Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 05:18
Dimanche soir, au JT de la RTB(f), on nous informe d’un fric-frac commis au Casino de Bruxelles. De main de maître semble-t-il. Rapides, efficaces, organisés, les voyous se seraient enfuis empruntant le « ring » (rocade autoroutière ceinturant Bruxelles et une partie du Brabant wallon). Mais, nous annonce le procureur du roi bruxellois de service (Dehon ?), poursuivi par un policier qui passait par hasard, et qui les a rapidement perdus de vue. Les voleurs poursuivant leur route en direction de Charleroi.
Pourquoi Charleroi ? Si le policier les a perdus de vue... Ils auraient tout aussi bien pu aller à Hal, Mons, Uccle , Waterloo, Rhode Ste Genèse… Paris, revenir sur Bruxelles ou que sais-je ?
 
Ça me rappelle une autre émission sur la même chaîne où on nous annonçait un fait divers malheureux à Anderlues, banlieue de Charleroi. Puis quelques minutes plus tard dans la page culturelle du même journal une exposition à Anderlues… mais cette fois, située au sud de Mons !
 
Intéressant, non ? Il semble bien que tout ce qui est négatif ne peut se produire qu’à Charleroi. Ce qui est positif ne peut plus être associé à cette ville. Comment peut-on encore être Carolo aujourd'hui ?
Acharnement médiatique, manque de recul par rapport à une forme de pensée unique, facilité du recours au clichés (Les Français sont chauvins, les Portugais sont gais et les Espagnols sont... Euh, (gnols ?), c'est bien connu !) de la part des journalistes (mais pas seulement d’eux, on l’a vu !) ? 
 
Une mauvaise réputation est difficile à faire oublier. Elle peut aussi être construite.
Pendant des années, les médias centralisés « dans la capitale » ont ainsi donné une image détestable de la Wallonie. Wallonie jugée « grévicultrice », alors qu’objectivement, les statistiques officielles nous signalaient (mais qui s’en préoccupait ?) que beaucoup plus de journées de travail étaient perdues pour fait de grève en Flandre. Les mauvaises nouvelles ne pouvaient qu’être wallonnes. On ne nous parlait de la Flandre que pour signaler ses succès.
 
Mais au fond ?!?  Rien n’a vraiment changé…
Partager cet article
Repost0
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 06:13
J’ai pris le temps de lire avec attention les sondages et articles croisés du « Soir » et du « Standaart » consacrés à cette espèce de redécouverte virtuelle de la Belgique. Intéressant à plus d’un titre. Surtout en cherchant à décoder les messages cachés. C’est aussi qu’il y est parfois assez difficile de savoir de qui (ou de quoi) on parle. Sans parler des contradictions.

Des Bruxellois francophones ? Oui, mais parfois. Mais pour dire, qu’avec d’autres (Des Flamands bruxellois… notez la nuance dans ces derniers cas, francophone redevient un adjectif, mais Flamand reste bien un nom propre, or ils sont (ou seraient)  tous deux Bruxellois ) et très vite, que les Bruxellois se verraient bien exister en qualité de « peuple » à part entière. Ils sont différents des Wallons et des Flamands.
Des Wallons ? Parfois, mais ils sont souvent confondus avec les Bruxellois (enfin, certains…) sous le terme générique de « Francophones ». Ainsi, à côté des Bruxellois et des Flamands il ne resterait plus que des « Francophones génériques ».
Non différenciés. Pas mal !

Si on suit bien, les Wallons n'existant pas vraiment, les choses seront plus simples. Il reste à convaincre les Flamands d’en faire autant. La Belgique sera alors toujours unie… Les problèmes communautaires n’étant qu’épiphénomènes.

Bonne chance ! Quand Vande Lanotte et Leterme se disent, tous deux, très surpris par les résultats - il est vrai étonnants - de ces sondages, que Verhofstadt parle déjà de confédération de Belgique… il faut croire qu’ils ne savent pas ce qui se passe chez eux !
Ou alors on manipule les résultats des élections en Flandre avec le même talent que Di Rupo manipule les statistiques économiques wallonnes !
Le Système nous ment effrontément ? Diable !

