (...) Quant à ceux qui se disent humiliés car on a humilié leur dieu, ils prouvent qu’ils se prennent pour dieu lui-même. Pour eux, c’est sûr, les bombardiers de Bush ne peuvent rien. En revanche, un bon psychiatre..."
 
L'hebdomadaire sera jugé pour "injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion".
 
Partager cet article
Repost0
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 01:05

Juliette Gréco a 80 ans !  (mais... chût !)
Née à Montpellier d'une mère bordelaise et d'un père corse. Elle a fréquenté Cocteau, Prévert , Sartre, Vian, Renoir, Gainsbourg, Sagan, Ferré, Brassens, Brel... et tant d'autres.

Son oeil de biche, son chandail et son pantalon noir, puis sa longue robe noire resteront gravés dans notre mémoire collective. Elle qui "prenait des bains de lune pendant que d'autres prenaient des bains de soleil" disait Picasso...
Personne ne pouvait (ne peut ! ) chanter le "Si tu t'imagines..." de Queneau comme elle,

Si tu t'imagines
si tu t'imagines
fillette fillette
si tu t'imagines
xa va xa va xa
va durer toujours
la saison des za
saison des za
saison des amours
ce que tu te goures
fillette fillette
ce que tu te goures
si tu crois petite
tu crois ah ah
que ton teint de rose
ta taille de guêpe
tes mignons biceps
tes ongles d'émail
ta cuisse de nymphe
et ton pied léger
si tu crois petite
xa va xa va xa
va durer toujours
ce que tu te goures
fillette fillette
ce que tu te goures
les beaux jours s'en vont
les beaux jours de fête
soleils et planètes
tournent tous en rond
mais toi ma petite
tu marches tout droit
vers sque tu vois pas
très sournois s'approchent
la ride véloce
la pesante graisse
le menton triplé
le muscle avachi
allons cueille cueille
les roses les roses
roses de la vie
et que leurs pétales
soient la mer étale
de tous les bonheurs
allons cueille cueille
si tu le fais pas
ce que tu te goures
fillette fillette
ce que tu te goures

Mais, j'avoue toujours ressentir une émotion particulière quand elle chante son  "Déshabillez-moi"

Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Oui, mais pas tout de suite, pas trop vite
Sachez me convoiter, me désirer, me captiver
Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Mais ne soyez pas comme tous les hommes, trop pressés.
Et d'abord, le regard
Tout le temps du prélude
Ne doit pas être rude, ni hagard
Dévorez-moi des yeux
Mais avec retenue
Pour que je m'habitue, peu à peu...

Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Oui, mais pas tout de suite, pas trop vite
Sachez m'hypnotiser, m'envelopper, me capturer
Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Avec délicatesse, en souplesse, et doigté
Choisissez bien les mots
Dirigez bien vos gestes
Ni trop lents, ni trop lestes, sur ma peau
Voilà, ça y est, je suis
Frémissante et offerte
De votre main experte, allez-y...

Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Maintenant tout de suite, allez vite
Sachez me posséder, me consommer, me consumer
Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Conduisez-vous en homme
Soyez l'homme... Agissez!
Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Et vous... déshabillez-vous!

C'est probablement ça, l'immortalité...

Partager cet article
Repost0
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 17:45
Honnêtement, quand je lis le programme du VLD pour les prochaines élections... Ce serait amusant si ce n’était pas si grave, voilà un programme qui ne s'éloigne guère de celui des autres partis flamands, mais qualifié de manière très ambiguë de : « Très flamand, avec des accents belges » (ouf !)… Réclamant des transferts massifs de compétences tout en renforçant certains aspects fédéraux. Pour les détails, je vous invite à lire votre quotidien préféré.
 
N’empêche, c’est édifiant : les matières suivantes devraient être régionalisées, partiellement ou complètement : le marché du travail, les politiques économique, familiale, scientifique, de logement, de santé et de mobilité, ou encore un transfert d'une partie de la dette. Mais le VLD concède que certaines matières pourraient être re-fédéralisées comme les normes de bruit, les vols de nuit et certains aspects de la politique énergétique. Tiens donc ! Pas cons, non ?
Rien que des trucs qui les arrangent...
 
