Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 11:46

On le sait, c’est là une très vieille revendication flamande. Les Wallons se basent plutôt sur un point de vue régional. Ce dernier point de vue est issu de la doctrine du nationalisme de Renan qui veut que la nation soit la volonté libre et consentante de vivre ensembles sur un même territoire (pour faire simple).

 

Il y a une certaine confusion dans ce terme de dialogue de communauté à communauté. Si les communautés se définissent sur une base linguistique ou religieuse, ou encore « ethnique », que vient y faire le concept territorial ? Ce concept est logique dans la doctrine de Renan, mais est assez contradictoire dans celui de communauté qui concerne les matières personnalisables, liées aux individus. Ces matières ne peuvent pas être limitées par des frontières. (C’est là toute la subtilité du point de vue du mouvement flamand…)

 

Si vraiment, on s’engage dans ce type de dialogue, ne faudrait-il pas préalablement recenser et définir les différentes communautés existantes ? Si c’est sur base linguistique, combien d’habitants de l’actuelle Belgie-que déclarent-ils être de langue flamande, française, allemande, arabe, luxembourgeoise, anglaise… pour ne citer que les plus reconnues ?

On serait peut-être étonné du résultat...

Mais je m’arrête là, tomber dans le piège de la lecture d’un point de vie communautaire, c’est faire le jeu des Flamands et de leurs alliés belgicains puisque le terme « français » serait rapidement corrompu en « francophone ». Et donner des arguments aux pseudo-"défenseurs des francophones" ou aux pseudo-réunionistes qui n'existent, et ne sont mus, que par leur sentiment d'exaspération plutôt que par amour des leurs, de leur région ou leur désir de devenir Français !

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2008 6 19 /07 /juillet /2008 16:52

On le sait, la commune d'Overijse a écrit en néerlandais à la commune de Grez-Doiceau afin de lui demander l'autorisation de passage pour une "ballade pédestre et cycliste récréative organisée dans le cadre du Gordel avec le Bloso". A l'heure actuelle, seul André Flahaut (quand on quitte un gouvernement, on retrouve un cerveau ?) a réagi en  s'inquiétant de cette volonté d'étendre l'événement militant flamand dans une commune wallonne. Timidement, il ajoute que "Si la commune donne son autorisation, elle doit exiger que les emblèmes et drapeaux des participants à la ballade restent de l'autre côté de la frontière linguistique".
 
Depuis, plus inquiétant, le Bourgmestre Alain Clabots et ses échevins en ont parlé en réunion du Collège... et ont pris la décision de dire "JA!" : " dans un esprit d'ouverture et d'accueil. C'est le message politique que la commune a décidé de faire passer. Chez nous, tout le monde est le bienvenu". Le Bourgmestre ajoute : " Je ne suis pas sûr qu'ils viennent à Néthen pour mettre un pied en Wallonie. Nous ne voulons donc pas non plus envenimer la situation."
(Quelle situation ?)
 
A l'heure où trois bourgmestres (qualifiés de "quantités négligeables" parce que leur autorisation n'est pas nécessaire pour l'organisation a déclaré le ministre flamand des Sports, Bert Anciaux) de communes (Linkebeek,  Crainhem et  Wezembeek-Oppem) situées en Région flamande ne donneront (peut-être) pas l'autorisation au passage du Gordel dont on sait que c'est un événement plus politique que sportif, on ne peut que s'étonner de cette réponse favorable de Grez-Doiceau.

 
On peut craindre en effet un agenda caché, puisque des rumeurs insistantes font état, par ailleurs, de menaces sur l'intégrité du Brabant wallon que d'aucuns verraient bien sacrifié, en tout ou en partie, en guise de monnaie d'échange à une solution "équilibrée" pour l'épineux dossier de BHV.

 
Citoyens, préparez vos clous !

 
M. à J. :  En fin de soirée, on apprenait que Le Gordel a finalement préféré limiter son parcours à la ceinture flamande qui entoure Bruxelles, faute de pouvoir exhiber ses calicots.

à suivre !

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2008 6 19 /07 /juillet /2008 08:46

Excellent rappel des propos de Claude de Groulard sur le blog "Liège-France" à propos de notre identité.
Je ne peux que vous inviter
à le lire.
J'aime beaucoup la phrase : "
Notre identité substantive devient adjective par défaut de substance..."
Partageant sa conclusion, à force d'accepter de se dire "francophone", "par le peu d'empressement à s'assumer, le peuple wallon éternise la Belgique"...


