Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 12:07

On le sait, avec ou sans gouvernement, notre pouvoir d'achat s'étiole.

En France aussi, - et pourtants ! - désignée comme « priorité nationale » par le chef de l’Etat, la question du pouvoir d’achat est devenue la principale attente des Français, devant la santé et la retraite. Ainsi, le pourcentage de ceux qui préfèreraient l’amélioration de leur pouvoir d’achat s’établit en 2007 à 75%, contre 25% en faveur de davantage de temps libre, écart jamais constaté depuis près de 25 ans.

Or en Fance, les statistiques officielles sur le pouvoir d’achat montrent une progression continue, malgré un fort ralentissement de cet indicateur au fil du temps : de 1998 à 2002, l’accroissement est fort avec un taux annuel de 3,4%, mais du fait du ralentissement de la hausse des revenus d’activité et d’un surcroît d’inflation il s’établit depuis au taux moyen de 1,9%.

Ce décalage entre la perception des Français et les résultats de la mesure statistique du pouvoir d’achat a notamment conduit les ménages et les pouvoirs publics à remettre en cause les indicateurs calculés par l’INSEE. Cette distorsion est imputable au fait que « l’INSEE donne des chiffres globaux » mais que « les gens regardent leur situation ». Or, « les chiffres moyens ne signifient plus rien » : les hauts revenus ont connu une progression importante, le pouvoir d’achat des classes moyennes stagne, et les dépenses contraintes (logement, énergie, transports, abonnements, etc.) ont largement augmenté.

La question du pouvoir d’achat soulève aujourd’hui de nombreux débats alors que la portée des actions récemment présentées par le gouvernement est contestée.

Citons de nouveaux chantiers de réforme : l’un sur une réévaluation annuelle du SMIC et l’autre sur les allègements de cotisations sociales patronales conditionnées  au respect de l’obligation annuelle de négocier sur les salaires.
La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat prévoit l’exonération de charges sociales et d’impôt sur le revenu des heures supplémentaires, toutes ces heures devant être payées 25% de plus que les heures normales. 
Un projet de loi pour le développement de la concurrence au service des consommateurs afin de favoriser la baisse des prix des produits de consommation. (Le seuil de revente à perte est abaissé : les distributeurs pourraient désormais déduire de leurs prix de vente les "marges arrière", sommes que leur versent les fournisseurs en échange de la promotion des produits mis en vente).
La négociation des tarifs et des conditions générales de vente entre producteurs et distributeurs,
L’ensemble de ces propositions de réforme est diversement apprécié par les syndicats. Certains d’entre eux contestent tout d’abord la nécessité de modifier le mode de revalorisation du SMIC. D’autre part, si certains se félicitent de l’ouverture du débat sur les contreparties des entreprises aux aides dont elles bénéficient, d’autres déplorent l’absence de mesures concrètes en faveur du pouvoir d’achat des ménages les plus modestes...
Face à la montée du prix des produits pétroliers, le ministre de l’économie a  annoncé un doublement du montant de "la prime à la cuve", accordée en 2006 aux ménages les plus modestes qui se chauffent au fioul, et a fait part de l’engagement des distributeurs en faveur de la modération de leurs prix de revente des carburants à la pompe.
Evidemment, cette annonce a soulevé de nombreuses critiques, regroupées autour de trois revendications : l’instauration d’une taxe sur les profits des groupes pétroliers pour financer des transports alternatifs, la mise en œuvre effective du "chèque transport" qui, entré en vigueur au début de l’année 2007, est depuis resté inutilisé, car les employeurs le trouvent trop complexe à gérer et les entreprises de transports le refusent comme moyen de paiement.
Enfin, la plupart des commentateurs (associations de défense des consommateurs, syndicats et partis politiques) s’accordent pour réclamer la remise en place de la TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers) flottante. Instituée par le gouvernement Jospin (1997 - 2002), il s’agit d’un dispositif visant à neutraliser l’effet des mouvements de prix du pétrole par un ajustement à la baisse de la TIPP, qui représente entre 53 et 62% du prix des carburants. Elle avait été supprimée par le gouvernement suivant, dirigé par Jean-Pierre Raffarin. (une telle mesure viendrait en contradiction avec l’engagement du gouvernement en faveur de la réduction des émissions de CO2)

En savoir plus ?