Le beurre, l’argent du beurre, le sourire de la crémière et la vertu de sa fille par-dessus le marché ! Ne venez pas me dire qu’ils n’ont pas comme arrière pensée de garder leur colonie préférée. Il y a encore du fric à se faire sur le dos de la Wallonie. Et ce n’est pas nouveau !
 
Ils veulent leur indépendance ? Qu'ils la prennent ! Et basta…
 
Pillant sans vergogne le texte d’un ami (Merci d'avance Pierre-René !), je dirais que d’autres peuples européens ont beaucoup plus de courage et de volonté. Dans de bien moins bonnes conditions économiques, ils n'ont pas eu peur de l'avenir et ont pris leur destin à pleines mains : la Slovénie, la Tchéquie, la Slovaquie, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Macédoine, etc... Le Kosovo et même la Moldavie annoncent maintenant clairement la couleur.
 
Mais les Flamands, voyez-vous, ça veut tout : l'indépendance et la gourmandise; l'autonomie et la revanche; le 100 % pur « echt vlaams » et le mépris des Wallons et des francophones, etc...
Dans le style « retenez-moi ou je fais un malheur, ils se posent un peu là. A force d'attendre, de tergiverser, de lanterner, les Flamands vont finir par nous faire croire qu'ils ne sont pas un vrai peuple.
Une nation, digne de ce nom verse son sang pour son indépendance; les Flamands versent de la bière et de la salive. Des couillons, je vous dis...
 
Je finirai par croire qu’ils sont trop amollis par leur matérialisme exacerbé pour faire la révolution ! C’est qu’après la période "véranda" puis celle des étangs de jardin (à celui qui a le plus grand !), des piscines et celle des meubles en teck...on ne les entends plus parler que de "batibouw", de grosses villas, du salon des vacances ou de grosses automobiles (4x4). Ecoutez-les ! Ils peuvent disserter des heures sur le choix d'une poignée de porte (kitch !), d'un robinet (doré !) ou la forme et couleur des "klinkers" de leur allée de garage !
 
Sincèrement, les plus déterminés à imposer l'indépendance vont avoir de la peine à entraîner derrière elle cette masse de consommateurs frénétiques dont le seul vrai dieu est l'argent.
 
On ne fait pas la révolution quand on a le cul dans le beurre… Voilà de quoi rassurer les ultra-belgicains qui ne demandent qu’à leur servir de larbins !
 
A moins que… Dites, entre nous, et si on les colonisait, il doit bien nous rester quelques missionnaires et au moins un Commissaire européen (avec un casque colonial) qui s’ennuient ? N'est-ce pas le moment ?
Partager cet article
Repost0
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 16:38
On savait que, pour toutes sorte de raisons, 2007 allait être une année exceptionnelle sur le plan institutionnel. Bruxelles-Hal-Vivlvorde, régionalisation de l’emploi, de la Sécurité sociale, de la justice, de la SNCB, révision de la constitution, etc…
 
Pendant que les futurs négociateurs fourbissent leurs armes et leurs arguments, faute d’un championnat quelconque de football qui aurait bien anesthésié l’esprit critique de nos concitoyens, faute aussi d’Europe pour les faire rêver, les tenants du régime se  sont rabattu sur deux sujets qui peuvent rassembler ceux qui n’ont pas l’habitude de prendre du recul. Deux sujets particulièrement émotionnels. L’avenir de la monarchie et le réchauffement climatique.
 
La Monarchie tout d’abord, Je n’ai jamais caché mes opinions. Il s’agit d’une institution obsolète et non-démocratique. Philippe Lagaffe a semble t’il le don d’énerver les Flamands qui, ayant sauvé le trône en 1950, ont l’impression que les Cobourg ne font pas trop d’effort pour s’exprimer en néerlandais. Vexant évidemment ! Alors que Charles Quint, un gantois hipano-flamand, lui au moins, parlait flamand à son cheval.  
De plus en plus de Flamands se prononcent pour une forme de République. Rien de tel en Wallonie, et surtout à Bruxelles, où des émissions de propagande sont consacrées à cette famille. Tout juste si on se pose la question de savoir si on va continuer à les garder dans une cage dorée. Parce qu’à mon sens, les empêcher de travailler et les nourrir à ne rien faire consiste une atteinte à la convention des Droits de l’Homme.
Mais l’argument majeur pour garder cette famille qui nous coûte cher, et nous en mettre plein la vue avec Philippe et sa Barbie, Laurent et ses chiens ou encore Astrid et son Habsbourg, ce serait qu’elle serait le dernier ciment de la Belgique ! Mais qu’est-ce que c’est que ce pays dont la survie dépend d’une famille ? N’est ce pas un peu gros ? N’est-ce pas un signe qu’il n’y a plus rien d’autre ? Limite insultant !
  