Au rugby, pour se dégager, il faut parfois botter en touche. Et relancer le jeu. Je pense que la vérité vient d’un Flamand généralement qualifié de modéré et vanté pour sa grande connaissance de la partie wallonne et bruxelloise de la Belgique : Guido Fonteyn. Il propose cette analyse dans le « Morgen »: « Le rapprochement entre « De Standaart» et « Le Soir » se fait entre la Flandre et Bruxelles francophone. « Le Soir » reste dans les faits un journal belgicain francophone bruxellois, et même antiwallon et antiflamand. »  
 
Avez-vous remarqué que la presse est le seul pan de l’économie à ne pas être passée (ou alors très brièvement) dans des mains étrangères ? Le seul pan de l’économie à être directement contrôlé par les partis politiques traditionnels pourvoyeurs de subsides ?
Partager cet article
Repost0
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 01:20
Napoléon III obtient ces deux territoires en récompense de son intervention militaire contre l'Autriche, aux côtés du royaume du Piémont, et en échange de l'annexion de l'Italie centrale par le Piémont.
 
Pour la première fois au monde, l'exécution du traité est subordonnée à son approbation par les populations concernées en vertu du «droit des peuples à disposer d'eux-mêmes».
C'est ainsi qu'un référendum est organisé dans le comté de Nice et en Savoie.
C'est sans surprise que les habitants de ces provinces francophones approuvent à une écrasante majorité leur rattachement à la France.
À Nice, on compte 25.743 oui, 160 non et 5.000 abstentions.
En Savoie, 235 non et une poignée d'abstentions sur 130.000 votants. Ces résultats montrent que les habitants s'étaient par avance résignés à leur sort. Un sénatus-consulte du 12 juin 1860 confirme l'incorporation des deux provinces à l'Empire français.
- Au nord des Alpes, la Savoie est divisée en deux départements : Savoie et Haute-Savoie.
- Au sud, le comté de Nice est réuni à un morceau du département du Var, avec le fleuve Var lui-même, pour former le département des Alpes-maritimes (c'est ainsi que le département du Var se réfère depuis lors à un fleuve qui lui est extérieur!).
- À noter que la partie nord du comté de Nice reste au Piémont malgré le vote favorable à la réunion de ses habitants. Napoléon III ne voulait pas priver son ami le roi Victor-Emmanuel de ses territoires de chasse du massif du Mercantour ! Mais ces territoires reviendront finalement à la France en 1947.
 
Très en avance sur son temps, Napoléon III avait une politique étrangère inspirée par de généreux sentiments comme le «droit des peuples à disposer d'eux-mêmes». Hélas, tout le monde ne partageait pas les même sentiments, sa  «politique des nationalités» va entraîner l'Europe occidentale dans une exacerbation des passions nationalistes et conduire à l'unification de l'Allemagne autour de la Prusse et à la dislocation de l'Autriche. En politique, la générosité et les bons sentiments sont très rarement payants !
Partager cet article
Repost0
23 mars 2007 5 23 /03 /mars /2007 12:11
Il s’agit d’une publication de 800 pages, sur papier glacé et richement illustrée en couleur sur quasi chaque page. "L'Atlas de la création" est déjà diffusée dans les écoles françaises au début de cette année. Ce "machin" est le fruit d'une organisation de type sectaire, proche de l'extrême droite turque islamiste.
 
L'auteur propose des doubles pages mettant face à face des photos d'animaux ou de plantes, et et des fossiles vieux de plusieurs millions d'années, plus ou moins semblables à l'être vivant actuel. Avec la même conclusion à chaque fois: "Inchangés au cours de millions d'années, c’est une preuve solide de la création".
Pour lui, l'espèce humaine ne fait évidemment pas exception et le darwinisme serait la réelle source idéologique du terrorisme.
Pour mémoire, l'évolutionnisme de Charles Darwin (1809-1882) émet l'hypothèse de la sélection du plus apte parmi des individus naturellement variants. Il expose cette théorie en 1859 dans son livre, l'Origine des espèces (*). Depuis le milieu du XXe siècle, l'évolution fait l'objet d'un large consensus scientifique. Selon le créationnisme, au contraire, l'Univers a été créé par un être suprême.
 
