Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 16:20

Beaucoup de commentaires dans la presse sur l'anniversaire du "docu-fiction" de la RTB(f). Mais rien de bien neuf. Et autant d'hypocrisie qu'il y a un an. Je ne change rien à ce que j'ai écrit le 14 décembre 2006 : 

et
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 15:50
Il y a quelques jours, je répondais  à un commentaire ou bien était-ce lors d'une communication téléphonique ?)  que la Flandre avait mis au point une stratégie assez subtile pour obtenir son indépendance sans vraiment la demander. ( Jules Gheude pense un peu la même chose quand il analyse les véritables intentions de Leterme). 

Pour des raisons diplomatiques, psychologiques (ils se savent mal aimés en Europe) , économiques, les Flamands n'ont pas intérêt - ils le disent, même à la NV-A - à déclarer brutalement et unilatéralement leur indépendance tout de suite.  Ils attendent que d'autres, comme la Catalogne ou l'Ecosse fassent les premiers pas. En 2010. Les frontières d'Etat n'ayant plus la même valeur qu'auparavant, étant devenues davantage le symbôle d'un sentiment d'appartenance qu'un rempart nationaliste.

Mais en attendant, rien ne les empêche de metttre la pression sur leurs "partenaires "frankeupheunes" demandeurs de rien" pour les pousser à bout et, ensuite comme d'habitude se poser en victimes. Ce qui leur a toujours réussi. Les courriers des lecteurs des grands journaux abondent déjà de missives ulcérées évoquant la rupture. Les politiques - qui, n'en doutons pas décodent ce qui se passe - vont se sentir obligés de suivre quand, comme je l'écrivais dans un billet déjà ancien, ils n'auront plus assez de joues à se faire souffleter. 

Le vote du parlement flamand cet après-midi de la proposition de décret qui permet l’inspection (flamande) des écoles francophones de la périphérie n'est qu'une péripétie de plus dans cette logique.

Politique fiction ? à suivre...
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 13:02

Il est toujours utile de savoir ce qu'on pense dans les autres camps. Lire les journaux en langue française est relativement facile. Nous sommes ainsi parfaitement informés de ce que pensent ceux "qui ne sont demandeurs de rien" et leurs porte-paroles subsidiés.
Il en va tout autrement de la presse flamande. Or, c'est probablement là que l'on décode le mieux ce qui pourrait être les surprises du prochain avenir. 
Depuis quelques mois, mon ami Jules Gheude publie (avec talent !)
 une revue quotidienne de cette presse flamande, traduite, sur " Debout la Wallonie ! ".
Si vous êtes sur ce blogue, c'est que l'actualité vous intéresse ou vous préoccupe. Allez-y, vous ne serez pas décus !

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 12:05
On n’en parle pas beaucoup, mais les traités d’Union économique entre la Belgique, les Pays-Bas et le Grand-Duché de Luxembourg arrivent à expiration en 2010.
 
Les Affaires étrangères étant aux mains de Flamands, ceux-ci s’activent dans les négociations devant aboutir à un nouveau traité élargi. D’aucun estiment encore naïvement que cette association économique a été un précurseur de l’Europe. 
Certes, elle a été fort utile à la Flandre. Pour la Wallonie, c’est peu de dire que le bilan est plus que mitigé. Le Mouvement wallon n’a cessé de le dénoncer.
Quelle est – ou sera – l’attitude des parlementaires wallons et du gouvernement, dont l’avis sera requis ? A moins qu’ils ne se retrouvent comme d’habitude devant le fait accompli ?
C’est que derrière ces projets, il y a de nombreuses arrière-pensées… 
 
Sous le titre : « La Belgique : un enjeu géopolitique ? », « La Ligue Wallonne de l’arrondissement de Bruxelles » vient de publier une analyse intéressante sur ce sujet.
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 14:16

Gheude-DLW.jpg
Telle est la conclusion de l''analyse publiée aujourdhui sur "
Debout la Wallonie !" par  mon ami Jules Gheude.

