Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 20:58
Dans une chronique de la rubrique "Poil à penser"  du site de l'écrivain Vincent Engel (où s'expriment différents chroniqueurs comme Claude Javeau, Alain Berenboom), Hugues Le Paige  revient sur l'importance du choix des mots. Celui-ci n'étant jamais innocent comme je l'écrivais ici même précédemment à propos d'un fait ponctuel.
 
Je vous invite à lire ce court billet fort intéressant :  "
Les mots de la propagande" (Article publié le lundi 2 avril 2007).
 
"Vous savez l’importance des mots dans un discours, un article, une chronique ou simplement dans la rédaction d’une information. Chaque mot à un sens, son choix et son usage n’est jamais innocent. Toute langue est porteuse de valeurs assumées ou déguisées. Dans un petit livre revigorant, paru il y a quelques mois aux éditions « Raisons d’agir », l’écrivain Eric Hazan analyse ce qu’il appelle la LQR, la « Lingua Quintae Republicae », la langue de la Ve République en référence à ce que Victor Klemperer, universitaire juif pourchassé par les nazis durant la seconde guerre mondiale avait appelé la LTI, la langue du IIIe Reich. Klemperer expliquait dans une œuvre passionnante comment le nazisme avait asservi la langue allemande à son terrible système, la transformant en arme absolue. Eric Hazan ne compare pas et confond encore moins les époques et les régimes politiques mais il nous montre comment la langue..." (lire la suite)
 
Et à méditer la conclusion : " En résumé cette langue asservie que nous lisons et entendons tous les jours dans les médias en particulier veut en permanence occulter le litige, faire régner l’illusion de la cité unie, en quelque sorte éliminer la politique."
Partager cet article
Repost0
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 19:09
A l’approche des élections, il est de tradition que nous soyons abreuvés de bonnes nouvelles.
Au-delà des sondages incantatoires essayant de nous convaincre que les Flamands, les Wallons et autres francophones s’entendent de mieux en mieux tout en devenant de plus en plus étrangers les uns pour les autres, les statistiques publiées par l'Institut des comptes nationaux (ICN) semblent montrer que les performances économiques de la Wallonie s'améliorent comparativement à la Flandre. Ne boudons pas notre plaisir, même si tout ça est à relativiser. Nous partons de beaucoup plus loin.
 
En 2004 le PIB par habitant atteignait 27.485 euros en Flandre contre 20.072 euros en Wallonie, un écart de 26,9 %. En 2003, cet écart était de 27,2 %. Les chiffres (provisoires !) pour 2005 montrent une faible diminution de l'écart pour atteindre 26,8 %.
Tout dépend comment on lit les chiffres, un rapide calcul nous montre que le produit intérieur brut par habitant est 37% plus élevé en Flandre qu'en Wallonie…
 
Relativiser disais-je, parce que si entre 2001 et 2005, l'économie wallonne a crû de 7,7% contre 7% en Flandre, les chiffres de départ ne sont pas les mêmes.
 
D’après ce rapport, les créations d'emplois ont augmenté également plus rapidement en Wallonie qu'en Flandre. La hausse publiée dans la presse est de 3,4% entre 2000 et 2005 en Wallonie contre 3% en Flandre.  Pas mal vu comme ça, mais en chiffres absolus en 2004, ça fait quand même: + 17 900 personnes en Flandre où le quasi plein emploi est déjà atteint, soit +0,9 % et en Wallonie : +15 900 personnes, soit +1,8 %.
Or, nous partons de beaucoup plus loin. (cliquer sur : Toutes les statistiques d'emploi sur le site du Forem, commune par commune)
A épingler par ailleurs, cette réflexion de l'administrateur général de l'ONEM : « Il reste surprenant de constater qu'en Wallonie, un demandeur d'emploi sur trois perçoit des allocations sur base de ses études, contre un sur quatre à Bruxelles et un sur sept en Flandre »...
 
Une autre information encourageante, mais également à relativiser parce qu’elle pourrait être tout à fait conjoncturelle (ou encore un indice de modification de la sévérité des tribunaux de commerce ?) concerne le nombre de faillite. La société Graydon a publié hier son analyse. Pour le premier trimestre 2007, la Wallonie (-9,76%) et Bruxelles (-8,28%) connaissent une baisse des faillites plus importante qu'en Flandre (-1,95%).
 