La ministre de l'Enseignement (Marie Arena) s’est fendue d’une circulaire envoyée aux établissements, dans laquelle elle souligne que les idées défendues par l'auteur sont « contraires aux valeurs qui sous-tendent le décret "Missions" et qui sont traduites dans les référentiels de compétences ainsi que dans les programmes d'enseignement». 
 
Belle langue de bois ! Pourquoi ne pas faire simple et dire que ce livre (torchon ?) n’a rien a voir avec des valeurs quelconques, mais est juste bon à être recyclé (Ecologie oblige !) puisque contraire à toute la démarche et aux connaissances scientifiques ?
Démarche et connaissances scientifiques qui doivent tout simplement être, et rester, la base de notre démarche d’enseignement. Reposant sur le doute, l'esprit critique, reconstruisant sa propre pensée au fur et à mesure de son élaboration et des connaissances acquises, elle est la "conscience de notre ignorance". Tout le contraire des religions révélées.
Et aussi poursuivre les auteurs et ceux qui diffusent ce genre de propos, au même titre que les négationnistes et autres révisionnistes. Ne pas réagir avec vigueur est plutôt en contradiction avec les Valeurs de notre société démocratique héritée du siècle des Lumières.
 
Il est vrai qu’après avoir longtemps combattu Darwin, l'Eglise catholique, elle-même, considère aujourd'hui, avec quelques réserves, que la théorie de l'évolution n'est pas tout à fait incompatible avec son enseignement… Aux Etats-Unis, des mouvements fondamentalistes chrétiens cherchent à imposer dans l'enseignement scolaire la théorie du «dessein intelligent de Dieu». J’en ai déjà parlé. Alors, pourquoi s’étonner que d’autres religions monothéistes (« Vérité révélée ») diffusent leur propre version d'un « catéchisme » sous ce nom là ou un autre ?
 
Si faire de la politique, c’est aussi prévoir, peut-être ne veut-on pas heurter certaines croyances répandues parmi certaines catégories d'électeurs fort recherchés… au nom d’une certaine neutralité ? Quitte à se voiler la face ? 
  
(*) Pour la petite histoire :
A Engis, en amont de Liège, furent pour la première fois découverts des restes d'un homme très ancien, mais différent de l'homme actuel (1829-1830). Les savants de l’époque, « encore créationnistes » ont tout naturellement considéré que c’était un... singe et l’ont oublié dans un tiroir. Ce n’est que bien après, à Neandertal, près de Düsseldorf en Allemagne, qu’un homme fossile de même aspect fut exhumé en 1856. Darwin ayant  publié sa théorie, le nom homo neandertalensis  fut alors donné à ce type humain aujourd’hui disparu, et distinct de l’homme moderne. L’ «homme de Spy », lui aussi néandertalien, est mis au jour dans la province de Namur en 1886.
L’Homme d’Engis étant antérieur, nous avons là perdu une belle occasion…
Mais consolation, le plus vieil ADN humain a été extrait de la grotte Scladina à Andenne !
Partager cet article
Repost0
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 18:48

A l'occasion du 50ème anniversaire du Traité de Rome, un groupe vient de proposer une Déclaration des Valeurs européennes.

Intéressant !

Déclaration de Bruxelles
Nous, le peuple de l’Europe, affirmons par la présente déclaration nos valeurs communes. Elles ne sont pas basées sur une seule culture ou tradition, mais sont fondées sur toutes les cultures qui composent l’Europe moderne.
  • Nous affirmons la valeur, la dignité et l’autonomie de chaque individu, et le droit de tous à une liberté aussi grande que possible, tout en étant compatible avec les droits des autres. Nous soutenons la démocratie, les droits de l’homme et l’Etat de droit, et visons le développement le plus complet possible de chaque être humain.
     