Notez que je déteste tout autant l'usage du terme "Hexagone" qui n'est qu'une des façons de ne pas prononcer le nom de "France" !

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 06:30
Sur "Debout la Wallonie !", mon ami Didier Melin a publié hier un billet  pertinent à propos du fait majeur qu'est la publication par le Parlement wallon de ses résolutions sur l'avenir de l'Etat. Certes, celles-ci ne répondent pas encore à nos attentes, mais c'est un progrès énorme.
Et je m'aperçois que je ne vous ai pas encore invité à lire les
analyses de François Lemaire, n'hésitez pas, elles méritent le détour.
 
Mais l'événement d'hier - en dehors de la nomination de trois médiateurs "trois crocodiles, trois anciens combattants" (comme le dit Jean-Marie Dedecker avec qui je suis, pour une fois, d'accord) et  la confirmation d'Yves Leterme dans ses fonction et le report de toutes décisions en matière institutionnelle, mais on s'y attendait - c'est l'émission d'information de la mi-journée consacrée au "rattachisme" sur RTL-TVi. Les invités étaient Jean Quatremer (Libé) et Robert Collignon (Ancien Ministre-président wallon). Tous deux ont été très clairs, didactiques, responsables et réalistes. Il manquait Daniel Ducarme, mais sa position est connue.
 
Une excellente émission. A voir
et à revoir.
 
Décidément, entre émotion et sérieux, il y a bien rattachistes et... rattachistes !

1ère partie
2ème partie
Partager cet article
Repost0
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 21:24

Il y a quelques années, François Perin a dit qu’un jour, on constaterait l’impossibilité de former un gouvernement tellement les positions des deux communautés seront inconciliables. Nous en sommes proches.

Le fait nouveau, c’est l’irruption du fait régional dans le débat. Que ce soit dans le communiqué de Leterme que dans la consultation des présidents de région par le roi. L’Etat fédéral est dépassé dans les faits.

Rien d’étonnant donc à la proposition de démission d’Yves Leterme. Il poursuit ainsi l’objectif du mouvement flamand avec d’autres moyens. La preuve ? Un sondage en passant… celui de la "Gazet van Antwerpen" de ce 15 juillet.

Qui est responsable de la crise ?
Le cartel CD&V/N-VA : 11.77%
Les francophones : 77.59%
Leterme : 6.25%
Autres : 4.39%

Le cartel a-t-il eu raison de rester ferme sur ses positions ?
Ja : 83.25%
Nee : 16.75%

Doit-il y a voir de nouvelles élections ?
oui : 59.90 %
non: 40.10%

La Flandre doit-elle devenir indépendante maintenant ?
oui : 60.41%
non : 39.59%

Edifiant, non ?
Et pendant ce temps là, nos politiques « francophones » continuent à essayer de rassurer le « bon peuple ». Pour eux, tout ça n’est que l’effet d’une banale rivalité de personnes entre Leterme et Peeters… Le climat des négociations n’était-il pas « serein et constructif » ? Le seul à qui je donnerais raison, c’est à Marcel Cheron (Ecolo) qui a dit (mais sans le faire exprès) qu’il est temps de prendre des vacances… J’ajouterais de très longues vacances !

Heureusement, tout le monde n’est pas dupe et certains prennent leurs responsabilités. J’étais en France au moment de la publication de la « note confidentielle » adressée aux membres «
d’Énergie réformatrice » par Daniel Ducarme sur la Belgique française. Option qu’il avait déjà défendue en décembre de l’an dernier et que j’avais évoquée en parlant de l’ingénierie institutionnelle française qui n’a rien à envier à celle que nous connaissons, puisque elle au moins, elle fonctionne ! Certes, et c’est toute la différence avec certains rattachistes romantiques, Ducarme a compris que tout est à négocier selon les intérêts mutuels, les nôtres et ceux de la France. C’est ce que nous disons sur « Debout la Wallonie ! ». J’avais critiqué sa sortie en décembre, mais je lui dois reconnaître maintenant une efficacité certaine. Ce projet de « loi organique » composée de 132 articles constitutifs d’un « statut d’autonomie de la Belgique française », entendue comme une « collectivité territoriale autonome au sein de la République » rédigé avec un groupe de juristes, belges et français tient la route. Lisez-là !

Il reste maintenant à se demander comment Ducarme fera passer ses idées au sein d’un parti qui comporte des « belgicains rabiques» à la Fourneaux ou à la Charles Michel ?

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 01:09
Un extrait d'un classique du cinéma :

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 13:40
Celui de Jean Quatremer ce midi sur la RTB(f)... Joliment introduit par une anecdote.