N’empêche, plus inquiétant pour l’avenir, mais peu relevé : un point clé de la croissance montre que l’'investissement continue d'être sensiblement plus dynamique en Flandre (+8,7%) qu’en Wallonie (+5,8 %).
 
Enfin, l’analyse des mêmes chiffres de l’ICN par le quotidien « De Morgen » d’hier montre qu’en 2004, un Flamand a gagné en moyenne 21.111 euros par an, 4.293 euros de plus qu'un Wallon. C'est-à-dire une différence de 25,2 % entre Wallons et Flamands. En 2003, cette différence était de 25,3 %. Donc, assez stable contrairement à ce qu’annoncent les journaux francophones, parlant de rupture de tendance. Pas vraiment de raisons de se réjouir non plus. Quand on sait que le gouvernement accorde une réduction de 10,40 € au précompte des travailleurs habitant en Flandre depuis le 1 er janvier 2007…
Un différentiel entre la Flandre et la Wallonie d'autant plus inquiétant que pour la première fois depuis plusieurs années, les recettes à l'impôts des personnes physiques ont diminué, sur un an, de 0,3 % côté wallon. Pas vraiment un bon signe lorsque l'on sait que l'IPP est une des clés de répartition des transferts nord-sud... Heureusement que les partis francophones ne sont demandeurs de rien pour la négociation institutionnelle.
 
Partager cet article
Repost0
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 19:15
Un ami fiscaliste m’envoie ces résultats d’analyses effectuées dans le cadre de demandes d’informations de clients :
 
 
Allocations annuelles brutes de chômage
Revenus annuels bruts du travail
 
12.000 €
12.000 €
Impôt
néant
1.345 €
 
Comment est-ce possible ? Simple !
 
L’allocation de chômage est exonérée de tout prélèvement fiscal. Il s’agit donc de revenus nets.
 
1. Les 12.000 € constituent le montant brut affiché sur la fiche de paye du travailleur, après prélèvements sociaux.
2. Sur cette rémunération, il faut comptabiliser :
2.1. -  un précompte professionnel chaque mois,
2.2. -  un solde de contributions directes de l’Etat.
3. Ces deux derniers postes cumulés représentent 1.345 €…  Sans compter que toute prestation professionnelle engage des frais (déplacement, habillement…)  
 
Autre cas intéressant : un dossier en courtage financier
 
Le demandeur est au chômage et sons épouse émarge « à la mutuelle ». Il sollicite un crédit hypothécaire pour effectuer des travaux dans sa 9ème  maison…
Il possède, en effet, sa propre maison d’habitation, et donc 8 maison à revenus locatifs non taxables…
La demande de crédit est bien entendu acceptée !
 
Un salarié qui reçoit 12.000 € de salaire brut affiché n’obtiendra jamais le moindre crédit hypothécaire (en Wallonie en tous cas).
Il pourra seulement emprunter 80% de la valeur en vente forcée de l’immeuble qu’il acquiert, mais encore,  auprès d’un organisme… flamand, à un taux de 9,50 % l’an.
 
Sans commentaires…  Sauf qu’il s’agit ici de deux cas particuliers au départ desquels il serait hasardeux de faire une généralisation. N’empêche, il y a vraiment des choses qui clochent dans ce pays…
 

Plus d’info sur le montant des allocations de chômage et les conditions d’attributions sur le site de l’ONEM
Partager cet article
Repost0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 20:33
L’agence Belga attire notre attention, ce 30 mars, sur l’attitude de la Poste qui, affirmant vouloir aider les citoyens à ne plus recevoir que la publicité qui les intéresse dans leurs boîtes aux lettres envoie des questionnaires ayant un aspect officiel pour obtenir des informations sur leurs habitudes de consommation.
En réalité, le but est de constituer des fichiers qui valent cher pour le marketing direct à qui La Poste « vend vos adresses à des marques » 
(*)
Méfiance donc, depuis quelques mois, la Poste envoie un questionnaire de plusieurs pages permettant de sélectionner des produits ou marques pour lesquels on est d'accord de recevoir de la publicité. Sur son site internet, La Poste qui se prévaut de disposer de 230.000 à 500.000 adresses dans sa base de données Select Poste, précise « qu'entre avril et juin, 1,5 million de ménages seront contactés, plusieurs fois si nécessaire. Leurs dépenses, habitudes de consommation et profils psychographiques seront notés, ainsi que les types de courriers et d'offres qu'ils souhaitent recevoir ».
La Poste prétend que son but est de révéler ces coordonnées mais uniquement à des sociétés qui souhaitent proposer des produits qui pourraient correspondre aux intérêts du ménage…
 