  • Nous reconnaissons notre devoir de nous préoccuper de l’avenir de l’humanité, y compris des générations futures, et notre responsabilité envers la nature dont nous dépendons.
     
  • Nous affirmons l’égalité des hommes et des femmes. Toute personne, indépendamment de ses aptitudes, son genre, son orientation sexuelle, son origine ethnique, sa religion ou ses convictions, doit avoir un traitement égal devant la loi.
  • Nous affirmons le droit pour chacun d’adopter et de suivre une religion ou des convictions de son choix. Ces convictions ne doivent toutefois pas être utilisées pour entraver les droits d’autrui.
  • Nous affirmons que l’Etat doit rester neutre en matière de religion et de croyances, en ne favorisant ou discriminant aucune d’entre elles.
  • Nous soutenons que la liberté individuelle ne doit pas être dissociée de la responsabilité sociale. Nous cherchons à créer une société équitable, basée sur la raison et l’altruisme, dans laquelle chaque citoyen a son rôle à jouer.
  • Nous soutenons la tolérance et la liberté d’expression.
  • Nous affirmons le droit de chacun à une éducation ouverte à tous sujets, à toutes orientations.
  • Nous rejetons l’intimidation, l’incitation et le recours à la violence lors de conflits et considérons que ces derniers doivent être résolus par la négociation et de manière légale.
     
  • Nous soutenons le libre examen dans tous les domaines de la vie humaine et l’application de la science au service du bien-être humain. Nous cherchons à utiliser la science de manière créatrice et non destructrice.
  • Nous soutenons la liberté artistique, valorisons la créativité et l’imagination et reconnaissons le pouvoir de l’art comme agent de transformation de la société. Nous affirmons l’importance de la littérature, de la musique, des arts visuels et de représentation à des fins de développement et d’accomplissement de l’individu.
Fait le 25 mars 2007, jour du 50ème anniversaire du Traité de Rome et de la fondation de l’Union Européenne.

Ils ne se présentent (évidemment !) qu'en anglais... Néanmoins, pour ceux qui veulent en savoir plus : https://www.iheu.org/v4e/index.html
 
The Vision for Europe project is a joint venture between the International Humanist and Ethical Union (IHEU), the European Humanist Federation (EHF) and Catholics for a Free Choice (CFFC).
Main Committee
The main committee members are:
Frances Kissling (outgoing president CFFC), Jon O’Brien (incoming president CFFC), Michelle Ringuette, Nina Miller and Elfrieda Harth of CFFC
David Pollock (president EHF) and Georges Lienard (Gen Sec. EHF)
Sonja Eggericks (president IHEU) and Roy Brown (immediate past president, IHEU)
Sophie in’t Veld MEP, Chair of the European Parliament All-Party Group on Separation of Religion and Politics.
Jeremy Gibbs of IHEU provides technical support to the project as consultant to the committee.
Secretary to the committee and project coordinator is Roy Brown
 
Adresse de contact
 
Campus de la Plaine
ULB CP 237
Ave Arnaud Fraiteur
B-1050 Bruxelles
Email:
roywbrown@gmail.com
 
Editorial committee
The members of the editorial committee were as follows:
Ishtiaq Ahmed, Professor of Political Science, University of Stockholm, Sweden
Matt Cherry, President, NGO Committee on Freedom of Religion or Belief, UN, New York
Paul Cliteur, Professor of Jurisprudence, University of Leiden, Netherlands
Arnaud Dotezac, Human Rights Lawyer, France
Michelle Ringuette, Program Officer, Catholics for a Free Choice.
Keith Porteous Wood, General Secretary, National Secular Society, UK
Roy Brown, immediate past president IHEU, secretary to the committee
 
Copyright © 2007 Committee for A Vision for Europe
Partager cet article
Repost0
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 19:18
L’agence Belga nous apprend que le CD&V a mis la dernière main à une proposition de loi de déclaration de révision de la Constitution traduisant la volonté des chrétiens-démocrates flamands de transformer la Belgique en un Etat confédéral, mais sans toucher aux pouvoirs du roi.
 