Tout autre est la dernière sortie de Monseigneur Léonard, évèque de Namur (que l'on disait pourtant proche des idées du président d'un parti réunioniste, mais postulant au titre de Cardinal, ceci expliquant peut-être cela) : "Durant des siècles, la Flandre a dû lutter pour faire respecter sa langue et sa culture. La Flandre a été pendant longtemps la victime de l'arrogance francophone."

Certes, le "saint" homme a quelques raisons statistiques de faire brûler ses ultimes réserves d'encens sur l'autel de la Flandre : c'est là que se trouvent les derniers bataillons du catholicisme belge moribond.
Mais même à supposer qu'il soit sincère, il faut alors admettre que les cours d'Histoire dispensés dans les séminaires sont de fort piètre qualité. La ré-écriture de l'Histoire par Pirenne, les "historiens" belges qui l'ont suivi et le Mouvement flamand a bien fonctionné. Le révisionnisme a encore de beaux jours devant lui.
 
M. à J. (20/07) : Une réaction
pertinente
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 18:37

La presse fait état d'une proposition qui circulerait dans le groupe "BHV" de négociation institutionnelle, celle-ci : "Scinder BHV et créer, ensuite, deux collèges électoraux se chevauchant : l'un englobant le Brabant wallon, Bruxelles et les 6 communes de la périphérie, l'autre comprenant Bruxelles et le Brabant flamand"

Bref, un compromis boiteux "à la Belge" dont les seuls Brabançons wallons sortiraient perdants. On remettrait sur le métier un des meilleurs acquis de la régionalisation (Oups ! Pardon, du fédéralisme) pour (tiens-tiens, comme par hasard une revendication du Mouvement flamand) en quelque sorte "communautariser" l'ancienne province du Brabant.

Il nous reste à espérer que nos politiciens auront, pour une fois, le sens de l'intérêt général et ne feront pas passer en priorité leurs petits intérêts électoraux à court terme.


C'est vraiment du n'importe quoi. Ce serait vraiment à désespérer. Refuser de remplir son devoir électoral deviendrait alors un acte citoyen !


A moins que... la révolte ?
Pendre le dernier des Michel avec les tripes du dernier des Maingain ?
;-)

Mise à jour : Je pensais le PS plus prudent pour des raisons purement électorales, mais Rudy Demotte vien de déclarer au   KNACK du 25 juin : " Tous les partis francophones sont demandeurs pour relier Bruxelles et la Wallonie via Rode-St-Genèse, qui est en majoritairement francophone. Et je peux le comprendre. Mais il serait encore plus utile d’élargir Bruxelles avec des parties du Brabant wallon et du Brabant flamand."

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 06:20

L'infatigable Ambassadeur Albert salon nous communique l'information suivante : Depuis 1992, à chaque révision de la Constitution, « Avenir de la langue française » et d’autres associations de promotion du français et de la Francophonie, demandent l’inscription dans notre Constitution d’un engagement de la France en faveur de la Communauté francophone.

Afin de bien montrer que la France ne saurait se dissoudre dans une Europe-fédérale vassale, en fait, de l’empire anglo-saxon, et qu’elle doit continuer à « marcher sur les deux jambes, garder son Grand Large, sa voix et sa voie mondiales, et développer la Francophonie.

 

Depuis quelques années, le Forum pour la France avait pleinement endossé cette demande.

 

Or, voici que la révision constitutionnelle en cours cet été 2008 nous ouvre une grande chance de succès, puisque le Sénateur UMP Jacques Legendre et plusieurs de ses collègues ont proposé l’amendement joint, que le Sénat a voté à l’unanimité en juin.

Si l’Assemblée Nationale votait à son tour dans le même sens, et si le Congrès entérinait les deux votes, ce serait l’aboutissement de seize ans d’efforts ainsi heureusement conjugués !

 

Le Forum pour la France en serait légitimement fier, et reconnaissant à nos parlementaires et au gouvernement !

  

Service de la séance

Projet de loi constitutionnelle

Modernisation des institutions de la Ve République

(1ère lecture)

(n° 365 , 387 , 388)

N° 377 rect.

17 juin 2008


 

AMENDEMENT

présenté par

 

C

Favorable

G

Sagesse du Sénat

Adopté

MM. LEGENDRE, GOUTEYRON, MARINI, ROMANI, BOURDIN, DUVERNOIS, FOURNIER, GAILLARD et COINTAT


ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS ARTICLE 31

 

Après l'article 31, insérer un article additionnel ainsi rédigé :

I. Dans le Titre XIV de la Constitution, il est inséré un article 87 ainsi rédigé :

« Art. ... - La République participe à la construction d'un espace de solidarité ayant le français en partage, au service de la diversité culturelle et linguistique, de la paix, de la démocratie et du développement. »

II. L'intitulé du Titre XIV de la Constitution est ainsi rédigé :

« De la francophonie et des accords d'association ».