Les prises de position
Les rapports
Sélection de sites
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 12:00

J'en ai déjà parlé, mais d'autres agissent... en France.
 
Les 23 et 24 novembre 2007,
le Haut Commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté a lancé, à l’issue des Rencontres de l’expérimentation sociale, le Grenelle de l’insertion.
 
Destiné à refondre les politiques d’insertion, il se tiendra fin mai 2008, à l’issue des travaux des trois groupes de travail qui seront installés en décembre autour des thèmes suivants : « Comment redéfinir les objectifs de la politique d’insertion et sa gouvernance ? », « Comment développer la mobilisation des employeurs pour l’insertion ? » et « Comment construire des parcours d’insertion adaptés ? ».
 
Chaque groupe réunira des représentants des institutions publiques (Etat, collectivités territoriales, Parlement), des organisations représentatives de salariés, des employeurs (y compris de l’insertion par l’activité économique), des travailleurs sociaux, des associations de lutte contre l’exclusion, des usagers, ainsi que des « personnalités qualifiées et personnes morales associées ».
 
Le Grenelle de l’insertion reposera également sur l’organisation de forums thématiques locaux.
Un site internet permettant d’ouvrir les débats avec le public est par ailleurs accessible. 
 
Dans son
édition 2007 de « France, portrait social », l’INSEE a révél que les années 2002 à 2005 ont coïncidé avec un ralentissement, et parfois une interruption, du mouvement de réduction des inégalités sociales constaté depuis 1996. Durant cette période, si le niveau global des inégalités est resté inchangé, le niveau de vie moyen des 10% les plus modestes a stagné chaque année, tandis que celui des 5% les plus aisés a augmenté de 1% par an.

Autres sites intéressants :
Site des Rencontres de l’expérimentation sociale

Rapport de l’observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale 2005-2006
Site de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale
Site de la FNARS (associations d’accueil et de réinsertion sociale)  

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 10:22

Après la procession d'Echternacht on va devoir supporter maintenant la danse de Saint-Guy !
 
(Merci Jacques ! )

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 08:23

Intéressante interview de Claude Javeau, le sociologue bien connu et qui ne parle jamais pour ne rien dire, dans "La Libre" de ce matin. Le titre ? " La démocratie d'opinion est à l'oeuvre "  signé par Jean-Claude Matgen.
 
Une réflexion intéressante. " Aujourd'hui, les politiques des partis se font et se défont sur les plateaux de télévision, leurs dirigeants, toujours les mêmes ténors, vont chez Vrebos ou Maroye et y rivalisent de petites phrases, en fondant leur discours sur ce qu'ils ont lu dans les blogs ou les sondages." Je connaisais l'effet des sondages sur nos hommes politiques. Le rôle des blogs, en France et à l'étranger, est bien connu. C'est la première fois qu'on y fait référence en Belgie-que. (à titre d!information, 2033 billets ont été lus sur ce blog hier !)
 
Javeau observe encore qu'on
assiste à une radicalisation. " L'extrême droite flamande pourrait engranger. Du côté francophone, l'hypothèse rattachiste ne paraît pas aussi farfelue qu'il y a peu. Plus généralement, de plus en plus de francophones se disent "après tout, m..."."
 
Il règle aussi leur compte avec les propos qu'on entend généralement : "
On dit toujours que la Flandre d'un côté, la Wallonie avec ou sans Bruxelles de l'autre, c'est trop petit. Mais ce n'est pas vrai. La Flandre compte plus d'habitants que la Slovénie ou la Croatie, autant que l'Irlande, et la Wallonie davantage que le Luxembourg."
 