Je vous en recommande vivement la lecture.

Il s'appuie sur une analyse détaillée de la presse flamande de ces derniers mois. Presse qu'il traduit et publie pour vous au jour le jour sur le même site.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 11:03

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais les règlements de compte par médias interposés, ça devient ridicule.
 
Les présidents de partis,
même ceux qui n’ont pas d’élus, se querellent avec une profonde hypocrisie pour masquer la réalité : Ils ne savent que faire face à un mouvement flamand qui sait, lui, où il va.
Cette guéguerre des partis pourrait nous réjouir si elle n’était terriblement dommageable à ceux qui comptent pour nous : les Wallonnes et les Wallons !
Et pourtant, l’Histoire nous l’a enseigné, la France a vécu ça jusqu’en 1958, ce n’est pas dans ce contexte qu’on entendra les vrais discours mobilisateurs, les slogans entraînant, les idées d'avenir…
 
Un mot pour décrire ce grand carnaval permanent ou la bataille de bac à sable pour adultes retournés à l'enfance ? Pour décrire ces gesticulations sont pathétiques et passablement ridicules ? Minable !

Une analyse complémentaire sur le blog de Charles Bricman

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 13:33
Ou des bluffeurs... 
 

Rien de vraiment surprenant, la presse « francophone » subsidiée a sauté à pieds joints sur l’aubaine. Verhofstadt est l’homme d’Etat qu’il nous fallait. Il va tout sauver ! Pour faire bonne mesure la RTB(f) invite Mark Eyskens qui fort subtilement aligne les sophismes et rassure les malheureux électeurs désemparés que nous sommes sensés êtres.

 

Qu’entendons nous ? Il faut tout mettre à plat, se baser sur l’économique, examiner froidement les avantages et inconvénients de tout ce qui existe t a été mis en place depuis que la Belgique existe. Et puis faire les bons choix... Rien que çà ! 

 

Soyons clair ! L'arrivée de Verhofstadt permet surtout de faire retomber la pression et de faire diversion vis-à-vis des citoyens, excédé à juste titre, en lui donnant enfin l'impression qu'on va s'occuper de ses problèmes immédiats (en fait et au mieux, on activera quelques mesurettes en terme de pouvoir d'achat, mais rien de structurel ni de conséquent). Pour mémoire, c’est lui qui par sa politique de mise au frigo des revendications flamandes a permis de pourrir la situation. 

 

Soyons clair ! Les propos de Marc Eyskens sont de la poudre aux yeux. La « science socio-économique » n’est pas une science exacte, loin de là. Aucun choix technique dicté par l’économie n’est exempt de choix politique. Ce que font Eyskens ou encore Maingain (avec sa délirante proposition de fusion des provinces wallonnes et flamandes avec Bruxelles sous prétexte d’Hinterland économique),   c’est prendre la science pour alibi à des arrières pensées politiques de vassalisation de la Wallonie. C’est tromper.

 

Les économistes, c’est leur métier, peuvent décrire ou analyser les choses en fonction de critères. Sortir de cette approche, c’est le rôle du politique. Notre rôle à tous.

 

Méfions nous des experts. Un humoriste anglo-saxon dont j’ai oublié le nom a dit fort justement un jour : « les économistes ont remplacé les astrologues auprès des dirigeants avec exactement les mêmes résultats. Ils sont tout aussi incapables de prédire l’avenir, mais ont tout autant d’excellentes raisons pour expliquer, à posteriori, pourquoi la réalité n’a pas été conforme aux prédictions ! » 

 

Que les derniers partisans de la Belgique ne se leurrent pas, le problème dans cette crise ce n'est pas les personnes, les compétences des uns ou les incompétences prétendues des autres. Non, si on ne parvient pas à former un gouvernement, c'est parce que aucun terrain d'entente n'existe sur des problèmes de fond, aucune marge de négociation n'est possible entre Flamands, Wallons et Bruxellois francophones. (Comme le disait Milquet au « Vif », « L’avenir de la Belgique tient à une virgule, à une crise de nerfs, à rien du tout ». « Verhofstadt ne roulera évidemment que pour lui-même... Fort de ce vieux principe bien connu de toutes les religions : « Charité bien ordonnée commence par soi-même ! » C’est lui qui fera avaler la « cuiller de sucre » promise en son temps par un des négociateurs flamands… à moins que… de la vaseline… ? 