Le parti soutient le développement d'un Etat confédéral, autour des "centres de gravité" que seraient la Flandre et la Wallonie. Bruxelles et la Communauté germanophone seraient dotées d'un statut spécifique. Tiens donc… on le dirait inspiré par le Manifeste du Club de la Warande dont toute la presse « francophone » nous a dit qu’il n’était pas représentatif de la société flamande !
 
En même temps, les bourgmestres (maires) de 25 communes flamandes de Hal-Vilvorde ont décidé qu'ils ne pourraient organiser les prochaines élections législatives dans leurs communes parce que ces élections sont anticonstitutionnelles
 
Pour eux, les choses sont claires: la Cour d'arbitrage a établi clairement dans un arrêt rendu il y a quatre ans qu'une solution devait être mise en oeuvre dans les quatre ans concernant l'arrondissement Bruxelles-Hal-Vilvorde. Dès lors, ils estiment que le découpage actuel des arrondissements électoraux est illégal. J’avais déjà abordé le sujet le 14 Novembre 2006 dans : BHV, la date de sortie du frigo se rapproche.
 
A l'occasion d'une précédente concertation tenue mi-février, les communes en question avaient déjà décidé de ne pas réclamer les listes électorales auprès du ministère de l'Intérieur, ce qui doit être normalement fait pour le 31 mars. Mercredi, leurs porte-paroles ont réaffirmé qu'ils persistaient dans leur décision et qu'ils ne pourraient dès lors pas arrêter les listes en question, opération prévue pour le 5 avril.
On commence à en avoir l’habitude… Oseront-ils aller au bout de leur démarche cette fois-ci ?
 
Tout ça dans un climat de pseudo-euphorie (dans la presse belge de langue française) dont se gausse Yves Leterme, le ministre-Président (CD & V) du gouvernement flamand, disant clairement que « certains résultats sont tellement étonnants que je n'y crois pas »  dans une entrevue avec les journalistes de La Libre (admiratifs de la réussite socio-économique de la Flandre). Le même affirmant sans rire « qu’il veut aider la Wallonie ».
 
Qui peut vraiment y croire ? Quand on sait que sa richesse, la Flandre la doit à la Belgique.
La Belgique qui a n’accepté (détourné ?) les aides européennes destinées à assurer la reconversion du bassin industriel wallon qu’à la condition que presque toute la Flandre soit reconnue zone de développement prioritaire dans les années ’70 !
La Belgique qui a utilisé les moyens destinés à la reconversion de la sidérurgie liégeoise pour construire Sidmar à Gand !
La Belgique qui a modernisé, hier les réseaux routiers (déclarés d’intérêt national – et donc prioritaires - en Flandre alors que seulement déclarés d’intérêt régional en Wallonie) et les voies d’eau etc., aujourd’hui le réseau ferroviaire flamand, les bâtiments publics, avec l’argent de tous. Avant de régionaliser, comme par hasard, une fois la Flandre bien équipée, laissant à la Wallonie la charge de se débrouiller toute seule !
La Belgique qui a accepté que le trop plein de sans emplois flamands truste les emplois bruxellois au détriment des francophones !
J’en passe et des meilleures ! Facile d’être premier de classe quand on est le chouchou de la maîtresse !
 
Ne tombons pas dans le travers du Mouvement wallon des années ’70 qui accusait la Flandre de tous ses maux pour éveiller les consciences. La composition « bi-étatique » à géométrie variable de la Belgique n’incite pas la Flandre à la solidarité. Elle est comme elle est. Nous n’avons pas la même conception de la nation. On ne peut constater que pour nous,  plus ça ira, moins ça ira tant que la Belgique existera.
 
Et pourtant, il y a des choses qui fonctionnent bien en Wallonie et derrière les chiffres il y a une économie qui tourne quand même, des hommes et des femmes qui se lèvent pour aller travailler, des hommes et des femmes dont on reconnaît que la productivité est une des meilleures du monde,  des entreprises qui marchent, des universités de haut niveau (Citez-moi un seul prix Nobel flamand dans le domaine des sciences ?). Mais nous sommes étouffés par la mal gouvernance, par la politisation particratique qui bloque des réformes. Par le "mal belge", en somme !
 