Objet

Cet amendement a pour objet d'introduire dans le titre XIV de la Constitution un article 87 consacré à la francophonie, définie comme un espace de solidarité ayant le français en partage.

Cette référence à la francophonie, adossée aux principes qu'elle défend (ceux de la diversité culturelle et linguistique, de défense de la paix, de la démocratie et du développement, qui font déjà l'objet d'un consensus républicain) permettra de consacrer dans notre loi fondamentale le rôle que joue la langue française dans le rayonnement international de la France.

Il convient, en conséquence, de compléter le Titre XIV de la Constitution qui ne portait jusqu'à présent que sur les accords d'association.

En complément, deux textes :
- un article sur
les langues régionales et minoritaires en France (position officielle d’ « Avenir de la langue française », de plusieurs autres associations qui l’ont soutenue, et, depuis le 26 juin, du Forum pour la France.)
-
un article de politique générale : « La France doit choisir » (position personnelle de Monsieur Salon)

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 12:00

En réponse à un commentaire sur son blog, le député du Hainaut, Denis Ducarme, évoque l'évolution institutionnelle du pays dans ces termes : " Pour ce qui me concerne, il est utile de sortir de l'impasse profonde dans laquelle nous nous trouvons. La coopération avec la France est une option parmi d'autres. Mais à ce stade, la communauté francophone de ce pays n'est pas mûre pour ce grand saut et n'adhère pas à cette perspective. J'estime donc que ce n'est pas la solution actuelle aux problèmes rencontrés. Il faut demeurer pragmatique. La piste du confédéralisme peut-être une évolution à long terme ou juste une phase. Je ne rejette pas l'option française pour autant, mais elle n'est pas à ce stade, d'actualité et doit continuer à être analysée. L'essentiel à mon sens aujourd'hui est d'œuvrer à la prise de responsabilité francophone, à la prise de conscience de l'opinion francophone visant à la faire sortir enfin d'une nostalgie un peu niaise qui la conforte dans un romantisme attaché à une Belgique dépassée. "

Hier, son père Daniel, à la fin d'une interview sur RTL, ne disait pas vraiment autre chose, mais semblait aller un peu plus loin dans la réflexion. Comparant même, dans un accès de lyrisme, la Belgique avec la défunte Yougoslavie.


Hélas, tous deux se comportent encore trop en "politiciens traditionnels". De ceux qui suivent l'opinion publique au lieu de la précéder. Ça doit être ça : "être Représentant du Peuple". Porte parole d'une opinion convenue, conforme, défendre des options auxquelles on ne croit plus vraiment. Dommage ! Je considère pour ma part comme du devoir d'un homme politique d'être un moteur de changement, de réforme, d'être capable de prendre des risques et non d'être un suiveur. Faute de quoi, nous sommes condamnés à vivre un long pourrissement, à moins que les Flamands...
J'en viendrais presque à rejoindre la position de Béatrice Delvaux dont je parlais dans un billet précédent dans son regret qu'il n'y ait plus de vraie politique. Mais force est de constater que c'est le système qui veut ça.

 Et pourtant, en décembre 2007, la proposition de Daniel Ducarme de " formule d’association avec la France "  ne manquait pas d'audace et d'originalité. Souvenez-vous… un statut du type de celui de la Polynésie ! Hypothèse que j'avais également évoquée en novembre, parlant de la souplesse et l'inventivité de l'ingénierie institutionnelle française en matière d'autonomie régionale et locale. Un statut qui pourrait même satisfaire nos indépendantistes les plus purs comme le montre cet article sur le site de la ville de Papeete où il est précisé que : " La population était venue très nombreuse assister également au dévoilement des deux plaques de marbre sur lesquelles sont inscrites pour les générations futures, l’engagement des partis autonomistes à maintenir la Polynésie au sein de la République française".

A un moment ou la Lijst Dedecker annonce son intention de s'allier avec le Vlaams Belang pour obtenir la majorité en Flandre, ça vaut la peine d'y réfléchir et de sortir de " la nostalgie un peu niaise qui la conforte dans un romantisme attaché à une Belgique dépassée " pour reprendre une expression du commentaire ci-dessus.

Partager cet article
Repost0

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...