 
Cette crise va durer. Les hommes politiques de Wallonie et de Bruxelles continuent à prendre des positions comme celles d'avant la crise. Qu’ils n’ont pas vu venir… Et ce n’est pas la Commission Arena « Wallonie-Bruxelles » qui va changer les choses. Je vous invite à lire le coup de gueule de Jean-Yves Huwart sur son blog. 

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 13:30
Pénurie de sang ? Non, mais un nouveau groupe : le « sang flamand » vient tout compliquer.

Très mauvais (ou bon, c’est selon !) signal dans le contexte actuel. Même plus moyen de sauver les apparences. La princesse (autrichienne) des Belges a quitté une Croix-Rouge transformée en champ de bataille communautaire.

 

Il est vrai que cela fait 10 ans au moins que la Rode Kruis Vlaanderen affiche fièrement son identité flamande et séparatrice.

 
Il reste encore la Loterie Nationale. Mais il semble que ce n'est pas mieux là-bas. Francophones et flamands s'y battraient quotidiennement. Les flamands ont tous les leviers de pouvoir et usent à leur profit de l'argent de la Loterie Nationale. Un vrai « jackpot ». On n’en parle jamais, pourtant il y a là un budget de subsides et de parrainage plus important que celui de la Culture de la Communauté française, budget entièrement dans des mains flamandes. Il n’y a donc pas que 100 % de ceux qui ont joué au « Lotto » (avec deux « t » !) qui sont gagnants…

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 13:26

Au 17ème Congrès des économistes de langue française à Louvain-la-Neuve, les participants ont été informés des résultats d’une étude réalisée par Philippe Cattoir, administrateur à la Commission européenne, et Etienne de Callataÿ, Chief Economist (à vos souhaits !) à la Banque De Groof qui se sont penchés sur les transferts interrégionaux à la demande du gouvernement flamand. Certes, la commission n'avait pas pour objet de fournir une nouvelle estimation de ces transferts mais de se pencher sur la méthodologie qui permettait de les calculer. Leur approche est originale, ils sont partis du critère du lieu de travail plutôt que du lieu de résidence pour prendre en compte le revenu soumis à la taxation, et donnant donc lieu à un éventuel transfert.

 

Avec toutes les prudences d’usage - il est difficile de mesurer les transferts entre Régions, reconnaissent des deux auteurs. L'exercice utilise des clés de répartition approximatives, voire arbitraires, et ignore la richesse des interactions entre les agents économiques - (Yves Leterme a d'ailleurs affirmé en janvier, dans « Le Monde » que c'était à la Wallonie que la Flandre vendait le plus ses produits), Les transferts seraient ramené à  3,8 milliards d'euros. Et si les salaires des fonctionnaires fédéraux n'étaient plus pris en compte, les transferts en provenance de Flandre seraient réduits d'1,2 milliard d'euros. Voilà qui est loin des 10 milliards d'euros habituellement cité et des propos volontairement alarmistes de certains qu’ils soient de la N-VA ou de partis qui se disent Wallons… Mais emboîtent le pas à ceux que ça arrange bien de présenter la Wallonie comme un désert économique ou un futur un enfer social.

 
On doit reprocher aux dirigeants wallons de ne jamais avoir mis cela en cause. C'est la justification, de la politique très royaliste de Di Rupo, Reynders, Michel, Javaux ou Milquet. L'intérêt - enfin, je me comprends - avec cette histoire de transferts, c'est de faire paniquer l'opinion publique wallonne pour qu’elle reste attachée à la Belgique uniquement pour recevoir son obole de la Flandre…

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 13:09
Une crise vraiment inattendue ?
 