Vous voilà informé des objectifs réels de cette démarche. Si vous ne souhaitez pas ou  plus recevoir de sollicitations commerciales à votre nom de la part des entreprises (que ce soit par courrier, téléphone, e-mail ou encore SMS) il vous reste la possibilité de vous inscrire sur la « Liste Robinson » gérée par l’Association Belge du Marketing Direct (ABMD) qui oblige les entreprises membres à retirer de leurs listes d’adresses celles des personnes qui ont expressément demandé de ne plus être contactées par les entreprises pour tout ce qui est publicité. C’est une solution radicale mais pas « étanche » à 100%. Les autres entreprises non membres de l’Association n’y sont pas tenues. Vous êtes alors obligé de leur envoyer un courrier direct.
 
(*) Avec le mariage forcé de LA POSTE avec la poste danoise et un Fond d'investissement britannique, le gouvernement fédéral, qui ne voulait pas investir dans la modernisation de l'entreprise publique, a réédité le coup de la fusion de la SABENA, pratiquement dans les mêmes termes. La Belgique n'est plus un Etat digne de ce nom. En expropriant les citoyens d'un service public, patrimoine collectif constitué par eux et pour eux, pour le brader à vil prix à des opérateurs étrangers, l'Etat belge ne remplit plus son rôle qui est d'assurer pour l'ensemble de la communauté des missions essentielles à un prix raisonnable et l'accès aux services, témoins d'une certaine forme d'égalité et assurant ainsi la cohésion sociale.
 
Bel investissement par contre pour les Danois et surtout pour CVC (Capital Partners Ltd) qui ne sont pas, pour ces derniers, des philanthropes, ne nous leurrons pas. Leur objectif est de s'approprier ce qui fait pour eux la valeur de LA POSTE, c'est-à-dire son patrimoine immobilier, son réseau bancaire et les avoirs en dépôts. Il y a gros à parier que ces opérations effectuées, ils lâcheront ce qui restera de « non-rentable » de l'entreprise publique. Cette opération de récolte d’information dénoncée par le CRIOC correspond tout à fait à cette logique de marchandisation de l’ancien service public. Tout comme la disparition de Bureaux de postes proches des citoyens. Ou les nouveaux profils de fonction des facteurs, etc…
Cette décision du Gouvernement était idéologique tout autant que budgétaire dans un Etat aux abois.
Partager cet article
Repost0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 00:02
Le 30 mars 1707 mourait le maréchal Vauban, l'une des grandes figures de l'Histoire.
 
S'il est surtout connu pour ses batailles (140 !) la conduite des sièges (53 !) et la fortification des cités (il a consolidé 300 citadelles et construit 33 nouvelles !), peu savent qu'il a débuté comme simple soldat engagé à 20 ans dans les armées du jeune roi Louis XIV.
 
Qu'homme d'honneur, d'origines modestes, il mit son franc-parler au service des protestants persécutés et des paysans écrasés d'impôts. Il a ainsi rédigé un Projet d'une dîme royale où il exposait l'idée d'un impôt universel et équitable avec pour objectif d'améliorer le fonctionnement de l'État pour le plus grand bien de tous. Mais, évidemment son Projet a suscité une levée de boucliers et le roi vieillissant a du le faire interdire... Que de temps perdu !
 
Avant que certains n'utilisent le terme de "l'hexagone" pour désigner la France (ou pour éviter de la nommer ?), il a été l'inventeur de l'expression "le pré carré".
 