J’ai envie de crier : Debout la Wallonie !
Partager cet article
Repost0
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 19:15
Selon l'agence Belga : « Un peu plus des deux tiers des Wallons (68%) demandent le retour à une Belgique beaucoup plus unie. En revanche, plus de la moitié des Flamands (55%) estiment qu'il faut continuer dans une Belgique unie mais où chaque région a son autonomie dans certains domaines, contre 30% des Wallons ».
Selon un sondage  dans les journaux Vers l'Avenir-Le Jour-Le Courrier et Het Nieuwsblad de ce lundi, 8% des Néerlandophones prônent le séparatisme contre 1% en Wallonie. A l'issue des élections fédérales du 10 juin, 22% des Wallons et 2% des Flamands préféreraient un premier ministre francophone. 6% des Wallons et 42% des Flamands souhaitent un premier ministre flamand. 71% des Wallons et 54% des Flamands n'ont pas de préférence à ce sujet.
On veut bien les croire... C'est "selon..."
 
Le lourd rouleau compresseur de la propagande continue sa route en aveugle, jouant avec les côtés non-spécifiques des mots et les émotions. En effet, qu’est ce que c’est qu’une "Belgique unie" ? Qu’est-ce que ça veut dire : « se sentir belge » ? Tout ça est très équivoque ! Sans compter que l'opinion des populations ne doit pas nécessairement dicter celle des politiques ! (Cfr. Charles de Gaulle qui savait de quoi il parlait... en 1940 !)
 
Le "fédéralisme d’union que le monde nous envie" n’est il pas (n’a-t-il pas été vendu comme) une forme d’unité ? La Belgique est donc en fait, unie dans le fédéralisme. Ces sondages n’apportent rien au débat.
C’est quoi, « être belge » ? Ça ne veut certainement pas dire la même chose pour chacun d’entre nous. Individuellement. Alors, pensez donc, la vision qu'on en a en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles…
 
Des visions forcément différentes d’un concept. La seule chose qui soit claire, c’est qu’au résultat des élections, les partis ouvertement séparatistes flamands font (un peu, excusez-moi du peu) plus de 8 %. C’est le seul sondage précis.
 
Soyons sérieux, si on sort la grosse artillerie, c’est que la Belgique est plus qu’aux soins intensifs. La greffe effectuée en 1830, ou plutôt la transplantation dans une espèce de « créature de Frankenstein » (*) institutionnelle, de deux cultures incompatibles en est au stade du rejet chronique. L’usage immodéré de moyens immunosuppresseurs sur un des organes n’a qu’un temps et permet de retarder l’échéance. Poursuivi trop longtemps, le traitement va tuer le malade.(A moins qu’il ne s’agisse d’un « placebo », mais le résultat sera le même)
 
(*) Non-spécifiques : mots creux, langue de bois… mots interprétables en fonction des expériences des personnes…
(**) Animée de bonnes intentions, la créature de Frankenstein ne deviendra mauvaise que par obligation, dans la quête désespérée d'un bonheur dont elle est privée. (Relire : Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne)
 
Immunosuppresseurs : Traitement médical destiné à combattre les phénomènes de rejet suivant une greffe
Placebo : Médicament factice ne contenant aucune substance active
Partager cet article
Repost0
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 06:26
Le conseil communautaire de la Croix-Rouge de Flandre de ce samedi a confirmé le licenciement de l'assistante litigieuse de la princesse Astrid.
 
D'après la Croix-Rouge de Flandre, son apport ne donnait aucune valeur ajoutée à la fonction de la princesse. Certaines sources la qualifiaient même d'une entrave à la communication entre la Croix-Rouge et sa présidence nationale.
 
Par ailleurs, la Croix-Rouge flamande plaide pour une grande autonomie juridique à l'égard de son homologue francophone, sans que la Croix-Rouge soit scindée dans sa totalité. Par le passé, le département francophone de la Croix-Rouge aurait accumulé les déficits, contrairement à l'excédent budgétaire réalisé du côté flamand.