 
 
Mon ami Jules Gheude a déjà réagi, et fort bien.
 

Mais je reviens sur les propos incroyables de Rudy Demotte :  «  On savait qu'il y avait une montée du nationalisme en Flandre, mais on n'en a pas mesuré l'ampleur. Les éléments présents, les indices n'étaient pas assez nombreux ni pour le grand public, ni pour les académiques, ni pour les hommes politiques. En fait, on n'a pas vraiment cru aux résolutions flamandes ». (*)

 

Or, il est évident pour tous les observateurs conscients – curieusement concentrés au sein du Mouvement wallon et considérés comme de dangereux utopistes, farfelus au mieux Cassandre ou séparatistes au pire – que la pression Flamande fait partie d’un Projet National. Projet tracé et ordonné dans le temps de la manière suivante :
- reconnaissance et unification d’une langue, qui s'est construite une spécificité propre ;
- identification d'un patrimoine culturel commun et des signes qui permettent à chacun de ses citoyens de le reconnaître (langue, hymne, drapeau, etc…);
- reconnaissance d’une entité politique distincte, et fixation d’un territoire définitif qui lui correspond. (Il reste quelques points à finaliser)

 

Ce projet est celui d’une Nation qui se constitue, quelque soit la validité que l’on puisse lui accorder par ailleurs. Il ne revêtait qu’une valeur formelle, tant que l’autonomie économique ne l’accompagnait pas. Cette partie de la construction est aujourd’hui achevée. En effet, actuellement le pouvoir économique de Flandre, relayé par une expression politique multiforme, en symbiose sur l'essentiel. Les forces vives de la Flandre sont en phase de réaliser l’ultime étape : l’indépendance.

 

Le prétexte reste à trouver : la phase du harcèlement est dépassée. Ce coup de force, la Flandre attend que la Wallonie lui en suggère ou lui fournisse les moyens.
- par son refus dune modification d’ordre constitutionnel ;
- par une ou plusieurs provocations délibérées que la Flandre elle-même orchestrerait, violant les règles du jeu Fédéral (une poursuite du dossier de scission BHV) ;

 
L'ignorance coupable de Demotte (d’une efficacité comptable par ailleurs, il suffit de voir comment il a réduit le budget des dépenses de Santé… Mais est-ce là tout ce qu’on attend d’un homme politique ?) est partie intégrante de l'idéologie du PS de l’époque Di Rupo (1999-2007).  Leur seule tactique est de maintenir l'unité belge autour de « Sa Majesté le Roi ». Ils ne voient dans la Wallonie rien qui leur ressemble, ni pratiquement, ni juridiquement, ni historiquement. Ils considèrent les Wallons comme un peuple sans passé et sans avenir, et sont donc incapables de lui proposer un destin, un choix, une perspective. Leur objectif ? Voir la Wallonie
 

s’enfoncer tout doucement, imperceptiblement dans une sorte de sommeil hypnotique bercé de quelques mantras lénifiants.

 

A nous de leur dire que nous sommes à même de nous assumer. Il reste une année et demie avant les élections. Je rejoins pleinement l’appel du « Groupe Liège-France » et ceux d’autres, qui m’ont contactés, nombreux ces derniers temps, pour mettre sur pied un véritable rassemblement de tous les rattachistes indépendants ou présents dans les mouvements et différentes formations politiques.

 

Dépassons la multiplication de chapelles et les cultes de la personnalité. Nous sommes plus nombreux que nous ne le pensons et notre cause est celle de tous.

 

(*) Voir aussi l’excellente analyse de D. Legrain sur Namur Direct
Et la petite vidéo humoristique qu’il a dédiée à l’absence de référence à la Wallonie et son apparente inexistence dans cette crise.

Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...