 Et je vous laisse le meilleur pour la fin : " Une Wallonie qui signerait des accords privilégiés avec la France, voire obtiendrait un statut comparable à celui de la Corse, pourrait s'en tirer. En politique, il ne faut jamais manquer d'imagination."

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 12:36

pic03786--2-.gifSans commentaires...

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 18:50
Nous revoici au point de départ, petit bilan des (presque) 6 mois de formation d’un gouvernement :
Du côté de la majorité putative flamande :
- Le CD&V/NV.A reste incontournable. Ils veulent une grande réforme de l’Etat.
- Bart Somers (Open VLD) déclare : « L'important maintenant est de mettre sur pied un gouvernement, de réaliser une réforme de l'État ».
 
Du côté francophone :
- Le CDH souhaite qu’une « nouvelle dynamique puisse rapidement voir le jour avec pour objectif un gouvernement qui s’occupe des vraies préoccupations des Belges, de tous les Belges et donc aussi des francophones
- Le MR ne veut toujours pas des socialistes, sa tendance bruxello-belgiciste, Maingain, déclare que l'urgence était maintenant de former un gouvernement avec un programme socio-économique.
 
Et pendant ce temps là, du côté de l’opposition…
- Elio Di Rupo et Isabelle Durant plaident pour que le prochain formateur soit « un Belge fier de l'être ». A noter l'intéressant lapsus de Di Rupo à propos d'un gouvernement "d'unité" nationale.
- Mme Gennez (SP-A) déclare : « Pendant six mois, on a négocié avec un CDH qui croit toujours à une Belgique qui n'existe plus »…
 
Les choses sont claires. Il y a bel et bien deux points de vue tout à fait opposés. Finalement, le refus de toute la classe politique francophone (ou plutôt "Frankeupheune" suivant la prononciation de fils Michel (Charles)) de voir la réalité aura permis à la stratégie flamande d’aller plus loin que prévu : dépasser sa volonté de vassaliser Bruxelles et la Wallonie (*) et aller irrémédiablement vers la scission sans avoir à endosser la responsabilité de la rupture finale… Bon, c’était prévu. Que n’a-t-on écouté les prédictions du Mouvement wallon…
L’apparition de tant de drapeaux aux fenêtres bruxelloises n’est elle pas la prise de conscience qu’il est trop tard et que c’est dans la panique que l’on réagit ?
 
(*) Bart De Wever disait dans « Le Soir », il y a plusieurs semaines, ne pas vouloir la disparition de la Belgique et il ajoutait que la Belgique ne disparaîtra pas parce qu'on transfère un nombre important de compétences vers les régions et que l'on scinde BHV... C’est là un message clé qui n’a pas été décodé. Ils veulent Bruxelles parce qu'elle est un centre international important qu'ils pourront contrôler en possédant la sécurité sociale, la politique de l'emploi, les transports, etc.
Et quand ils parlent de la scission de la sécurité sociale, il s'agit de la scission de la redistribution de l'assurance maladie, des allocations familiales, des allocations de chômage.
Mais ils ne revendiquent pas la scission du financement de la sécurité sociale. Ils savent ce que ça leur coûterait. Ils veulent contrôler ces fameux transferts Nord-Sud, l’inverse restant fédéral C’est sous contrôle. Vassaliser la Wallonie et Bruxelles, c’est l’objectif décrit dans le manifeste de la Warrande. La vision flamande du confédéralisme. 
Est-ce ça que nous voulons ? Il est temps qu'un parti se déclare ouvertement séparatiste en Wallonie.