L'inventeur des frontières telles que nous les connaissons maintenant. En effet, jusque au siège de Maastricht (1673), la frontière désignait une zone mouvante où s'entremêlaient les liens d'allégeance hérités du passé. Le roi de France, par exemple, possédait d'importantes enclaves en Alsace où il n'avait accès qu'à travers des routes réservées en Lorraine, terre d'Empire ! (*) Rappelons-nous aussi les cartes de la principauté de Liège et tous les territoires dispersés.
 
Vauban a préconisé de substituer une ligne de démarcation bien définie. : "Sérieusement, Monseigneur, le Roi devrait un peu songer à faire son pré carré. Cette confusion de places amies et ennemies pêle-mêlées ne me plaît point. Vous êtes obligé d'en entretenir trois pour une ; vos peuples en sont tourmentés, vos dépenses de beaucoup augmentées et vos forces de beaucoup diminuées ; [...] c'est pourquoi, soit par traité ou par une bonne guerre, si vous m'en croyez, Monseigneur, prêchez toujours la quadrature. Non pas du cercle mais du pré". Voulant la frontière aussi linéaire que possible, même s'il faut pour cela renoncer à tel ou tel village enclavé en pays ennemi.
 
Vauban meurt, entouré de l'estime générale, à 74 ans. Il est inhumé dans l'église de Bazoches, près de son château, au sud de Vézelay.
 
La France proposera cette année à l'UNESCO d'inscrire au patrimoine mondial de l'Humanité les plus belles réalisations de Vauban.
Il s'agit d'Arras, Besançon, Briançon, Camaret-sur-Mer, Longwy, Mont-Dauphin, Mont-Louis, Le Palais à Belle-Ile, Saint-Martin-de-Ré, Saint-Vaast-La Hougue, Villefranche-de-Conflent, la triologie bordelaise Blaye, Cussac, Fort-Médoc, le duo rhénan Neuf-Brisach en Alsace et Breisach-am-Rhein en Allemagne, Bazoches, où Vauban a été enterré, ainsi que deux ouvrages civils liés au canal du Midi.
 
(*) Rien à voir donc avec l'éventuel réunion de Bruxelles à la Wallonie par le couloir de Rhode-Ste-Genèse. Ou encore par la Chaussée de Waterloo et l'une ou l'autre "espinette" de la forêt de Soignes comme l'ont proposé certains membres d'un parti anciennement fédéraliste bruxellois. Ce que François Perin avait appelé avec humour (et consternation) la "théorie du pédoncule".
 
Partager cet article
Repost0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 12:15
Je ne sais pas qui en est à l'origine, mais c'est sympa ! J'ai bien ri !
 
Partager cet article
Repost0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 06:20
Le ferroutage est un système qui consiste à transporter des camions sur des trains. Je me souviens d’un article que « le Sauvage », supplément écologique du Nouvel Obs. y avait déjà consacré dans les années 70 ! Le ferroutage est utilisé par Eurotunnel avec la liaison sous la Manche.
 
C’est aujourd’hui que Dominique Perben, le ministre français des transports, et son homologue luxembourgeois, Lucien Lux également ministre de l'environnement vont inaugurer à Bettembourg (Luxembourg) l'autoroute ferroviaire qui reliera dès juin, sur 1 060 kilomètres, le Grand-Duché à Perpignan (Pyrénées-Orientales).
"Il aura fallu deux ans de travail avec les partenaires privés, la SNCF et Réseau ferré de France pour réaliser ce projet", a déclaré M. Perben, qui observe que, grâce à cette infrastructure, "la France réalise en un seul coup deux fois plus de lignes de ferroutage que l'Allemagne ou l'Italie".
C’est, en effet, la plus importante infrastructure européenne d'un seul tenant de ferroutage. A raison seulement d'un train par jour et par sens, elle permettra d'économiser 20 000 tonnes de carbone par an !
Et on annonce, d'ici à cinq ans, le prolongement de la ligne Orbassano-Aiton vers Lyon (une plateforme qui relierait l'Autoroute ferroviaire alpine et le Perpignan-Luxembourg) ainsi qu'une ligne Atlantique Dax vers l'Ile-de-France.
 