Comique, la
VRT signale (pour ses visiteurs parlant français) que, selon la princesse Astrid, « une scission juridique ne sera jamais envisageable »...
 
Que disait encore Jules Destrée à propos de l’obstination des Flamands ?
Partager cet article
Repost0
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 18:50
On en a peu parlé jusqu’ici…
 
Nous sommes 200 millions dans le monde à parler le français. Officiellement…
En réalité 200 millions à être citoyens d’un pays totalement ou partiellement de langue française. Parmi ces derniers certains, comme le Québec, se battent avec acharnement pour préserver et même rendre à notre langue sa primauté dans notre vie de tous les jours.
 
Chez-nous, c’est un peu (enfin, très) différent.
 
En Wallonie, la ministre communautaire « compétente » et le ministre président du gouvernement préconisent le bilinguisme, faisant acte d’allégeance aux Flamands détenteurs du pouvoir économique en préférant le néerlandais (pourtant peu pratiqué en Flandre !) à l’anglais, langue internationale imposée par le commerce… et sa puissance, surtout nord-américaine. Et les médias applaudissent ! Les bons sentiments (ou ce qui paraît tel), comme la peur, ça fait vendre du papier et du temps d’antenne.
 
A Bruxelles, Philippe Moureaux (dans un article du Vif) réagissant à ceux qui revendiquent d’avantage d’autonomie pour Bruxelles et prêchent pour un « trilinguisme des habitants » rappelle, dans le même ordre d’idée, que les langues qui y sont les plus parlées sont le français et l’arabe…
 
Dans ce billet :
Chercher à comprendre l’autre communauté est un processus diviseur… , je regrettais l’énergie inutile dépensée par ceux qui sont souvent déconnectés de la réalité à essayer de minimiser les problèmes communautaires. Sans parler de l’aveu implicite d’échec de la politique d’intégration de l'immigration (ici, en matière linguistique et culturelle) qui est responsable du remplacement du français à Bruxelles par l’arabe, Moureaux a raison de les rappeler à la réalité. Mais peut-on parler d'échec de politique d'intégration dans un pays sans identité ou plutôt, aux identités multiples, opposées ou simplement niées pour pouvoir simplement continuer à exister ?
Dommage pour nous et pour notre langue française, que ce rappel vienne si tard. Trop tard. Les politiciens francophones, Moureaux en premier, portent là une lourde responsabilité.
 
Ce mardi 20 mars, nous fêtons la « Journée Internationale de la Francophonie » ?
 
On en a peu parlé jusqu’ici ?
Ben évidemment !
 
Merci à François pour avoir attiré mon attention.
Et même Google s'y est mis  :
Partager cet article
Repost0
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 12:45
C'est le thème d'un colloque qui se tiendra le 31 mars prochain (9 h 30 - 17 h 30) à Maisons-Laffitte (France), organisé par les associations « France-Wallonie-Bruxelles » et ASPELF (L'association française de solidarité avec les peuples de langue française constitue la section française de la Conférence des Peuples de Langue Française)

Avec la participation de personnalités politiques wallonnes (repenties -Dehousse, Colignon - et PS - C. Nappen ! ), bruxelloises et flamandes.
Mais aucun réunioniste invité... Pourquoi ? Peut-être parce que l'association « France-Wallonie-Bruxelles » qui a pour objectif d'informer le public et les décideurs sur l’évolution institutionnelle de l’Etat belge, de défendre le fait français en Wallonie et à Bruxelles, de développer les relations institutionnelles et culturelles entre la France, la Wallonie et Bruxelles est composée - côté belge - d'une asbl nommée "Bruxelles français" (par français, entendre : "le caractère francophone de la région bruxelloise") et inféodée (porte-parole) de l'ancien parti fédéraliste bruxello-centriste devenu très belgicain : le FDF, membre de la mouvance réformatrice où se retrouvent les "TSF" (Tout, sauf Français !) les plus pointus.


Intéressé ? Curieux ? Téléchargez le programme - invitation :
http://www.voxlatina.com/telecharger/Colloque%20Belgique.doc
Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...