L’autre thème, plus sérieux lui, fait saliver nos Ecolos politiques ultra-conservateurs belgicains, espérant un nouvel effet « dioxine »,  l’hiver doux que nous vivons alimente la conviction partagée par les scientifiques depuis longtemps que l’activité humaine nous même à la catastrophe si rien n’est fait.
Mais justement, on agit. La réunion de Paris, les paroles fortes de Jacques Chirac montrent que les politiques sérieux sont en train de se saisir du problème.  
Certes, ce n’est pas vraiment le cas en Belgique comme je l’avais écrit dans ce billet du Jeudi 04 Janvier 2007 :
« Le réunionisme argument concourant à l’application efficace du protocole de Kyoto et de lutte contre le réchauffement de la planète ».

Et puis, Ecolo ou pas… Après tout, quand ils étaient au Gouvernement, qu’ont-ils réellement fait ?
Deux exemples : la taxation ridiculement basse du kérosène utilisé par les avions alors que la ministre des transports était… Ecolo et les vaches, responsables de 3 % de la production des gaz à effet de serre…  Alors, comme le dit l'autre, "y a pas de quoi se la péter grâve" !
Partager cet article
Repost0
2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 14:08
La presse se réjouit de l’attitude des parlementaires européens ayant amené à l’éviction des membres de l’extrême droite des fonctions auxquelles ils auraient pu prétendre depuis qu’ils forment un groupe structuré. N’est ce pas une victoire à la Pyrrhus ? L’exemple du Vlaams belang aurait pourtant du inspirer leur réflexion…
 
Tout projet de censure révulse les hommes épris de liberté. Cicéron écrivait : « On ne peut tout faire quand ce serait pour le salut de la patrie ». Sinon, en quoi la démocratie se distinguerait-elle des autres systèmes ?
 
Revenons au Vlaams belang et à l’extrême droite au général. Si elle existe, c’est, qu’on le veuille ou non,  parce qu’il y a une demande populaire.
On ne combat pas les opinions en leur tournant le dos ou pire en édictant des lois. Comme on ne fait pas de la bonne démocratie avec la peur du gendarme. Le rôle, et le devoir même, des partis dits traditionnels et dits démocratiques est de rencontrer les critiques populaires et de tâcher d’y répondre. Se réfugier derrière un cordon sanitaire, ce n’est pas répondre. C’est un aveu d’impuissance ou même une manifestation de mépris à l’égard du peuple.
 
On le voit tous les jours, ce mépris est considéré en Flandre comme un déni de justice. La vraie menace, pour les tenants du régime, n’est pas tant le Vlaams belang que le risque (ou plutôt la confirmation) que la Flandre croit qu’on s’en prend à elle au travers d’une (forte) minorité à laquelle tous les Flamands ne s’identifient peut-être pas. Mais à laquelle la grosse majorité reconnaissent le droit à l’expression parce qu’ils interprètent les propos considérés comme outranciers par les Francophones comme les signes d’un excès d’amour pour la Flandre souveraine ! Les « blokkers » apparaissent ainsi comme des idéalistes, victimes de la tyrannie de l’Etat belge et particulièrement de ceux qu’ils s’obstinent à appeler les « Francophones » en particulier.
 
Le risque quand on est convaincu d’avoir raison, c’est qu’il faut aussi savoir assumer les conséquences de ses actes…
 
J’ai hésité entre d’autres titres « L’enfer est pavé de bonnes intentions » et « On ne combat pas les opinions en ne permettant pas leur expression ».
Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...