Actuellement six lignes sont en service en Europe continentale (en plus d'Eurotunnel, mais l'Angleterre est-elle en Europe ?) :
- Fribourg (Allemagne) à Novara (Italie), 414 km.
- En Autriche, Wörgl à Brenner, 94 km.
- Singen (Allemagne) à Milan (Italie), 356 km.
- Bâle (Suisse) à Lugano (Italie), 263 km.
- Wels (Autriche) à Maribord (Slovénie), 260 km.
- Wörgl (Autriche) à Trento (Italie), 233 km.
Partager cet article
Repost0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 05:32
C’est le titre – amusant  vous allez comprendre pourquoi – d’un des points du programme du PS pour les prochaines élections.
 
Vantant le fédéralisme Belge, « qui s’est développé au fil de « compromis à la Belge » comme on dit, avec une multitude de mécanismes de concertation et de coopération entre les différentes entités du pays et des dispositifs de protection des minorités pour garantir un équilibre institutionnel complexe ».
 
Belle phrase ! On vient d’en voir toute la pertinence avec la manière dont le premier ministre flamand a privilégié (mais peut-on lui reprocher ?) les intérêts de la Flandre avec « l’affaire de la vignette autoroutière ». Le fait qu'il s'appelle Yves Leterme n’a rien à voir à l’histoire, un autre aurait fait exactement pareil. Comme tous ses prédécesseurs.
 
Ils continuent par : « Aujourd’hui, les partis politiques en Flandre estiment que la Réforme de l’Etat doit franchir un pas supplémentaire. Cette revendication déclare s’appuyer sur des réalités socio-économiques différenciées entre les Régions, sur les transferts financiers importants de la Flandre vers la Wallonie qui en découlent, ou sur la nécessité de responsabiliser davantage les Régions en leur donnant les compétences nécessaires aux défis qui sont les leurs ».
 
Leur proposition ?
 « Face à ces menaces, l’enjeu est d’établir un dialogue constructif, lucide et positif sur l’avenir de la Belgique. L’enjeu est aussi de dépasser les revendications symboliques et de réfléchir ensemble aux moyens les plus efficients de rencontrer les défis communs comme les défis plus spécifiques auxquels sont confrontées les trois Régions du pays ».
Et :
« Cette réponse aux velléités séparatistes, affirmées ou insidieuses, suppose une vraie réflexion collective sur ce qui nous unit, mais surtout sur ce qui fait de la Belgique unie une plus-value par rapport à une Belgique éclatée ».
 
Excellent, non ?  Ils avouent clairement qu’ils n’ont même pas un début de réponse à la question !
 
Mais on va y réfléchir… Promis !
Partager cet article
Repost0
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 06:47

Une mine d'informations ! 
 
Articulé autour de 7 chapitres, ce rapport présente les principaux indicateurs wallons dans les matières économiques, sociales et environnementales. 

La table des matières est la suivante :                 

1. L'environnement international
2. Les éléments constitutifs de la croissance
3. Les secteurs institutionnels
4. Le marché du travail et de la formation
5. La recherche et le développement
6. Les infrastructures
7. L'environnement et l'énergie.

Le rapport 2006 sur la situation économique et sociale de la Wallonie et ses annexes statistiques sont dès à présent intégralement téléchargeables en version pdf sur le site internet du Conseil économique et social de la Région wallonne en cliquant ici :
-
Rapport 2006 (1024 Ko)
-
Annexes statistiques (3183 Ko).

Le CESRW nous averti que les données statistiques contenues dans ce 7ème rapport ont été arrêtées en décembre 2006. Certaines d'entre elles auraient mérité d'être actualisées au début de l'année 2007 mais sont, au stade actuel, toujours indisponibles.

 

 
 
Partager cet article
Repost0
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 06:10
Le déferlement de sondages contradictoires sur le "sentiment des Belges" et d’enquêtes que nous subissons depuis quelques semaines frise le ridicule.
 
« Le Belge sort du tombeau ! » Ce vieux film de commande, colorisé et rematricé (remastérisé ?), est sur tous les écrans à grand renfort de publicité. Plus fort (et aussi couteux) que « La guerre des étoiles » ! Il est vrai que c'est bientôt l'ouverture du "Festival du film fantastique" de Bruxelles...
 