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 18:14
S’il est vrai que notre avenir réside dans l’attitude et les croyances que nous entretenons vis à vis de ce même avenir, alors tout jugement pratique, ou notre foi dans une hypothèse, constitue un des premiers éléments qui affectent sa réalisation. L’extraordinaire évolution dans les courriers des lecteurs des journaux d’expression française, où on est passé de la métaphore de la conciliation à celle du divorce en quelques mois, me semble de bien bon augure.
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 18:12
Les journaux du groupe Sud Presse font état d’une nouvelle étude internationale réalisée par le collège de Boston.  La compréhension à la lecture des enfants de 10 ans en Communauté française serait bien plus mauvaise qu'en Flandre. L'étude a été effectuée en 2006 dans 40 pays auprès de plus de 200.000 élèves de 10 ans, dont 4.810 enfants wallons et bruxellois (francophones ?) inscrits dans 150 écoles. Ces derniers se retrouvent en 29e position, ex aequo avec les petits Moldaves. Petite consolation, l’étude met en évidence que les élèves wallons et bruxellois prennent plus de plaisir à lire que les enfants flamands…
 
Intéressant, à une époque où, sous prétexte d’économie d’échelles et de rationalisation on ferme les petites écoles rurales, les enfants vivant dans ces communes obtiennent de meilleurs résultats que les enfants des villes. Quand on fait passer l’économie avant l’humain…
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 18:08

L’excellente revue « Diagnostic » du « Groupe d’étude et de Réforme de la fonction administrative », en abrégé GERFA, publie dans son numéro de novembre un article qui confirme certains de mes billets - parfois anciens – sur la sous-estimation des taux de chômage en Flandre et le choix de mesures fédérales systématiquement plus favorables à la Flandre en matière de lutte contre le chômage.
 
L’analyse du GERFA met ainsi en évidence le nombre important de chômeurs non demandeurs d’emploi (âgés et dispensés, prépensionnés, dispensés pour raisons familiales ou sociale) qui ne sont pas pris en considération alors qu’ils sont bel et bien indemnisés comme chômeurs complets. L’article cite Rudy Aernoudt (un mauvais Flamand sans doute !) qui déclare que « seule une personne de plus de 50 ans sur cinq est en activité en Flandre »… Globalement, le taux de chômage flamand est ainsi calculé sur 48,6 % des chômeurs indemnisés, les 51,4 % restant étant des non-demandeurs d’emploi.
 
Deux exemples parlants : le meilleur arrondissement flamand, celui de Tielt affiche un taux de chômage 5calculé par le VDAB) de 2.36 % et a un chômage caché de… 65.2 % ! Si on applique la même méthode de calcul au meilleur arrondissement wallon, celui d’Arlon où le taux de chômage officiel (calculé par le FOREM) est de 9,9 %, ce taux passerait à moins de 3,5 % ! 

Voilà à quoi tient la réputation de la bonne gouvernance flamande. Facile dans ces conditions de se poser en donneurs de leçons.

Sans compter, l’article n’en parle pas, des emplois volés aux chômeurs, surtout bruxellois mais pas seulement, par l’obligation de services bilingues – souvent inutiles – concentrés à Bruxelles et dans les Services publics (anciennement ministères) fédéraux. Si vous ne me croyez pas, entrez donc dans un bureau de poste ou une agence bancaire à Bruxelles !

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 17:53

José Fontaine, l'indépendantiste wallon bien connu fait remarquer sur son forum que "Milquet et Di Rupo ce n'est pas la Nieuwe Vlaamse Alliantiue (NVA), mais la Nieuwe Belgische Alliantie". Les nationalistes, c'est eux, ceux qui déploient les drapeaux, c'est eux. Ceux qui foutent la poisse, c'est eux.
Là, je partage son avis.
 
Il rappelle aussi à ceux qui chantent la brabançonne, qu'il s'agissait à l'origine d'un chant pro-hollandais. C'était, en effet, le chant de la garde bourgeoise qui réprima les premières journées de la révolte de 1830 et qui se terminait par : "et tu verras l'orange (tiens! en fait c'est la dynastie hollandaise) fleurir sur l'arbre de la liberté" ! 
Triste, un peuple sans mémoire...

Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...