La grande force de l'être humain, c'est - entre autres – son aptitude remarquable à oublier. Cela permet de rebondir, de repartir vers un autre demain. Mais ce qui est bon pour l'individu n'est pas forcément salutaire pour une société, car frappée d'amnésie, elle est conduite à renouveler les mêmes errements. J’ai l’impression de relire les mêmes propos que ceux publiés dans les années ’60, ’70, ’80… ! Autant aller au bout des choses ; à quand la distribution gratuite (financée par nos impôts) de drapeaux rendus obligatoires par décrets (en Wallonie) ou ordonnances (à Bruxelles) ? A quand une grande « marche noire-jaune-rouge » sur un boulevard bruxellois réunissant 10 millions de personnes d’après les organisateurs, deux mille d’après la police et 50 (dont trente en loden vert ou tailleurs Chanel) d’après les observateurs étrangers ?
 
Dans un pays qui a renoncé à sa souveraineté politique et économique (souveraineté fictive et de façade depuis sa création par les puissances d’ancien régime, il est vrai, mais quand même, certains y ont cru) au profit d’une Europe dominée par les lobbys anglo-saxons, et où il n’y a jamais vraiment eu d’identité nationale, on relance une nouvelle fois une campagne de persuasion qui n’aura qu’un temps. Comme les précédentes. On peut, particulièrement en Belgique, se poser la question de ce qui fait un peuple à l'heure de la mondialisation, et surtout à l'heure où l'Europe ne sait plus où aller… Quelle Europe d’ailleurs ?
 
Les sondages montrent aussi qu’à part une valeur commune, la famille (mais qui aurait pu en douter ? Est-ce différent ailleurs dans le monde ?), il n'y a que des divergences. Comment dans ces conditions mettre en avant des vraies valeurs communes aussi bien dans la bataille économique et politique mondiale que dans celle des politiques locales ? A part en minimisant, en niant, ces divergences ?
Les choix de société sont différents. On le voit avec tout le débat actuel sur la scission de la Sécurité sociale, de la Justice, des politiques de chômage, de prise en charge du vieillissement, de l’éducation, de la sécurité routière, de l'intégration, de la sécurité, etc…
 
On l’a souvent vu par le passé, des Etats souverains (comme la Belgique) mais sans identité forte ou aux multiples identités finissent par se désagréger. (et je ne parle pas du communautarisme – linguistique, religieux, ethnique - qu’on a laissé s’installer sous couvert d’un multiculturalisme d’apparence généreux, mais qui n’est qu’un refus du débat et la porte ouverte à toutes les intolérances).
 
Ce qui facilite l'émergence d'une Nation, ce sont les us et les coutumes proches et la langue d'échange commune, ça n’a jamais été le cas en Belgique et c’est même de plus en plus le contraire. J’ai l’impression (mais ça mériterait discussion) que l'esprit d’une nation doit préexister à son statut juridique et donc que son absence est la négation du concept même de nation, statut, constitution, ou pas. De la France on dit que c'est l'Etat qui a créé la Nation, mais celle-ci préexistait évidemment.
 
Et dans une République c'est l'Etat qui représente le Peuple, Peuple qui est souverain. Si pour beaucoup dans le monde, la France, superficiellement, c’est la révolution française, la Déclaration des Droits de l'Homme et la devise « liberté, égalité, fraternité » - ce qui n’est déjà pas si mal - pour les Français, elle se défini en plus par son identité de Nation laïque et républicaine. Cette identité républicaine, ce contrat entre un peuple et son Etat, est une valeur humaniste, progressiste ...universelle et forte. Ce n’est pas un hasard si elle se réinvite aujourd’hui, à côté de la redécouverte du principe de souveraineté, dans la campagne pour l’élection présidentielle. A gauche, au centre, comme à droite.

Pour les républicains, la Nation est un lieu de solidarité. Et le nationalisme est une maladie de la Nation. Le 27 Janvier 2006 je citais
Elisabeth Badinter qui, dans l'émission « A vous de juger », rappelait qu’être Français, c’est un choix assumé. Que c’est le choix de Valeurs. L’émission s’est terminée sur le constat que le débat qui allait s’ouvrir avec la campagne pour les élections présidentielles fera émerger celui (ou celle !) qui incarnera le mieux ces Valeurs.
Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...